Prostitution au Japon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Au Japon, la prostitution a fait l'objet de réglementations dès le début du XVIIe siècle, au cours de la époque d'Edo (env. 1600-1868). Une loi concernant le quartier de Yoshiwara[1] tendait à criminaliser l'activité des prostitués et les contraignait à se faire enregistrer auprès des pouvoirs publics. Cette loi qui réglementait la prostitution était avant tout un moyen pour le pouvoir de s'assurer des rentrées fiscales. Les prostituées étaient hiérarchisées afin que leurs clients puissent faire appel à leurs services en fonction de la position sociale qui était la leur dans la ville.

À l'heure actuelle, la prostitution est plutôt bien considérée à Tokyo pour ses prestations de haut niveau et sa clientèle importante. Elle continue à prospérer en raison de la position de Tokyo comme l'une des cinq villes principales pour l'industrie et le commerce. La clientèle, faite d'hommes d'affaires, de commerçants aussi bien que de touristes, continue de recourir aux services des prostituées et sont à l'origine de profits économiques importants pour la métropole asiatique.

La légalité de la prostitution à Tokyo est constamment débattue. En dépit d'un décret de 1956 précisant que « nul ne peut se prostituer ni devenir un client… »[2], la légalité des actes sexuels, mis à part le coït est habituellement admise. Bien que différents mouvements d'opinion tentent régulièrement de légaliser ou, au contraire, de criminaliser toute forme de prostitution librement consentie, la loi de 1956 parait résister à l'épreuve du temps et aux efforts d'amendements répétés. Divers échappatoires, interprétations libérales de la loi et contournements ont permis à l'industrie du sexe de se développer et de rapporter, bon an mal an, un gain estimé à 2,5 milliards de yens (environ 19 millions d'euros en 2009).

On remarque au Japon l'existence de réseaux parallèles ou informels, pratiquement absents dans les autres sociétés occidentalisées, de prostitution de jeunes filles et d'adolescentes scolarisées.

Qualifications[modifier | modifier le code]

Bien des mots ont été et/ou sont utilisés pour désigner l'industrie du sexe au Japon :

  • Baishun (売春?), littéralement « vente de printemps » ou « vente de jeunesse », est un pur euphémisme d'un terme légal utilisé, par exemple, dans le titre de la Loi Anti-Prostitution du 1er avril 1957 Baishun-bōshi-hō (売春防止法?)). La signification actuelle de ce terme est spécifique et habituellement utilisée pour la prostitution illégale.
  • Mizu shōbai (水商売?), littéralement « commerce de l'eau », est un terme plus large qui couvre l'industrie de la distraction dans son ensemble (légale, illégale et à la limite des deux).
  • Fūzoku (風俗?)[3], littéralement « moralité publique » ou « mœurs », est communément utilisé pour désigner l'industrie du sexe bien que ce terme recouvre également les dancings et les salles de jeu. Le terme plus spécifique de seifūzoku (性風俗?), « moralité sexuelle », est employé plus volontiers s'appliquant à l'industrie du sexe. Le terme provient d'une loi règlementant tout travail qui « touche », à la « morale publique » (Cf ci-dessous la section « statut légal »).

Historique[modifier | modifier le code]

Les croyances shintoïstes ne considèrent pas le sexe comme un tabou en même temps que les préceptes du bouddhisme touchant au sexe ont été limités.

Shogunat[modifier | modifier le code]

Carte de Yoshiwara en 1846.

En 1617, le shogunat Tokugawa promulgue un édit restreignant la prostitution à certains lieux situés hors des agglomérations. Les plus connus d'entre eux sont Yoshiwara à Edo (présentement Tokyo), Shinmachi à Osaka et Shimabara de Kyoto.

Les prostituées et courtisanes étaient désignées sous l'appellation de yūjo (遊女?), « femmes de plaisir » et hiérarchisées en fonction d'un classement complexe, avec, au sommet, les oirans puis, par la suite, les tayūs. Les lieux de prostitution étaient clos de murs et gardés afin d'en assurer à la fois le contrôle d'accès et la taxation. Les rōnin, samouraïs sans maître, étaient interdits d'entrer et les prostituées de sortir sauf une fois l'an pour aller voir les sakura (cerisiers en fleurs) et visiter leurs proches sur leur lit de mort.

À partir du XVe siècle, les chinois, Coréens et autres peuplades d'Extrême-Orient ont fréquenté les lupanars japonais[4]. Cette pratique est entretenue ensuite par les visiteurs venus d'Occident, surtout des marchands européens souvent accompagnés par leur équipe de lascars recrutés dans le sous-continent Indien (en sus d'africains dans un certain nombre de cas)[5]. Tout a débuté avec l'arrivée des Portugais au Japon au cours du XVIe siècle, lorsque les Japonais ont pensé que les Portugais étaient des Tenjiku (Habitants Célestes), nom japonais désignant l'Inde (en des temps reculés, ce nom avait été donné à l'Inde en raison de son importance dans la genèse du bouddhisme et le christianisme n'étant qu'une nouvelle religion indienne). Cette présomption erronée était due au fait que le siège de la Compagnie portugaise des Indes orientales était basé à Goa (Inde) mais aussi à l'obédience à la foi chrétienne des équipages servant sur les bateaux portugais[6].

Les Portugais, aidés en cela par leurs membres d'équipage, ont souvent été impliqués dans l'esclavage de Japonais. Ils achetaient ou capturaient de jeune femmes et des filles qui leur servaient d'esclaves sexuelles sur leurs bateaux ou étaient exportées à Macao ou dans d'autres colonies portugaises d'Asie du Sud-Est, des Amériques[5] et des Indes où se trouvait une forte proportion d'esclaves japonais et de marchands, en particulier à Goa, au début du XVIIe siècle[7]. Par la suite, d'autres Compagnies des Indes orientales, en particulier les Compagnies hollandaise et anglaise, ont également été impliquées dans la prostitution à l'époque où elles étaient implantées au Japon[8].

Ère Meiji (1868 - 1912)[modifier | modifier le code]

Le bakumatsu met fin à la politique d'isolationisme du Japon. Le flot des Occidentaux en direction du Japon amène un changement radical du Japon au cours de l'ère Meiji. Les écrivains japonais, notamment Ichiyō Higuchi, s'émeuvent des conditions de réclusion sordide dans laquelle vit la classe la plus basse des prostituées dans les « quartiers de plaisirs ». L'ordonnance no 16 du ministère de l'Intérieur, promulguée en 1908, pénalise la prostitution non officielle.

Les karayuki-san[modifier | modifier le code]

Les karayuki-san (唐行きさん?, littéralement « celles qui sont parties au-delà des mers ») sont des japonaises qui se sont expatriées dans les pays asiatiques de l'est et du sud-est au cours de la seconde moitié du XIXe siècle pour y travailler en tant que prostituées. Un grand nombre d'entre-elles sont originaires de l'île d'Amakusa (préfecture de Kumamoto) qui possédait une importante communauté chrétienne longtemps pourchassée.

Nombre de ces femmes expatriées comme karayuki-san sont issues de familles d'agriculteurs ou de pêcheurs peu fortunées. Les passeurs recrutent les jeunes filles dans les communautés pauvres en les achetant à leur parents et prennent en charge leur expatriation en leur disant qu'elles partaient outre-mer pour le service public. Les mêmes passeurs revendent les filles à l'industrie du sexe. Grâce à l'argent tiré de ce commerce, les intermédiaires ouvrent, à l'étranger, un lupanar pour leur propre compte.

Les dernières années du l'ère Meiji ont été l'âge d'or pour le karayuki-san. Les filles expatriées étaient connues sous le nom de joshigun (娘子軍?), ou « filles à soldats ». Néanmoins, avec l'internationalisation de ce qui était japonais, le commerce des karayuki-san a rapidement été considéré comme scandaleux. En 1920, la prostitution a été déclarée hors-la-loi et les bordels japonais de l'étranger fermés. Beaucoup de ces jeunes femmes sont rentrées au pays mais quelques-unes ont préféré rester.

Ère Shōwa (1926 - 1989)[modifier | modifier le code]

Dès la fin de la seconde Guerre mondiale le gouvernement de Naruhiko Higashikuni ouvre à nouveau les lupanars sous la bannière Recreation and Amusement Association afin de satisfaire les soldats de la force Alliée d'occupation. Le 19 août 1945, le ministère de l'Intérieur japonais mandate les instances gouvernementales locales pour ouvrir des centres de prostitutions afin de préserver la « pureté » de la « race japonaise ». La déclaration officielle déclarait : « Grâce au sacrifice de milliers d' okichi de l'ère Shōwa, nous établirons une barrière pour écarter la folle frénésie des troupes d'occupations afin de cultiver et de maintenir la pureté de notre race dans le futur[9], [10]... ». Les établissements sont rapidement ouverts par les conseillers du ministre Yoshio Kodama et Ryoichi Sasakawa. Quoi qu'il en soit, le SCAP abolit le système d'une prostitution encadrée dès 1946. En 1947, le Décret Impérial no 9 punit les personnes qui incitent des femmes à la prostitution mais la prostitution elle-même reste légale. Seule la loi anti-prostitution de 1956 (no 118 dont la promulgation dès le 24 mai 1956 a été stimulée par la progression alarmante du nombre de maladies sexuellement transmissibles parmi les soldats des forces d'occupation du Japon) a rendu la prostitution organisée illégale; tout au moins sous certaines formes.

Après la guerre du Pacifique, le karayuki-san devient un fait peu connu concernant le bas-ventre au Japon d'avant la guerre. Cependant, en 1972 le film Sandakan N° 8 de Tomoko Yamazaki fait prendre conscience de ce qu'était le karayuki-san et encourage des recherches et des publications ultérieures à son sujet.

Les principales destinations des karayuki-san étaient la Chine, Hong Kong, les Philippines, Bornéo, Thaïlande, et l'Indonésie. Elles étaient aussi dirigées vers les colonies Occidentales d'Asie en raison d'une forte demande émanant du personnel militaire. On rapporte également des cas de japonaises envoyées dans des contrées lointaines comme la Sibérie, la Mandchourie, Hawaii, l'Amérique du Nord (Californie) ainsi qu'en Afrique (Zanzibar).

Des femmes venues d'autres pays asiatiques, étrangères au Japon, et travaillant comme danseuses, chanteuses, hôtesses et stripteaseuses de la seconde moitié du XXe siècle étaient et sont encore désignées sous le vocable de japayuki-san (« celles qui sont venues au Japon »). Elles ont fait l'objet de nombreuses controverses.

Situation actuelle de la prostitution[modifier | modifier le code]

Statut légal[modifier | modifier le code]

L'article 3 de la loi anti-prostitution de 1956 indique que « Nul ne peut faire de prostitution ou en être le client[11] » sans qu'aucune peine coercitive soit prévue. Par contre, les faits suivants sont punis : sollicitations à la prostitution, procurer une personne en vue de prostitution, obliger une personne à se prostituer, recevoir une compensation en raison de la prostitution d'une autre personne, induire une personne à se prostituer moyennant une « avance », conclure un contrat dans le but qu'une personne se prostitue, fournir un local pour une prostitution, s'impliquer dans le recrutement de prostituées et, enfin, fournir de l'argent pour la prostitution.

Cependant, la définition de la prostitution est strictement limitée au rapport sexuel. Cela veut dire que sont exclus du champ d'application de la loi de nombreux actes sexuels tels que fellations, sodomies et autres actes sexuels sans pénétration vaginale. Le Businesses Affecting Public Morals Regulation Law (風俗営業取締法, Fūzoku eigyō torishimari hō?, 1948) amendé en 1985 puis en 1999 réglemente ce commerce.

L'industrie du sexe japonaise utilise de nombreux euphémismes pour masquer son commerce :

  • Soapland : sortes de lupanar, où des clients sont lavés, massés et ont des rapports sexuels avec des prostituées ;
  • Fashion-health massage (ファッションヘルス, fasshon herusu?), qui offrent une vaste gamme d'actes sexuels mais sans qu'il y ait coït pour respecter les termes de la loi ;
  • Pink salon (ピンクサロン, pinku saron?, litt. « salon rose »), spécialisé dans la fellation ;
  • Image club (イメージクラブ, imēji kurabu?) ou simplement imekura (イメクラ?), sorte de lupanar dans lequel les prostituées portent les vêtements suggérant une profession donnée (chirurgien, soubrette ou écolière par exemple) - ce qui les différencient des fashion-health - en fonction du goût ou du désir du client mais toujours modifiés pour les rendre sexuellement attirantes. Les actes sexuels sont limités aux fellations toujours pour respecter la loi (cf cosplay) ;
  • Call girls officiant via des services de santé ;
  • Des indépendantes peuvent être contactées par des telekura (téléphone clubs), où les clients paient pour s'assoir dans une alcôve et recevoir des appels des femmes participantes, qui peuvent éventuellement convenir d'un rendez-vous lorsqu'elles le souhaitent. De nos jours, les telekura se contentent de fournir une liste de numéros de téléphones portables que leurs clients peuvent appeler. Lorsque la jeune fille est mineure, de tels actes de prostitutions ont le nom d'enjo kōsai (援助交際?, litt. « relations d'entraide » ou « sortie pour soutenir », en abrégé, enkō) ou pudiquement « rendez-vous compensé » pour éviter tout problème avec la loi (voir plus bas).

La prostitution en chiffres[modifier | modifier le code]

L'industrie du sexe est très florissante au Japon où elle représente 1 % du PIB, équivalent au budget de la défense nationale[12]. D'après l'étude de Takashi Kadokura, économiste au Daichi Life Research Institute Inc., le marché japonais de l'industrie du sexe (fuzoku sangyo) a atteint 2,37 trillions de yens en 2001 contre 1,7 trillions en 1991[13].

En 2000, 13,6 % des hommes japonais avouent avoir payé pour du sexe alors qu'ils sont 0,3 % aux États-Unis, 0,6 % au Royaume-Uni, 1,1 % en France et 2,8 % aux Pays-Bas[13].

Au mois d'août 2008, on estimait à plus de 150 000 le nombre de femmes étrangères au Japon qui étaient prostituées. Le rapport de la Police Nationale Japonaise fait état que, sur les 165 femmes étrangères arrêtées pour atteinte à la moralité publique dans l'exercice de leur métier (売春防止法違反?) en 2007, 37 (43,5 %) étaient originaires de Chine, 13 (15,3 %) de Thaïlande, 12 (14,1 %) de Taïwan et de Corée[14], [15].

Prostitution de mineures[modifier | modifier le code]

Statut légal[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 1997, Tōkyō et Nagano étaient les seules zones au Japon où le sexe avec des enfants n'était pas illégal[16]. Une nouvelle loi japonaise a pris effet le 16 décembre 1997, faisant du commerce sexuel avec un mineur en dessous de 18 ans un acte criminel, pouvant donner lieu à un an d'emprisonnement et une amende équivalent à 2 600 livres sterling[17]. Avant cette loi, le contact sexuel avec un enfant de moins de 13 ans était illégal, mais autorisé avec un mineur consentant de plus de 13 ans[17], l'âge de la majorité sexuelle étant de treize ans au Japon[18].

De plus, ce n'est qu'en 2003 que le Japon a promulgué des lois réprimant la production, la distribution, la vente et la possession de pornographie enfantine, s'alignant en cela sur les pays occidentaux[19]. Selon la police nationale, 935 cas de pédopornographie ont été recensés en 2009, soit une hausse de 38,3 % par rapport à 2008[20]. Ces cas concernaient 411 enfants âgés de moins de 18 ans (+ 21,6 %), chiffre le plus élevé depuis le lancement de statistiques en 2000[20]. 650 personnes ont été déférées à la justice, dont seize parents de victimes[20]. 507 affaires ont été repérées via Internet, soit près du double qu'en 2008[20]. En 2010, 1 342 cas ont été comptabilisés, impliquant 618 mineurs[21]. En 2011, 1 455 cas ont été comptabilisés, impliquant 638 mineurs, dont 105 ayant moins de douze ans[22].

Enjo kōsai[modifier | modifier le code]

L' enjo kōsai est une pratique typiquement japonaise où des jeunes filles sont payées par des hommes plus âgés pour les accompagner (escort girl) et parfois pour se prostituer. Une partie non négligeable des étudiantes japonaises (voire lycéennes et collégiennes, notamment parmi les kogaru) sont amenées à se prostituer occasionnellement, soit volontairement, soit à la suite de requêtes d'hommes qui les abordent. D'après un rapport de la National Police Agency en 1996[23], « un tiers des cas de prostitution connus impliquent des adolescents. (…) Environ un quart des étudiantes japonaises entre 12 et 15 ans auraient participé à des conversations téléphoniques roses. Les conversations sont prévues à des dates fixées à l'avance et sont généralement sujettes à un accord préalable pour un service sexuel particulier, au prix fixé. »

Ce phénomène se distingue de la prostitution « classique » par les motivations supposées des jeunes filles impliquées (fréquemment des lycéennes) : plutôt qu'une source stable d'argent, c'est une source occasionnelle d'argent de poche ou d'appoint qui serait visée, fréquemment sous-tendue par le désir de se procurer des produits de marques.[réf. nécessaire]

Les relations qu'entretiennent ces jeunes filles avec les hommes qui les payent suscitent de vives critiques[24] à l'encontre du statu quo (l’enjo kōsai est parfaitement légal au Japon) entretenu par les autorités et eu égard à l'ampleur du phénomène[25]. La faible médiatisation du problème au sein de la société japonaise rend d'autant plus difficile son analyse à l'étranger.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Yoshiwara était un quartier d'Edo (l'actuelle ville de Tokyo) où se concentrait la « prostitution » à l'instar des « quartiers des plaisirs » d'Amsterdam ou de Hambourg. Ce quartier existe toujours à l'heure actuelle même si le racolage sur la voie publique a été interdit. Il existe d'autres quartiers, aussi bien dans la ville d'Edo que dans d'autres villes du Japon, dévolus à cette activité mais le quartier de Yoshiwara reste le plus connu et se visite tout comme le « quartier des plaisirs » d'Amsterdam ou de Hambourg.
  2. « No person may either do prostitution or become the customer... »
  3. Fûzoku désignait les quartiers interdits à l'époque Edo
  4. Leupp, Gary P. Interracial Intimacy in Japan, p. 48, ed. Continuum International Publishing Group, 2003, (ISBN 0826460747)
  5. a et b (en) Leupp, Gary Interracial Intimacy in Japan, p. 49, ed. Continuum International Publishing Group, 2003, (ISBN 0826460747)
  6. (en) Leupp, Gary p. 35
  7. Leupp, Gary Interracial Intimacy in Japan, p. 52, éditeur: Continuum International Publishing Group, 2003, (ISBN 0826460747)
  8. (en) Leupp, Gary p. 50
  9. « Through the sacrifice of thousands of "Okichis" of the Shōwa era, we shall construct a dike to hold back the mad frenzy of the occupation troops and cultivate and preserve the purity of our race long into the future... »
  10. Herbert P. Bix, Hirohito and the Making of Modern Japan, 2001, p. 538, citant Kinkabara Samon et Takemae Eiji op. Showashi : kokumin non naka no haran to gekido no hanseiki-zohoban, 1989, p. 244
  11. « No person may either do prostitution or become the customer of it »
  12. CATW - Asia Pacific, Trafficking in Women and Prostitution in the Asia Pacific
  13. a et b (fr) Agnès Giard, L'imaginaire érotique au Japon (ISBN 978-2-226-16676-0) p.292.
  14. 来日外国人犯罪の検挙状況(平成19年), p. 20
  15. CATW-Asia Pacific, Newsletter Volume 1.2, Hiver 1998
  16. Joseph Coleman, « Pornography Easy to Find in Japan », Associated Press sur Herald journal, août 1997
  17. a et b The Times, Londres, le 11 octobre 1997
  18. (en) Sexual Offences Laws : Japan, Interpol
  19. (en) William Sparrow, « Japan's Lolita merchants feel the heat », sur Asia Times,‎ 23 février 2008 (consulté le 5 mai 2010)
  20. a, b, c et d « La pornographie infantile en forte hausse au Japon », sur Aujourd'hui le Japon, AFP,‎ 18 février 2010 (consulté le 18 février 2010)
  21. Gilles Campion, « La pornographie infantile continue de prospérer au Japon », AFP sur Google News, le 24 février 2011
  22. (en) Record number of child porn cases uncovered in Japan in 2011, Kyodo sur Mainichi Shinbun, le 17 février 2012
  23. National police agency : dépêche de Reuters du 13 août 1997)
  24. Cf. écrits de l'écrivain japonais Ryū Murakami
  25. Selon des estimations variées, 23 % des lycéennes pratiqueraient l' enjo kōsai, avec ou sans acte sexuel. En comparaison, on estime qu'en 2006, approximativement 40 000 étudiantes françaises se sont livrées au moins une fois à des rapports rémunérés (en général à la suite d'un petit boulot classique trouvé dans un journal) [in Émission radio du matin sur RTL, le 30 octobre 2006]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Agnès Giard, L'imaginaire érotique au Japon (ISBN 978-2-226-16676-0).
  • (en) Araki, Nobuyoshi. Tokyo Lucky Hole. Köln; New York: Taschen, 1997, ISBN 3822881899, 768 pages, Photographies en noir et blanc de péripatéticiennes Shinjuku et clients prises au mois de mai 1983;
  • (en) Associated Press « Women turn to selling sexual favors in Japan », Taipei Times, p. 11,‎ 9 décembre 2002 (consulté le 11-10-2006);
  • (en) Bornoff, Nicholas Pink Samurai: Love, Marriage and Sex in Contemporary Japan. New York: Pocket Books (Livre de Poche), 1991. ISBN 0671742655;
  • (en) Clements, Steven Langhorne Tokyo Pink Guide. Tokyo: Yenbooks, 1993. ISBN 0804819157;
  • (en) Constantine, Peter. Japan's Sex Trade: A Journey Through Japan's Erotic Subcultures. Tokyo: Yenbooks, 1993. ISBN 4900737003;
  • (en) « The Day the Red Lights Went Out in Japan », MSN-Mainichi Daily News,‎ 1er avril 2008 (consulté le 02-04-2008);
  • (en) De Becker, J. E. The Nightless City ... or, The "History of the Yoshiwara Yūkwaku", 4e ed. rev. Yokohama [etc.] M. Nössler & Co.; London, Probsthain & Co., 1905. ISBN 1933330384;
  • (en) De Becker, J. E. The Nightless City: Geisha and Courtesan Life in Old Tokyo (réimpression). Mineola, N.Y.: Dover Publications, 2007. ISBN 0486455637;
  • (en) De Mente, Boye Lafayette. The Pleasure Girls and Flesh Pots of Japan. London: Ortolan Press, 1966;
  • (en) De Mente, Boye Lafayette. Sex and the Japanese: The Sensual Side of Japan Rutland, Vermont: Tuttle Publishing, 2006. ISBN 0804838267;
  • (en) De Mente, Boye Lafayette. Tadahito Nadamoto (illus.). Some Prefer Geisha: The Lively Art of Mistress Keeping in Japan. Rutland, Vermont: Charles E. Tuttle Co., 1966;
  • (en) Fitzpatrick, William. Tokyo After Dark. New York: McFadden Books, 1965;
  • (en) French, Howard W. « Japan's Red Light 'Scouts' and Their Gullible Discoveries », The New York Times,‎ 15 novembre 2001 (consulté le 11-10-2006);.
  • (en) Goodwin, Janet R. Selling Songs and Smiles: The Sex Trade in Heian and Kamakura Japan. Honolulu: University of Hawai’i Press, 2007. ISBN 0824830687, ISBN 0824830970.
  • (en) Japan The Trafficking of Women.
  • (en) Kamiyama, Masuo « The day Japan's red lights flickered out », MSN-Mainichi Daily News,‎ 25 février 2006 (consulté le 11-10-2006);
  • (en) Kattoulas, Velisarios « Human Trafficking: Bright Lights, Brutal Life », Far East Economic Review,‎ 3 août 2000 (consulté le 11-10-2006);
  • (en) Longstreet, Stephen, and Ethel Longstreet. Yoshiwara: City of the Senses. New York: McKay, 1970;
  • (en) McMurtrie, Douglas C. Ancient Prostitution in Japan. Whitefish, Montana: Kessinger Publishing, 2005. ISBN 1425372066. Publication originale: Stone, Lee Alexander (ed.). The Story of Phallicism volume 2. Chicago: Pascal Covici, 1927. Réimpression: Whitefish, Montana: Kessinger Publishing, 2003. ISBN 0766141152;
  • (en) « Ambiguous attitudes vex kiddy sex laws », MSN-Mainichi Daily News,‎ 20 décembre 2001 (consulté le 11-10-2006);
  • (en) Seigle, Cecilia Segawa. Yoshiwara: The Glittering World of ihe Japanese Courtesan. Honolulu: University of Hawaii Press, 1993. <ISBN 0824814886;
  • (en) Sinclair, Joan Pink Box: Inside Japan's Sex Clubs ed. Harry N. Abrams, Inc, New York, 2006. ISBN 0810992590
  • (en) Talmadge, Eric. Getting Wet: Adventures in the Japanese Bath. Tokyo ; New York: Kodansha International, 2006. ISBN 4770030207;
  • (en) Yokoyama, M. « Analysis of Prostitution in Japan », International Journal of Comparative and Applied Criminal Justice, 19, no. 1 (1995): 47–60.
  • (en) Yokoyama, M. « Emergence of Anti-Prostitution Law in Japan—Analysis from Sociology of Criminal Law », International Journal of Comparative and Applied Criminal Justice, 17, no. 2 (1993): p. 211–218.