Enjo kōsai

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Trois caractères japonais Cette page contient des caractères japonais. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.

Enjo kōsai (援助交際?), parfois abrégé en enkō, est un mot japonais signifiant « (faire) connaissance pour aider » ou « sortie pour soutenir ». C'est une pratique japonaise où des adolescentes, surtout lycéennes, sont payées par des hommes plus âgés pour les accompagner (escort girl) et parfois pour se prostituer.

La pratique de l'enjo kosai est d'autant plus courante au Japon que l'âge de la majorité sexuelle y est de 13 ans[1]. Cependant, la plupart des observateurs, notamment étrangers, regardent cela comme une forme de prostitution impliquant des mineures,[réf. nécessaire] même si, dans bien des cas, il n'y a pas d'échanges de baisers ou plusieurs couples ne se tiennent pas par la main.[réf. nécessaire] La poursuite pour activité sexuelle (rémunérée) serait très rare.[réf. nécessaire]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le réseau social entourant l'enjo kōsai est complexe. À l'origine, la plupart des contacts initiaux étaient faits par l'intermédiaire des telekuras (telephone clubs), où les clients paient le droit d'entrer dans une cabine téléphonique (environ 1 000 yens) d'où ils peuvent appeler un centre qui répercute l'appel sur le téléphone cellulaire d'une lycéenne. Celle-ci rappelle à son tour le client pour convenir d'un rendez-vous et de la nature des relations qu'auront les partenaires le temps d'une soirée. De nos jours, les telekuras se contentent de fournir une liste de numéros de téléphones portables que leurs clients peuvent appeler directement.

L'enjo kōsai est lié à la sous-culture de consommation Kogal. Il est apparu à la fin du boom économique des années 1980, date à partir de laquelle la prostitution des lycéennes sort de la marginalité sous l'impulsion d'hommes d'affaires qui voient là un nouveau marché lucratif. Ils mettent en place le système des telékuras et empochent ainsi des millions de yens.

Bien entendu les hommes d'affaires font leur publicité à grand frais distribuant des kleenex avec des numéros de telekuras, apposant des affichettes et des publicités sur les parois des cabines téléphoniques publiques, principalement aux abords des lycées, avec des listes de numéros gratuits à appeler ou vantant les mérites d'un argent facilement gagné. Harcelées de publicité, éblouies par l'appât du gain, 30 % des lycéennes se laissent tenter et appellent quitte à ne pas donner suite ultérieurement.

De nombreux observateurs pensent qu'il a été une façon pour les jeunes filles de préserver le style de vie consumériste de cette époque, en dépit de la situation économique plus difficile de leur famille. D'autres, en particulier dans l’« establishment » académique japonais, voient l'enjo kōsai comme un rite de passage qui s'est naturellement développé au sein de la société capitaliste contemporaine du Japon.

Chiffres[modifier | modifier le code]

Selon des estimations variées, plus de 20 % des lycéennes pratiqueraient l'enjo kōsai, avec ou sans acte sexuel[2].

En comparaison, on estime qu'en 2006, approximativement 40 000 étudiantes françaises se sont livrées au moins une fois à des rapports rémunérés (en général à la suite d'un petit boulot classique trouvé dans un journal)[3][réf. insuffisante].

Législation[modifier | modifier le code]

La prostitution a été rendue illégale au Japon par la loi du , bien que la définition de la prostitution tombant sous le coup de la loi soit restreinte aux seuls contacts génitaux-génitaux. Des lois spéciales sur la prostitution des mineurs ont été mises en place progressivement durant les années 1980.

Malgré tout, l'enjo kōsai n'a pas été réglementé par le gouvernement japonais, puisque ne tombant pas dans la définition de la prostitution, sauf si le client paye expressément la fille pour un service sexuel (ce qui est rare, étant donné la nature indirecte des transactions). Du fait que la majorité sexuelle au Japon dépend de la juridiction[4], variant de 13 à 17 ans, les clients ne peuvent être accusés d'abus sexuel de mineurs.

En dépit de l'ambivalence des législations et des gouvernements, l'enjo kōsai a été dénoncé par les médias japonais.

Les films Bounce Ko Gals (Baunsu ko gaurusu) (1997) du cinéaste Masato Harada (qui prend place dans le monde des burusera - magasins vendant des culottes usagées - et des kogals) et Love and Pop (1998) d'Hideaki Anno traitent tous les deux de l’enjo kōsai. La célèbre série animée Great Teacher Onizuka (1998) parle également de cette pratique sur 2 épisodes. Mogi Natsuki, personnage de l'anime Initial D, pratique l'enjo kōsai dans la première phase. Aux États-Unis et au Canada, ce fait a été censuré[Par qui ?] en transformant son « patron » en « oncle »…

Sous la pression des médias, le gouvernement se décide à intervenir. En 1997 il promulgue une loi interdisant d'apposer les affichettes à moins de 100 mètres d'un lycée. Cette loi interdit également les relations sexuelles payantes avec une personne mineure de 18 ans. Un prêtre bouddhiste de 44 ans, Kenichi Itani, est le premier homme condamné au nom de cette loi[5]. La crainte des sanctions judiciaires a un effet dissuasif sur les adultes et entraîne, à terme, la disparition progressive des telekuras.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Japan -- Age of Consent pour plus de détails.
  2. (en) Fukutomi Mamoru, « An Analytical Study on the Causes of and Attitudes Toward ‘Enjo Kōsai’ among Female High School Students in Japan », Professor, Tokyo Gakugei University, Asian Women’s Fund,‎ March 1997, p. 75–76
  3. Émission radio du matin sur RTL, le 30 octobre 2006.
  4. La loi sur la majorité sexuelle et la prostitution est très complexe. Elle tend à protéger les personnes de moins de 18 ans. Se référer à la page Japan -- Age of Consent pour plus de détails.
  5. Kenichi Itani avait proposé 24 000 yens à une adolescente de 17 ans pour avoir une relation sexuelle avec lui. La jeune fille l'a dénoncé

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]