Pirates des Caraïbes : La Malédiction du Black Pearl

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Pirates des Caraïbes :
La Malédiction du Black Pearl

Description de cette image, également commentée ci-après

Logo original du film.

Titre québécois Pirates des Caraïbes : La Malédiction de la Perle noire
Titre original Pirates of the Caribbean: The Curse of the Black Pearl
Réalisation Gore Verbinski
Scénario Ted Elliott
Terry Rossio
Acteurs principaux
Sociétés de production Walt Disney Pictures
Jerry Bruckheimer Films
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Aventure
Sortie 2003
Durée 143 minutes (2h23)

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Pirates des Caraïbes : La Malédiction du Black Pearl ou Pirates des Caraïbes : La Malédiction de la Perle noire, au Québec et au Nouveau-Brunswick (Pirates of the Caribbean: The Curse of the Black Pearl) est un film d'aventures américain de Gore Verbinski, sorti en 2003 et inspiré de l'attraction Pirates des Caraïbes de Walt Disney Parks and Resorts.

Premier volet de la franchise Pirates des Caraïbes, il est suivi par Le Secret du coffre maudit (2006), Jusqu'au bout du monde (2007) et La Fontaine de Jouvence (2011).

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le gouverneur Weatherby Swann et sa fille de douze ans Elizabeth sont en route vers Port Royal (en Jamaïque), via le bateau du capitaine James Norrington de la marine Royale. Ils rencontrent un naufrage dans lequel ils trouvent un survivant, Will Turner. Il s’agit d’un enfant, qui porte sur lui une médaille d’or. Elizabeth lui enlève la médaille afin que son père ne puisse pas savoir qu'il est en fait un pirate. Elle aperçoit dans le brouillard un navire aux voiles déchirées noirs, le Black Pearl.

Huit ans après, Norrington est promu au grade de commodore. Il demande Elizabeth en mariage. Mais avant qu’elle ne lui réponde, elle s’évanouit et tombe dans la baie. Quand la médaille touche l’eau, une impulsion se produit. Le capitaine et pirate Jack Sparrow arrive à Port Royal avec l’intention de voler un navire. Il sauve Elizabeth, mais Norrington l’identifie et l’arrête. Jack réussit à s’échapper en se servant d’Elizabeth comme otage. Il rencontre Will, qui est devenu forgeron, et qui l'empêche de s'échapper. Jack est arrêté pour être pendu le lendemain. Cette nuit-là, Port Royal est attaqué par l' équipage du Black Pearl à la recherche de la médaille. Ils capturent Elizabeth ; celle-ci prétend alors être Elizabeth Turner. Elle arrive à négocier avec leur capitaine: Hector Barbossa qu’ils arrêtent leur attaque en échange de la médaille. Le capitaine Hector Barbossa accepte, mais il garde Elizabeth prisonnière. Barbossa croit qu’elle détient le moyen de rompre la malédiction qui pèse sur eux et le Pearl.

Will, qui aime Elizabeth, suggère au gouverneur de passer un accord avec Jack Sparrow pour qu’il les guide au Black Pearl, mais Norrington refuse, arguant du fait que les pirates ont laissé Jack dans sa prison. Will persuade Jack de l’aider pour sauver son amour en échange de sa liberté. Jack accepte après qu’il ait appris que son nom est Turner. Jack croit qu’il peut récupérer son navire en utilisant Will comme moyen d’échange. Tous deux réussissent à voler un vaisseau de la Marine Royale. Jack, avec l’aide d’un ancien camarade, trouve un équipage. Ils voyagent vers l'Isla de Muerta, car Jack sait que les pirates vont aller là-bas pour rompre la malédiction. Will apprend que Jack était le capitaine du Black Pearl, mais que son second Barbossa s'est mutiné avec le reste de l'équipage, et l'a abandonné dans une ile. Jack s’échappa trois jours plus tard. Il apprend également que son père William « Bill le Bottier » Turner, était un pirate du Black Pearl. Les pirates ont découvert un trésor maudit, qui les a rendu immortels, mais incapables de satisfaire leurs besoins naturels. Leur forme réelle de cadavres ambulants n'est visible qu'avec la lumière de la Lune.

À l'Isla de Muerta, Barbossa, croyant qu’Elizabeth est la fille du Bottier, utilise le sang de celle-ci pour rompre la malédiction, mais rien ne change. Will, à son arrivée sur l’ile, suspecte que Jack tentera de le trahir, et l’assomme. Il sauve Elizabeth et ils s’échappent vers l' Intercepteur, laissant Jack. Celui-ci demande à Barbossa de lui rendre le Black Pearl en échange de la révélation de l’identité du fils du Bottier. Par la suite le Black Pearl réussit a rattraper l' Intercepteur pourtant réputé pour le navire le plus rapide des Caraibes. Les pirates réussissent à prendre le contrôle du navire, volé a Port Royal. Will révèle qu’il est le fils de Bill le Bottier, et exige la liberté d’Elizabeth, et la sauvegarde de l'équipage. Barbossa abandonne Elizabeth et Jack sur la même ile où avait auparavant abandonné Jack. Les pirates voyagent maintenant vers l'Isla de Muerta pour rompre la malédiction en saignant Will Turner. Sur l’ile, Elizabeth découvre comment Jack a réussi à s’en échapper la première fois : cette dernière a été utilisée comme cachette par des trafiquants de rhum.

Elizabeth brûle ce que contenait la cachette abandonnée des trafiquants, pour créer un signal en espérant que les bateaux de la Marine royale soient alertés. Norrington retrouve Elizabeth, et elle le convainc de sauver Will en acceptant son offre au mariage. À l'Isla de Muerta, Norrington prépare un plan d’attaque pendant que Jack persuade Barbossa de former une alliance. Il lui propose de rompre la malédiction après avoir tué l’équipage de Norrington. Elizabeth s’infiltre dans le Black Pearl et libère l’équipage de Jack. Barbossa accepte le plan de Jack, et son équipage attaque le bateau de Norrington, mais en passant sous la surface, ce qui trompe Norrington. Jack attaque alors Barbossa, resté tout seul sur l’ile. Norrington abandonne son plan d’attaque et retourne sur son bateau. Ils sont pris dans le piège des pirates. Quand Barbossa essaye de tuer Elizabeth, Jack tire sur lui avec un pistolet. Ce dernier croit que Jack a juste gaspillé sa dernière balle. Mais Will a réussi à dénouer la malédiction à ce moment, et les trois pirates encore vivant sont maintenant redevenus des êtres normaux.

À Port Royal, Jack est condamné à mort. Will sauve Jack, car il pense qu’il a mérité de vivre. Mais tous deux sont capturés, mais Jack s’échappe et est recueilli par son équipage qui l’attend sur le Black Pearl. Le film se termine avec Jack regardant son compas et chantant A Pirate's Life for Me. Après le générique de fin, le capitaine Barbossa est vu avec son singe. Le singe regarde dans le coffre dans lequel se trouvent toutes les autres médailles. Il enlève celle qui est tachée de sang, et redevient alors maudit.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Réplique du Black Pearl.

Distribution[modifier | modifier le code]

Personnages principaux[modifier | modifier le code]

Johnny Depp, dans le rôle du personnage principal Jack Sparrow.

Personnages secondaires[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage a débuté du jusqu'en mars 2003[1] en extérieurs à Saint-Vincent-et-les-Grenadines, en République dominicaine, puis en studio à Los Angeles (Californie).

Musique[modifier | modifier le code]

Initialement, la musique devait être composée par Alan Silvestri, mais pour des divergences artistiques, Jerry Bruckheimer confie le projet à Hans Zimmer[2]. Ce dernier ayant promis à Tom Cruise et à Edward Zwick de se consacrer à leur film Le Dernier Samouraï, il se voit obligé de refuser et de laisser Pirates des Caraïbes : La Malédiction du Black Pearl dans l’urgence à toute son équipe (Media Ventures). Néanmoins, Hans Zimmer va composer les principaux thèmes du film ainsi que les bandes originales complètes des deux suites. Du fait de son travail, c’est Klaus Badelt qui va hériter du crédit principal pour le premier film.

Accueil[modifier | modifier le code]

La première mondiale du film s'est tenue au parc Disneyland d'Anaheimen Californie le . En France, le film est distribué à partir du [3].

Box-office[modifier | modifier le code]

Le film a connu un grand succès au box-office. Pourtant, quelques mois avant sa sortie, peu de journalistes y croyaient : le genre n'ayant pas à l'époque le vent en poupe (par exemple Cutthroat Island a été un échec commercial)[4]. Walt Disney Pictures a également pris un risque majeur : il s'agissait de son premier film classé PG-13 aux États-Unis[5]. Le réalisateur Gore Verbinski, de son côté, n’a pas apprécié que Disney ajoute un sous-titre au film (La Malédiction du Black Pearl), afin de permettre de titrer de nouveaux épisodes en cas de succès, et s'est arrangé pour qu'il soit illisible sur l'affiche[réf. nécessaire].

Lors de sa sortie, le film s’est classé à la première place du box-office américain en rapportant 46 630 690 de dollars dès le premier week-end d'exploitation. Idem dans le reste du monde, Pirates des Caraïbes a rapporté 348 850 097 de dollars, soit un total cumulé de 654 264 015 de dollars. Le film se classe ainsi en quatrième place des grand succès de l’année 2003[6].

Critiques[modifier | modifier le code]

Le film a été bien accueilli par les critiques. Selon Rotten Tomatoes, 78 % de 196 critiques recueillies étaient favorable pour le film, il obtient ainsi une note de 7/10[7]. Sur Metacritic, le film obtient un score de 63 pour 100[8].

Produits dérivés[modifier | modifier le code]

Les éditions DVD et VHS du film ont été commercialisées cinq mois après la première diffusion du film aux États-Unis le [9], avec 11 millions d'exemplaires vendus la première semaine, un record dans le domaine des films d'action[10]. Le film atteint 235,3 millions de dollars depuis ses ventes en DVD en date du mois de janvier 2004[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Pirates des Caraïbes, la malédiction du Black Pearl (2003) », sur Internet Movie Database (consulté le 3 octobre 2011)
  2. (en) Dan Goldwasser, « Battling monsters with Alan Silvestri », sur Soundtrack.net,‎ 21 janvier 2005 (consulté le 30 octobre 2008)
  3. « Pirates des Caraïbes : la Malédiction du Black Pearl », sur Allociné (consulté le 3 octobre 2011)
  4. (en) Chris Nashawaty, « Box Office Buccaneer », Entertainment Weekly,‎ 25 juillet 2003 (lire en ligne)
  5. (en) Stax, « Depp & Bruckheimer Talk Pirates », IGN,‎ 25 juillet 2003 (lire en ligne)
  6. (en) « (en) Pirates of the Caribbean: The Curse of the Black Pearl (2003) », Box Office Mojo (consulté le 21 mai 2007)
  7. (en) « Pirates of the Caribbean: The Curse of the Black Pearl », sur Rotten Tomatoes (consulté le 21 octobre 2010)
  8. (en) « (en) Pirates of the Caribbean: The Curse of the Black Pearl », Metacritic.com (consulté le 21 octobre 2010)
  9. (en) « Pirates of the Caribbean: The Curse of the Black Pearl », sur AOL@Movies (consulté le 8 juillet 2007)
  10. (en) « 'Pirates' Videos Sail Out the Doors at Rental Outlets », sur Movie & TV News @ IMDb.com,‎ 11 décembre 2003 (consulté le 10 novembre 2007)
  11. (en) « Pirates of the Caribbean: The Curse of the Black Pearl », sur The-Numbers.com (consulté le 2 février 2011)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :