Le Mexicain (film, 2001)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Mexicain.

Le Mexicain

Titre original The Mexican
Réalisation Gore Verbinski
Scénario J.H. Wyman
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Sortie 2001
Durée 120 min.

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Mexicain (The Mexican) est un film américain réalisé par Gore Verbinski, sorti en 2001.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Du fond de sa cellule, Arnold Margolese rêve de se procurer le Mexicain, pistolet de légende. Il demande au petit malfrat Jerry Welbach de retrouver ce pistolet. Samantha Barzel, petite amie de ce dernier, le quitte.

Découvrir le pistolet semble facile, mais la suite se gâte, car le pistolet est envoûté. Une malédiction s'est abattue sur chacun des possesseurs du pistolet.

Au même moment, Samantha Barzel qui part pour Las Vegas pour devenir croupière, se fait enlever par le tueur à gage "Leroy", lui aussi intéressé par le Mexicain.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Critiques presse[modifier | modifier le code]

  • Le Nouvel Observateur : « On regarde sans déplaisir, on oublie, et c'est très bien comme ça » (François Forestier)
  • MCinéma.com : « (...) une comédie d'action pas drôle avec un rythme à vous endormir, c'est dramatique. On ne ressent finalement que de la sympathie envers Julia Roberts et Brad Pitt, beaux et attachants comme toujours, ce qui limite quelque peu l'ennui. » (Jérémie Lecaudey)[4]
  • Libération : « (...) dans le Mexicain, Julia Roberts et Brad Pitt se sont tous deux aménagés un film dont ils sont l'unique star (...). Le film de Brad Pitt est nul. (...) La partie Julia Roberts est moins ingrate. » (Jean-Marc Lalanne)
  • ELLE : « Tout n'est pas raté dans ce film. Il y a quelques grands moments que l'on doit à James Gandolfini, formidable en tueur gay (...). Mais pour quelques grandes scènes entre Julia Roberts et James Gandolfini, le reste du temps, le film se traîne. Dommage. » (Sacha Reins)
  • Positif : « C'est peu dire que le scénario de J.H. Wyman (...) et la mise en scène de Gore Verbinski (...) plombent le spectacle, avec leurs intrigues à tiroirs et leurs flash-backs récurrents et pesants. » (Michel Ciment)
  • Le Journal du dimanche : « (...) la caméra s'égare pendant plus de deux heures dans les méandres d'une histoire décousue qui hésite entre le road movie, la comédie romantique et le polar sans jamais trouver le ton juste (...) » (Stéphanie Belpêche)
  • Les Échos : « Un scénario pas plus bête qu'un autre, d'ailleurs. Mais qui, bizarrement, se traîne, malgré moult retournements de situation, dans un vide abyssal. » (Annie Coppermann)
  • Repérages : « (...) une quête mélangée de romance contrariée et de road movie second degré sans jamais trouver un vrai chemin. Confus et raté. » (Julien Welter)
  • Télérama : « (...) le rythme est lâche, l'histoire tirée par les cheveux, l'image aussi racoleuse que n'importe quelle pub sous le cagnard. Le pétard, lui, est mouillé. » (Jacques Morice)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [bande-annonce http://www.dailymotion.com/video/x8wife_le-mexicain-bande-annonce-fr_shortfilms]
  2. a, b, c, d, e, f et g Doublagissimo
  3. voxofilm.free.fr
  4. Critique de MCinéma.com