Épithalame

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'épithalame (en grec ancien ἐπιθαλάμιον / epithalámion) est une sorte de poème lyrique composé chez les Anciens à l'occasion d'un mariage et à la louange des nouveaux époux. En Grèce, il était chanté par un chœur, soit de jeunes vierges seules, soit de jeunes filles et de jeunes garçons, avec accompagnement de danses. On le nommait aussi catakoemèse (de catakoimân, envoyer dormir).

Antiquité (grecque, romaine et hébraïque)[modifier | modifier le code]

Grèce antique

Les épithalames de Sappho étaient célèbres : nous n'en avons que des fragments. La 18e idylle de Théocrite est un épithalame en l'honneur de Ménélas et d'Hélène.

Rome antique

Chez Catulle, il y a un beau chant nuptial en l'honneur de Julie et de Manlius[1], et l'épithalame de Thétis et de Pélée[2].
Claudien : épithalame d'Honorius et de Marie.

Hébreux

XVIe siècle et XVIIe siècle[modifier | modifier le code]

Au XVIe siècle et XVIIe siècle, Buchanan (1506 - 1582), Ronsard (1524 - 1585), Malherbe (1555 - 1628), Scarron (1610 - 1660), Jean-Baptiste Marini (1569-1625), se sont distingués dans ce genre de composition.

EXEMPLE

Épithalame : Chant d'amour de Jean de Saint-Samson ((1571 - 1636) Carme, 1571-1636), traduit de l'ancien français par Jean Perrin (MEP, 1914-2005), collection Livre de vie, n° 155, Éd. du Seuil, Paris, 1997, 176 p. (ISBN 2-02-030898-3)

XIXe siècle et XXe siècle[modifier | modifier le code]

Homonymie[modifier | modifier le code]

  • L'écrivain français Jacques Chardonne intitule ainsi son premier « roman de couple » L'Épithalame (1921).

Musique[modifier | modifier le code]

Certains compositeurs ont nommé leur pièce musicale épithalame :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Épithalame de Julie et de Manlius.
  2. (la) Carmina 64 ; Épithalame de Thétis et de Pélée.