Distique élégiaque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le distique élégiaque est une strophe composée de deux vers (un distique) formée pour le premier d'un hexamètre dactylique et pour le second d'un pentamètre dactylique. C'est par excellence le vers de l'élégie grecque et latine de l'Antiquité.

Utilisation du distique élégiaque dans la littérature antique[modifier | modifier le code]

Le distique élégiaque était utilisé par les gnomiques puis par les épigrammatiques pour des sentences morales ou autres mais il est surtout connu par les Alexandrins, dont le plus illustre représentant est Callimaque de Cyrène. C'est à la plainte lyrique, notamment amoureuse, et au récit mythologique que le distique élégiaque a été le plus associé.

La métrique bivalente de ce distique, qui part d'un élan initial (l'hexamètre, vers de l'épopée) pour se briser avec le pentamètre, lui donne un rythme spécifique, fait d'envolées et de retombées, qui a pour effet de syncoper le discours. Aussi le distique élégiaque refuse-t-il l'épopée et l'éloquence.

Scansion d'un distique élégiaque[modifier | modifier le code]

Les distiques élégiaques sont traditionnellement imprimés avec un plus grand alinéa pour le pentamètre. Leur identification en est ainsi grandement facilitée :

O numquam pro me satis indignate Cupido → hexamètre
O in corde meo desidiose puer, → pentamètre
Quid me, qui miles numquam tua signa reliqui, → hexamètre
Lædis, et in castris vulneror ipse meis ? → pentamètre

Ovide, Amours, II, 9, v. 1-4[1].

Hexamètre[modifier | modifier le code]

Le distique élégiaque se composant d'un hexamètre dactylique, on renvoie le lecteur à cet article pour plus d'explications.

Pentamètre[modifier | modifier le code]

Le pentamètre dactylique est un vers qu'on ne rencontre que dans le distique élégiaque. Contrairement à ce que son nom pourrait laisser croire, il est composé de six pieds et non de cinq ; seulement, le 3e et le 6e sont dits « catalectiques », c'est-à-dire incomplets (il manque une syllabe à chacun des deux hémistiches). Le mètre adopte les possibilités de réalisation suivantes[2] :

_ UU | _ UU |_ | _ UU | _ UU | U

À noter :

  • les 3e et 6e pieds ne sont composés que d'une syllabe, forcément longue pour le 3e, anceps pour le 6e ;
  • seuls les pieds 1 et 2 offrent un choix entre le dactyle et le spondée ;
  • la césure tombe toujours après le 3e pied.

Exemple[modifier | modifier le code]

Ō nūm/quām prō/ mē sătĭs / īndīg/nātĕ Cŭ/pīdō
Ō īn/ cōrdĕ mĕ/ō/ dēsĭdĭ/ōsĕ pŭ/ĕr,
Quīd mē/, quī mī/lēs nūm/quām tŭă/ sīgnă rĕ/līquī,
Laedĭs, ĕt/ īn cās/trīs/ vūlnĕrŏr/ īpsĕ mĕ/īs ?

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Toi qui jamais ne compatis assez à mon égard, Cupidon,
    Toi l'enfant négligeant mon cœur,
    Moi, ton soldat, qui n'ai jamais abandonné ton étendard,
    Pourquoi m'agresses-tu ?, pourquoi me blesses-tu dans mes derniers retranchements ?
  2. La notation suit les mêmes conventions que dans les articles Hexamètre dactylique ou Scansion.

Articles connexes[modifier | modifier le code]