Ossuaire de Douaumont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Douaumont (homonymie).
Ossuaire de Douaumont
Image illustrative de l'article Ossuaire de Douaumont
Le cimetière et l'ossuaire de Douaumont.
Pays Drapeau de la France France
Département Meuse
Ville Douaumont
Nombre de tombes 16 142
Mise en service 1932
Coordonnées 49° 12′ 29″ N 5° 25′ 25″ E / 49.208056, 5.42361149° 12′ 29″ Nord 5° 25′ 25″ Est / 49.208056, 5.423611  

Géolocalisation sur la carte : Lorraine

(Voir situation sur carte : Lorraine)
Ossuaire de Douaumont

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Ossuaire de Douaumont

L'ossuaire de Douaumont est une nécropole nationale située sur le territoire de la commune française de Douaumont, en Lorraine.

Le monument fut conçu après la bataille de Verdun. Il abrite un cloître long de près de 137 mètres avec des tombeaux pour environ 130 000 soldats inconnus, allemands et français, indéfectiblement entremêlés. En face de l'ossuaire se trouve un immense cimetière composé de 16 142 tombes individuelles de soldats français, dont un carré pour 592 soldats musulmans de l'Empire colonial[1].

Historique[modifier | modifier le code]

La bataille de Verdun, du 21 février 1916 à décembre 1916, a compté 300 jours et 300 nuits de combats acharnés, pendant lesquels environ 300 000 soldats français et allemands ont été portés disparus.

Ossuaire provisoire de 1920 à 1927[modifier | modifier le code]

Vue de l'ossuaire provisoire en 1920 ; au premier plan, Monseigneur Gattinot, Monseigneur Ginisty et l'abbé Noël.
Intérieur de l'ossuaire provisoire.

C'est en parcourant les lieux, aux premiers jours de l'Armistice de 1918, que monseigneur Ginisty[2], évêque de Verdun, accompagné du général Valantin, gouverneur de Verdun, a l'idée de donner aux restes des soldats tombés lors de la bataille une sépulture décente où les familles pourraient venir se recueillir et prier leurs disparus.

La première pierre est posée le 22 août 1920 par le maréchal Pétain, président d'honneur du Comité de l'Ossuaire. Le transfert solennel de l'ossuaire provisoire à l'ossuaire définitif des 52 cercueils représentant les secteurs de la bataille de Verdun a lieu le 17 septembre 1927.

Ossuaire en béton actuel[modifier | modifier le code]

L'inauguration officielle par le président de la République Albert Lebrun se déroule le 7 août 1932.

Le 22 septembre 1984, le président français François Mitterrand et le chancelier allemand Helmut Kohl y rendent ensemble hommage aux combattants tombés pendant la Première Guerre mondiale[3].

Le 11 novembre 2008, pour la première fois, un président de la République (Nicolas Sarkozy) préside une cérémonie de l'armistice du 11 novembre 1918 depuis l'Ossuaire.

En 2011 une rénovation de l'ossuaire, prévue pour prendre fin en 2016, est entamée en prévision du centenaire de la bataille de Verdun[4]. Pour le cimetière, les croix en béton doivent être remplacés par des croix en quartz et en ciment blanc[4]. En 2014 le ravalement de l'ossuaire est achevé[5]. Le carré musulman a quant à lui été rénové en 2009[4].

Le dimanche 9 février 2014, pour la première fois, le nom d'un soldat allemand, Peter Freundl (mort le 28 mai 1916), est ajouté aux noms des soldats français gravés sur la voûte de l'Ossuaire[6].

Architecture[modifier | modifier le code]

Vue extérieure de l'ossuaire

C'est l'œuvre des architectes Léon Azéma, Max Edrei et Jacques Hardy.

La tour, haute de 46 mètres, offre à son sommet une vue panoramique sur les champs de batailles avec une table d'orientation. Toujours à son sommet, le bourdon de la Victoire résonne aux cérémonies importantes et le phare, lanterne des morts, rayonne sur le champ de bataille et porte jusqu'à l'horizon le souvenir des événements douloureux[7].

Le bâtiment de l'ossuaire de Douaumont représente pour certains une épée enfoncée en terre jusqu'à la garde, dont seule émerge la poignée servant de lanterne, pour d'autres un obus. Une carte présentant une maquette du projet pour lever des fonds par souscription pour sa construction décrit le bâtiment comme suit : « la ligne droite du Monument voulue par les Architectes et couronnant le grand Cimetière national de 20 000 tombes et plus de Héros identifiés, symbolise la Digue que les héroïques Défenseurs de Verdun ont opposée avec leurs poitrines à l'avance de l'ennemi. »[8].

Intérieur[modifier | modifier le code]

Le cloître est long de 137 mètres ; on y trouve les 46 tombeaux abritant les restes de nombreux soldats, regroupés par secteurs de combat[9]. Ces tombeaux recouvrent les cuves de 14 m³ où sont déposés les restes d'environ 130 000 soldats inconnus sans distinction de nationalité, où les familles peuvent se recueillir et prier pour leurs morts. Les noms inscrits sur le mur au-dessus des tombeaux correspondent aux zones de combats où les soldats sont tombés.

Sur la voûte, chaque pierre gravée représente le nom d'un soldat disparu, ou d'une association d'anciens combattants. Il y a aussi des pierres rendant hommage aux soldats tombés pendant la Seconde Guerre mondiale et les guerres d'Indochine et d'Algérie.

Au premier étage se trouve le musée de guerre qui comporte des reliques des villages détruits, des vues stéréoscopiques en relief du champ de bataille, ainsi que de nombreuses armes. On peut notamment trouver un mortier allemand de 76 mm en parfait état de conservation, le Minenwerfer, classé monument historique.

Le cimetière[modifier | modifier le code]

En contrebas de l'ossuaire, le « cimetière national », qui s'étend sur 144 380 m², contient 16 142 tombes de soldats français identifiés, dont 592 tombes de soldats musulmans, orientées vers La Mecque[10]. Le général Anselin, tué le 24 octobre 1916 près de Douaumont, occupe au centre l'emplacement souhaité par le maréchal Pétain.

Un mémorial consacré aux soldats de confession juive avait été édifié en 1938[11] à l'ouest du cimetière. À l'est du cimetière, le président Jacques Chirac a inauguré un monument à la mémoire des soldats musulmans en juin 2006[12] .

Philatélie[modifier | modifier le code]

Un timbre français de 0,53 euro, émis par La Poste en 2006, évoque l'ossuaire[13]. Il a été réalisé d'après une maquette du dessinateur de timbres René Quillivic.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « L'ossuaire de Douaumont », sur http://www.verdun-meuse.fr/ (Mission Histoire du Conseil général de la Meuse).
  2. Anne Duplaa et Pierre Ginisty, « Du Rouergue au plateau Meusien, le parcours de Monseigneur Ginisty, Evêque des soldats », sur http://www.genealogie-aveyron.fr/.
  3. « Cérémonies franco-allemandes à Verdun », Ina,‎ 22 septembre 1984 [vidéo]
  4. a, b et c « Travaux pour l'ossuaire de Douaumont », France 3 Lorraine,‎ 23 mars 2012 (consulté le 25 mai 2014)
  5. Jean-Christophe Dupuis-Remond, « Douaumont : les travaux de rénovation de l'Ossuaire sont achevés », France 3 Lorraine,‎ 29 mars 2014 (consulté le 25 mai 2014)
  6. « Douaumont : Peter Freundl, premier nom d'un soldat allemand gravé dans un mur de l'ossuaire », France 3 Lorraine/AFP,‎ 9 février 2014.
  7. Carte postale, vue de nuit [image]
  8. Carte d'appel de fonds [image]
  9. Verdun Argonne : 1914-1918, Clermont-Ferrand, Michelin, coll. « Guides illustrés Michelin des champs de bataille »,‎ 1936, in-12, 176 p., p. 86.
  10. Ministère des Anciens Combattants et Victimes de guerre, Atlas des nécropoles nationales, La Documentation française, 1994
  11. L’Empire contre-attaque - Le Figaro, 15 octobre 2007 (version sauvegardée)
  12. « À Verdun, Chirac regarde l’histoire « en face » », Radio France internationale,‎ 26 juin 2006
  13. « Fiche du timbre », sur http://www.wnsstamps.ch/ (World Association for the Development of Philately Numbering System).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]