Ernest Anselin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Officier général francais 2 etoiles.svg Ernest François Amédée Anselin
Image illustrative de l'article Ernest Anselin

Naissance 16 janvier 1861
Chambon-sur-Voueize
Décès 24 octobre 1916
(mort pour la France) (à 55 ans)
Fleury-devant-Douaumont
Origine Drapeau de la France France
Arme Cavalerie
Grade Général de brigade
Années de service 18801916
Conflits Première Guerre mondiale
Commandement 13e régiment de cuirassiers
14e régiment de dragons/
3e régiment de cuirassiers
1er régiment de cuirassiers
École d'application de la cavalerie
23e régiment de dragons
Directeur de la cavalerie
Distinctions Officier de la Légion d'honneur

Ernest François Amédée Anselin, fut un général de brigade français né à Chambon-sur-Voueize (Creuse) le 16 janvier 1861 et mort au champ d'honneur à Fleury-devant-Douaumont (Meuse) le 24 octobre 1916[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et carrière[modifier | modifier le code]

Ernest Anselin naquit le 16 janvier 1861 à Chambon-sur-Voueize, il était le fils de François Jules Anselin, maréchal des logis dans la gendarmerie et de Marguerite Malvina Dubuche. Il fut élève à l'École spéciale militaire de Saint-Cyr du 30 octobre 1880 au 1er octobre 1882 au sein de la « promotion des Kroumirs, » il fut classé 19e sur 271 élèves en sortie de cette dernière. Il passa ensuite à l'École d'application de la cavalerie à partir de cette date jusqu'au 1er septembre 1883, il fut 17e sur 71 au classement de sa promotion avec la note « très bien ».

Il reçut le grade de sous-lieutenant en sortie de ce cursus et fut affecté au 3e régiment de chasseurs d'Afrique le 20 septembre 1883. Il partit en campagne en Algérie du 1er novembre de cette année là jusqu'au 10 février 1887. Il fut promu lieutenant le 13 janvier 1887 et placé au 5e régiment de chasseurs d'Afrique à cette date. Il intégra l'École supérieure de guerre en 1890, il fut breveté d'état major en 1892, se classant 21e sur 81 avec la mention "Très bien" . Il fut transféré au 17e régiment de chasseurs à cheval au 19 novembre 1892 et fut stagiaire à l'état major de la 7e division d'infanterie dans le même temps, il exerça ces fonctions jusqu'au 7 novembre 1894.

Il fut élevé au rang de capitaine le 9 juillet 1893 et devint stagiaire à l'état major du commandement de la subdivision de Cleman, division d'Oran au 7 novembre 1894. Il reprit un service actif en Algérie du 9 décembre 1894 au 28 janvier 1898 et devint ensuite officier d'ordonnance du général commandant la 2e brigade d'Alger et la subdivision de Cleman le 6 février 1895. Il fut promu capitaine commandant et affecté au 3e régiment de dragons le 30 décembre 1897. Il fut fait chevalier de l'ordre de la Légion d'honneur le 10 juillet 1899.

Il fut officier d'ordonnance du ministre de la guerre d'alors, le général André, du 1er septembre 1900 au 30 décembre 1901, date à laquelle il fut promu chef d'escadron et affecté au 25e régiment de dragons. Il devint lieutenant-colonel le 30 décembre 1902 et fut transféré au 27e régiment de dragons, il exerçait aussi la fonction de sous-chef de cabinet du ministre de la Guerre (il s'agissait de Maurice Berteaux) dans le même temps.

Il devint colonel le 10 novembre 1905 et reçut le commandement du 13e régiment de cuirassiers. Il fut enduite placé en activité hors-cadre comme sous-directeur à la 2e direction du ministère de la Guerre du 19 octobre 1906 au 22 décembre 1906. À cette date, il prit le commandement du 14e régiment de dragons, puis successivement celui du 3e régiment de cuirassiers au 23 juin 1908 et du 1er régiment de cuirassiers au 25 mars 1909. Il occupa ce poste jusqu'au 19 janvier 1912, date à laquelle il devint le directeur de l'École d'application de la cavalerie.

Il fut ensuite directeur de la cavalerie au 1er mai 1913, poste qu'il occupa en parallèle avec divers autres: celui de commandant du 23e régiment de dragons à partir du 9 mai, celui de membre de l'état major particulier du ministre de la Guerre au 1er juillet et celui de membre de l'état major général de l'armée au 30 octobre. Il fut promu général de brigade à cette date et élevé au rang d'officier de l'ordre de la Légion d'honneur le 11 juillet 1914.

Première Guerre Mondiale et mort au combat[modifier | modifier le code]

Tombe du général Ernest Anselin au cimetière militaire de Douaumont

Il exerçait toujours ce poste de directeur de la cavalerie lorsque la guerre éclata mais ne souhaitant pas rester au ministère alors que le conflit faisait rage, ainsi il demanda à être affecté à une unité combattante, sa demande fut satisfaite et il fut nommé commandant de la 214e brigade d'infanterie de la 133e division du général Passaga en juillet 1916.

Il fut tué par un éclat d'obus à la poudrière de Fleury-devant-Douaumont près de son poste de commandement pendant la préparation de l'attaque sur le fort de Douaumont le 24 octobre 1916. Il fut enterré aussitôt après sa mort dans un cimetière provisoire non loin de là, son cercueil fut transféré en 1948 au cimetière militaire de Douaumont, où il demeure encore aujourd'hui.

Le général Nivelle lui fit attribué une citation à l'ordre de la 2e armée le 2 novembre 1916:

"Officier général remarquable par ses qualités de soldat et de chef, tombé glorieusement au cours d'une reconnaissance pendant l'attaque imminente pour la reprise du fort de Douaumont. Signé: Nivelle"

Le général Passaga écrira à sa veuve : "Sa mort a été vengée par le succès éclatant que vous savez; la brigade Anselin a précédé toutes les autres troupes en avant du fort de Douaumont. Ce haut fait était le plus bel hommage que nos braves enfants pouvaient rendre à la mémoire de leur chef bien aimé".

États de service[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Autres informations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]