Antoninien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
En haut: Héliogabale (argent 218-222), Trajan Dèce (argent 249-251), Gallien (billon 253-268 monnaie d'Asie)
En bas: Gallien (cuivre 253-268), Aurélien (argenté 270-275), copie d'origine barbare (cuivre), copie barbare (cuivre)

L'antoninien ou l'antoninianus est une pièce de monnaie romaine d'une valeur de deux deniers, au début du IIIe siècle au moment de sa création. À l'origine en argent, l'antoninianus a progressivement été dévalué et est devenu une monnaie de billon. On la reconnaît à ses particularités signalant une valeur double : sur les antoniniens, l'empereur est coiffé d'une couronne radiée. L'impératrice y est pour sa part représentée le buste posé sur un croissant[1].

Création de l’antoninien[modifier | modifier le code]

Antoninien d'Emilien frappé en 253

Le double denier est créé en 215 par l'empereur Caracalla. Son patronyme officiel (Marcus Aurelius Antoninus) a inspiré l'appellation actuelle d'antoninien mais le nom porté à l'époque par cette monnaie à l'époque reste incertain[2] .

L'antoninien avait le même titre d'argent que le denier qui était une pièce de 3 grammes constituée après la dévaluation de Septime Sévère par un alliage à parts égales d'argent et de cuivre (billon). L’antoninien fut émis pour une valeur double du denier mais avec un poids de 5 grammes (officiellement 1/64e de livre) et non de 6. De fait, l'introduction de cette monnaie revint à une nouvelle dévaluation, ce qui procura temporairement d'importantes liquidités à l'État impérial. Le denier continua cependant jusqu'à Gordien III à être frappé en concurrence avec l'antoninianus.

Une expansion anarchique[modifier | modifier le code]

Antoninien en billon de Quietus (260-261) Cohen 3

Les besoins croissants de financement de l’État entrainèrent une production croissante d'antoniniens notamment à partir du règne de Gordien III (238-244), tandis que les frappes de deniers se réduisaient.

Le trésor de Pannecé II (monnaies antoniniennes) découvert en 2002 (Musée d'histoire et d'archéologie de Vannes)

La multiplication des émissions d’antoniniens par les nombreux empereurs et usurpateurs du milieu du IIIe siècle provoqua un mouvement de dépréciation et d’inflation qui s’accéléra à partir des règnes de Valérien (253-260) et de Gallien (260-268).

  • Les prix montent, les particuliers se mettent à thésauriser les monnaies ayant le meilleur aloi, et remettent en circulation les plus faibles, créant une pénurie d’argent
  • L’impôt rentre en monnaie dévaluée tandis que les dépenses militaires augmentent sans arrêt. L’accroissement continu de la masse monétaire en circulation est la solution la plus facile pour les finances impériales
  • Les ateliers monétaires se multiplient et sont contraints de compenser le manque de métaux nobles en émettant des antoniniens de plus en plus légers, et de moins en moins argentés
  • Des ateliers provinciaux plus ou moins tolérés, des officines de camps militaires, des faussaires émettent à leur tour des antoniniens dévalués en grande quantité.

Le titre en argent (aloi) de l’antoninien s'effondre [3] :

  • 50 % et 5,1 grammes initiaux en 215 sous Caracalla
  • 10 % et 2,5 grammes en 260
  • 2,4 % et 2,5 grammes en 268.

Dans l’empire des Gaules, grâce au stock de métaux monnayables présent sur le front du Rhin, et aux mines d’Espagne, l'antoninien se maintint avec un aloi convenable jusque vers 263 ou 265, pour chuter ensuite comme dans le reste de l’empire. Sous Claude II et Tetricus, la faillite de l’antoninien est totale : vraies et fausses pièces (radiati barbari) circulent par millions d’exemplaires, pèsent moins de 3 grammes et ne contiennent qu’à peine 1 % d’argent. Les frappes d’autres monnaies en cuivre ou en bronze sont pratiquement arrêtées, car leur coût de production dépasse leur valeur théorique. L’antoninien est devenu l’unique monnaie dans tout l’empire, excepté l’Égypte isolée par son statut particulier.

La réforme d’Aurélien[modifier | modifier le code]

En 274, après avoir réunifié l’empire et durement réprimé les fraudes de l’atelier monétaire de Rome, Aurélien modifia le système monétaire, en émettant deux nouvelles monnaies de billon de meilleur aloi que l’antoninien dévalué, pesant 1/84e de livre soit 3,9 grammes, avec deux titres :

  • l'aurelianus marqué XX I en Occident et, K A en chiffres grecs, ce qui s’interprète comme signalant une monnaie contenant 20 parts de cuivre pour 1 part d’argent
  • le double aurelianus marqué XI: 10 parts de cuivre pour 1 part d’argent

Pour authentifier l’origine des frappes, Aurélien imposa aussi d’apposer au revers une marque spécifique à chaque officine (cf. ateliers monétaires romains), pratique déjà utilisée sous le règne de Gallien et Salonine. Parallèlement à son émission, les antoniniens dévalués furent progressivement retirés. L'aurélianus circula pendant une vingtaine d’années, se déprécia et disparut en 294 sous Dioclétien avec les réformes monétaires de la Tétrarchie. L'aurélianus reste généralement désigné comme antoninien par la plupart des numismates.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. (en) « The Antoninianus », sur http://www.24carat.co.uk (consulté le 28 octobre 2008)
  2. On peut songer à la traduction littérale duplex denarius, appellation du double denier qui fut utilisée -et peut-être ainsi reprise- au Moyen Âge sous le nom de moneta duplex
  3. Paul Petit, Histoire générale de l’Empire romain, Seuil, 1974, (ISBN 2020026775)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]