Armée des Ardennes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Évolution de l'armée des Ardennes

L'armée des Ardennes a été créée officiellement en octobre 1792 à partir de l'aile droite de l'armée du Nord, commandée de juillet à août 1792 par La Fayette. C'est le général Dumouriez qui employa abusivement, pendant les mois de juillet, août et septembre, le nom d'armée des Ardennes pour désigner la droite de l'armée du Nord, campée sous Sedan, et celui d'armée du Nord pour parler de la gauche de cette armée.

Création et mutations[modifier | modifier le code]

  • Elle fut créée par décret de la Convention du 1er octobre 1792, et formée de l'aile droite de l'armée du Nord
  • Réorganisée par arrêté du Conseil exécutif du 1er mars 1793, seule son aile droite conserve le nom d'armée des Ardennes
  • Par arrêté du Conseil exécutif du 5 octobre 1793 (11 vendémiaire an II), la 1re division est incorporée dans l'armée du Nord
  • Par décret de la Convention du 29 juin 1794 (11 messidor an II), elle forme, avec la gauche de l'armée de la Moselle et la droite de l'armée du Nord, l'armée de Sambre-et-Meuse

Généraux[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • La Révolution telle qu'elle est ou, Correspondance inédite du Comité de salut public avec les généraux et les représentants du Peuple ... pendant les années 1793, 1794 et 1795, mise en ordre par M. Legros, vol.2 : Les Armées du Nord et des Ardennes - 1793, Paris : Mame, 1837, [1]
  • P.-C. Lecomte, L'observateur impartial aux armées de la Moselle , des Ardennes , de Sambre et Meuse, et de Rhin-Moselle , depuis la fin de 1792 , jusques et compris le premier trimestre de l'an 5 de la République (fin de 1796), Paris : Onfroy & Strasboirg : Treuttel, an V [2].
  • Charles Dolly, Chronologie historique des Armées de la République et de l'Empire, dans Le Spectateur militaire, vol.49 (du 15 avril au 15 septembre 1850) , Paris : M. Noirot, 1950, pp.121-137 [3].