Malaussène

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Malaussène (homonymie).
Malaussène
Malaussène
Malaussène
Blason de Malaussène
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Alpes-Maritimes
Arrondissement Arrondissement de Nice
Canton Canton de Villars-sur-Var
Intercommunalité Communauté de communes des Alpes d'Azur
Maire
Mandat
Joseph Saturno
2014-2020
Code postal 06710
Code commune 06078
Démographie
Gentilé Malaussénois
Population
municipale
263 hab. (2011)
Densité 14 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 55′ 51″ N 7° 07′ 43″ E / 43.9308333333, 7.1286111111143° 55′ 51″ Nord 7° 07′ 43″ Est / 43.9308333333, 7.12861111111  
Altitude Min. 154 m – Max. 1 468 m
Superficie 19,48 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Alpes-Maritimes

Voir sur la carte administrative des Alpes-Maritimes
City locator 14.svg
Malaussène

Géolocalisation sur la carte : Alpes-Maritimes

Voir sur la carte topographique des Alpes-Maritimes
City locator 14.svg
Malaussène

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Malaussène

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Malaussène

Malaussène est une commune française située dans le département des Alpes-Maritimes en région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Ses habitants sont appelés les Malaussénois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Malauzena est cité au XIIIe siècle. Fief des Grimaldi de Bueil jusqu'en 1621. Après l'exécution d'Annibal Grimaldi, le duc de Savoie Charles-Emmanuel Ier inféode Malaussène au colonel Marc-Antoine Badat,gouverneur de la citadelle de Verceil. Le fief passe ensuite à son fils aîné Victor-Amédée, puis à Marc-Antoine II fils aîné du précédent, enfin à son frère Charles-Thomas, commandant d'Agosta.

Le 20 décembre 1723, le roi de Sardaigne, la seigneurie a été érigée en comté au profit de Jean Alziari fils d'un notaire de Roquestéron. Il est investi du comté le 31 janvier 1724. Jean Alziari est alors illustrissimo signor conte di Malaussena. Son fils aîné Louis lui succéda en 1734 et fut lieutenant-colonel d'infanterie. Après sa mort, son frère Jean-François devint le 3e comte de Malaussène. Il fut capitaine au régiment de Nice et mourut en 1783. Il s'était marié avec Anne Corporandi, sœur de Joseph Corporandi, seigneur d'Auvare. Leur fils aîné Jean-Joseph-Antoine s'est remarié en 1790 avec Apollinie Corvisi, fille de Clément Corvisi, comte de Gorbio. Leur fils Joseph-Antoine-Clément lui succéda à son frère aîné qui était mort à Breil en 1811. De son mariage est né Frédéric-Octave-François, mort en 1866 à la bataille navale de Lissa où il était commandant en second du Re d'Italia et Gustave-François Régis qui a été maire de Nice, mort en 1905 sans descendance, ainsi que trois filles. Le frère cadet de Joseph-Antoine-Clément, Jean-Albert, s'est marié en 1842 avec Françoise Héraud. Le fils aîné de ce mariage François Alziari, né en 1844, est devenu comte de Malaussène à la mort de son cousin en 1905. Il est mort en 1934[1],[2].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Malaussène Blason D’azur à la tour d’argent chaussé du même.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 réélu en 2008[3] Jean-Pierre Castiglia UMP puis FN[4]  

Depuis le 1er janvier 2014, Malaussène fait partie de la communauté de communes des Alpes d'Azur. Elle était auparavant membre de la communauté de communes des vallées d'Azur, jusqu'à la disparition de celle-ci lors de la mise en place du nouveau schéma départemental de coopération intercommunale.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 263 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
343 313 336 296 384 388 416 378 380
1872 1876 1881 1886 1896 1901 1906 1911 1921
346 342 325 320 303 336 289 267 209
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
206 205 181 190 134 110 114 72 72
1990 1999 2005 2006 2010 2011 - - -
129 173 222 220 267 263 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Viaduc de 40 m de hauteur pour porter un aqueduc imposant de 7 km de long construit entre 1774 et 1775 pour alimenter le village à partir de la source de l'Adous[7],[8]. Il permettait d'alimenter le moulin à farine et le moulin à huile, ainsi que le lavoir municipal et d'assurer l'irrigation des cultures.
  • Église de l'Assomption, construite en 1639 dans le village actuel. Elle a été agrandie d'un tiers en 1727.
  • Chapelle des Pénitents blancs ou de la Sainte-Croix. Elle possède une copie d'un tableau peint en 1684 par Charles Lebrun à Versailles et représentant une Descente de Croix. Le mur extérieur de la chapelle sert de monument aux morts.
  • Chapelle Saint-Roch, antérieure à 1674. Elle a été réparée à la suite du tremblement de terre du 23 février 1887.
  • Chapelle Saint-Louis-de-Gonzague, chapelle privée ayant reçu les tombes de certains membres de cette famille.
  • Vieux moulin à huile et à farine.
  • Vestiges du vieux village et du château féodal de Malaussène d'en haut.
  • Chapelle Saint-Joseph, du XVIIe siècle, au sommet de la colline.
  • Chemin de croix réalisé en 1737 après une grande sécheresse.
  • Grotte de l'eau salée, près des gorges de la Mescla. Elle est parcourue par une rivière d'eau tiède légèrement salée.
  • Grotte de la Colombière. Elle a abrité le bandit provençal Gaspard de Bresse.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Philippe de Beauchamp, Le haut pays méconnu. Villages & hameaux isolés des Alpes-aritimes, p. 100-101, Éditions Serre, Nice, 1989 (ISBN 2-86410-131-9) ; p. 159

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Georges Doublet, À la mémoire de M. le comte François Alziari de Malaussène, p. 69-74, Nice-Historique, année 1934, no 312 Texte
  2. Rectification
  3. Site de la préfecture des Alpes-Maritimes, consulté le 20 juin 2008
  4. « Un maire UMP passe au Front national », sur http://www.laprovence.com/, La Provence,‎ 25 septembre 2013 (consulté le 25 septembre 2013)
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  7. CG06 : Pont-aqueduc de Malaussena dressé par l'architecte Michaud le 3 aout 1769
  8. CG06 : Le pont-aqueduc achevé en 1775