Les Contemplations

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Contemplation (homonymie).
Les Contemplations
Image illustrative de l'article Les Contemplations

Auteur Victor Hugo
Genre Poésie
Pays d'origine Drapeau de la France France
Lieu de parution Paris
Date de parution 1856
Nombre de pages 414

Les Contemplations est un recueil de poésie de Victor Hugo, publié en 1856. Il est composé de 158 poèmes rassemblés en six livres.

La plupart de ces poèmes ont été écrits entre 1841 et 1855, mais les poèmes les plus anciens de ce recueil datent de 1830. Les Contemplations est un recueil du souvenir, de l’amour, de la joie mais aussi de la mort, du deuil et même d'une certaine foi mystique. Le souvenir, surtout, y prend une place prépondérante, puisque Hugo y expérimente le genre de l'autobiographie versifiée. Ce recueil est également un hommage à sa fille Léopoldine Hugo morte noyée dans la Seine.

Structure du livre[modifier | modifier le code]

Le livre s'organise en deux parties, respectivement intitulées Autrefois et Aujourd'hui, comprenant chacune trois livres.

  • Autrefois (1830 - 1843)
    • I. Aurore : C'est le livre de la jeunesse évoquant les souvenirs de collège du poète, ses premiers émois amoureux et ses premières luttes littéraires.
    • II. L'âme en fleur : C'est le livre des amours, constitué de poèmes évoquant les premiers temps de son union avec Juliette Drouet.
    • III. Les luttes et les rêves : C'est le livre de la pitié et le premier pas vers la considération de la misère du monde.
  • Aujourd'hui (1843 - 1855)
    • IV.Pauca Meae : C'est le livre du deuil où le poète tente d'établir une forme de communication avec sa fille malgré la mort.
    • V. En marche : C'est le livre de l'énergie retrouvée où le poète expatrié va chercher de nouvelles raisons de vivre dans la méditation.
    • VI. Au bord de l'infini : C'est le livre des certitudes. Il y règne une ambiance fantastique et surnaturelle, traversée de spectres, d'anges et d'esprits qui apportent des révélations au poète. L'angoisse alterne encore avec l'espérance mais c'est finalement l'espérance qui l'emporte.
  • À celle qui est restée en France : Épilogue composé de huit sections. Il est dédié à Léopoldine Hugo, la fille du poète morte noyée dans la Seine, qui occupe une place centrale dans ce recueil.

À première vue, le recueil semble organisé selon un ordre chronologique. Mais Victor Hugo a faussé la date d'écriture de certains de ses poèmes. Il faut en déduire que l'ordre choisi est plus psychologique qu'historique.

Les Contemplations comme recueil de l’amour[modifier | modifier le code]

L’amour dans les Contemplations prend différentes formes. Il peut s’agir de l’amour bête d'enfant (Vieille chanson du jeune temps)[1]. C’est un amour où l’expression des sentiments est maladroite et hésitante.

L’amour sensuel aussi est important. La sensualité est soit discrète (comme dans la majorité des poèmes[2]), soit, de manière exceptionnelle, érotique[3]. L’amour est ainsi source de bonheur et de joie[4].

Le lyrisme amoureux et la nature[modifier | modifier le code]

Les poèmes de l’amour sont aussi des poèmes de la nature [5]: « nous allions au verger cueillir des bigarreaux ». Le lyrisme amoureux se mêle au lyrisme de la nature sans qu’ils se confondent. Ce n’est pas l’amour malheureux que Hugo chante mais au contraire l’amour comme source de plénitude, de bonheur à deux et de communion avec la nature [6].

Le poète exprime la nature et l'amour sous la forme de poèmes brefs, comme si Hugo cherchait plus à capter un moment fugitif qu’à donner une longue peinture de ses sentiments [7]. Hugo se concentre sur quelques parties de la réalité en donnant ainsi une image fragmentée : il ne fait pas de portrait de pied en cap de la femme qu’il aime mais évoque sa nuque [8] ou ses pieds et ses cheveux [9]. La nature elle-même est décrite de façon très fragmentaire: Hugo évoque un arbre et ses branches [10], la rive et les joncs [9]. Dans les poèmes d’amour, l’amour et la nature sont intimement liés, faisant apparaître la nature comme l'espace privilégié de la fusion du poète et de la femme aimée.

Les Contemplations comme œuvre du deuil[modifier | modifier le code]

Les Contemplations sont surtout un recueil de la nostalgie et en particulier du souvenir de Léopoldine, la fille du poète, qui meurt noyée dans la Seine avec son mari le 4 septembre 1843, dont Hugo apprend la mort par hasard dans la presse cinq jours plus tard. La mort de sa fille conditionne en effet la structure du livre et sa séparation en deux parties.

Hugo choisit les vers pour raconter la traversée de son deuil, ceux-ci permettent de mettre en forme cette expérience douloureuse et de la dépasser. La contrainte poétique est une manière de canaliser l'affect en coulant l'informel comme dans un moule de formes préexistantes ; le sonnet ou les structures rythmiques.

Le destinataire de Pauca meae semble être d’abord sa fille Léopoldine, à laquelle Hugo s’adresse. Il écrit par exemple « vois-tu, je sais que tu m’attends »[11]. Le poète, qui ne semble plus à même de comprendre les desseins de Dieu, s’adresse aussi aux autres hommes car ses souffrances sont celles de tous : « homo sum » écrit-il dans la préface. La poésie se fait un appel à des sentiments universels.

Le poète évoque les moments heureux passés avec sa fille[12]: Hugo évoque également les contes qu’il racontait à ses enfants. Le titre pauca meae renvoie à sa fille. Étant donné que pauca signifie "peu de choses" et meae "la mienne", on pourrait le traduire par "le peu de choses qu'il reste pour / de ma fille". Les moments passés ensemble sont toujours évoqués de façon vague et fragmentaire : parmi les dix-sept poèmes de Pauca meae, seuls quatre poèmes décrivent des scènes du passé. Pauca meae sont avant tout des poèmes de la souffrance : il est question de douleurs dans neuf poèmes des dix-sept composant Pauca meae.

Hugo montre aussi clairement son refus de la mort et ne cesse d’interroger Dieu quant au sens du décès de Léopoldine. La mort de Léopoldine fait vaciller la foi de Hugo et sa confiance en Dieu[13]. et même l’idée que le Poète doit se faire messager de Dieu et guide des peuples (idée pourtant ancienne chez Hugo). Parallèlement, Hugo avoue son incapacité à comprendre les desseins de Dieu et sa soumission à la volonté divine. Hugo esquisse par là l’idée que la vie se termine par un mystère que nul ne peut comprendre[14].

Quant au ton et au style de Hugo, sa langue et sa poésie se caractérisent par leur simplicité. Les mêmes rimes reviennent d’un poème à un autre[15]. Hugo rejette le pathos ; il a ainsi recours à un double pour parler de ses propres souffrances, donnant ainsi l’impression de parler d’un autre[16]. Il évite d'exagérer son lyrisme personnel, écrivant par exemple dans [17] : « Je ne regarderai ni l’or du soir qui tombe/ Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur » comme pour rejeter un sentimentalisme facile.

La Mystique du poète[modifier | modifier le code]

En 1853 ont lieu les séances de tables tournantes chez Delphine de Girardin. Cette expérience permet au poète de se former une nouvelle religion, très précisément évoquée dans le poème des Contemplations intitulé « Ce que dit la bouche d'ombre ». Panthéisme et christianisme s'y mêlent pour former une pensée qui relève aussi bien de la religion que de la philosophie.

Le dieu de Hugo n'est ni tout a fait impersonnel, ni tout à fait anthropomorphe : il serait plutôt la voix de la conscience, une forme intime et vivante de loi morale. C'est un dieu tout-puissant mais inconnaissable pour l'homme, et dont le christianisme n'offrirait qu'une image approximative, car il s'agirait d'une entité universelle et libérée de toute religion. Hugo croit au caractère surnaturel de la poésie qui lui permettrait de traduire la voix de l'au-delà. Le poète est pour lui un voyant et un messager de l'infini.

Enfin, Les Contemplations sont pour Hugo l'occasion d'affirmer sa croyance en l'immortalité de l'âme et en la métempsycose.

Place des Contemplations dans l’œuvre de Hugo[modifier | modifier le code]

Certes, le recueil des Contemplations dans sa première partie prolonge le lyrisme des œuvres antérieures comme Les Rayons et les ombres mais il est aussi une rupture avec ce lyrisme, annonçant une poésie plus sombre. Les Contemplations constituent une œuvre majeure qui correspond à une seconde naissance poétique de Victor Hugo.

Pages importantes[modifier | modifier le code]

  • La vie aux champs (I, 6)
  • Réponse à un acte d'accusation (I, 7)
  • Mélancholia (III, 2)
  • Magnitudo parvi (III, 30)
  • O souvenir... (IV, 9)
  • Veni, vidi, vixi (IV, 13)
  • Lettre aux professeurs de Français (IV, 18)
  • Demain, dès l'aube... (IV, 14)
  • Ce que dit la bouche d'ombre (VI, 26)
  • À celle qui est restée en France (dernier poème)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Remarque : pour tous les poèmes sans titre, nous citons le numéro du livre en chiffre romain et le numéro du poème en chiffre arabe ainsi que le premier vers du poème.

  1. Lise, I, 11, la Coccinelle, I, 15
  2. cf. II, 8 ; II, 2 ; II, 10 entre autres
  3. cf. pour le dernier cas « elle était déchaussée, elle était décoiffée », I, 21
  4. cf. II, 8 ; II, 11
  5. cf. la Coccinelle et cf. II, 7
  6. (cf. par exemple II, 11)
  7. cf. II, 7 ; II, 10
  8. cf. La Cocinelle ainsi que II, 7
  9. a et b I, 21
  10. cf. II, 7
  11. cf. IV, 14 et 15 février 1843, IV, 2
  12. cf. Pauca meae, IV, 9
  13. voir Trois ans après
  14. cf. À Villequier, IV, 12
  15. par exemple « tombe » comme substantif rime avec « tombe » comme verbe dans Trois ans après (IV, 3), et dans « Demain, dès l'aube… » (IV, 14).
  16. À quoi songeaient les deux cavaliers de la forêt, IV, 12
  17. IV, 14 : « Demain, dès l'aube… »

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :