Adèle Foucher

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Adèle Foucher, née le 27 septembre 1803 à Paris et morte le 27 août 1868 à Bruxelles, est l'épouse de l'écrivain français Victor Hugo.

Biographie[modifier | modifier le code]

Amie d'enfance de Victor Hugo dès 1809 (son père Pierre Foucher, greffier au Tribunal à Paris, est un ami des parents de Victor Hugo), elle l'épouse le 12 octobre 1822, en l'église Saint-Sulpice, trois ans et demi après leurs fiançailles et malgré la réticence des parents respectifs.

Ils ont cinq enfants :

  • Léopold (16 juillet 1823-10 octobre 1823)
  • Léopoldine (28 août 1824-4 septembre 1843)
  • Charles (4 novembre 1826-13 mars 1871)
  • François-Victor (28 octobre 1828-26 décembre 1873)
  • Adèle (24 août 1830-21 avril 1915)
  • Délaissée par son mari bourreau de travail, elle entame en 1830 une relation amoureuse avec Sainte-Beuve, ami de Victor tandis que ce dernier devient l'amant de Juliette Drouet en 1833, vivant une relation de 50 ans avec sa maîtresse officielle. Jalouse, Adèle Foucher s'éloigne de Sainte-Beuve pour se consacrer à ses enfants et aux intérêts financiers et littéraires de son mari[1]. Elle rompt définitivement avec Sainte-Beuve en 1837. Mais ce double adultère engendrera une haine tenace entre les deux anciens amis. Sainte-Beuve dans ses articles traitera Hugo de Polyphème et de Cyclope; ce dernier répliquera en traitant celui-là de Sainte-Bave[2]

Elle écrit Victor Hugo raconté par un témoin de sa vie publié en 1863, grâce aux matériaux fournis par Victor Hugo[3].

Morte d'une congestion cérébrale, elle est enterrée à Villequier, auprès de ses filles Léopoldine et Adèle.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Anne-Martin Fugier, « Victor Hugo : la face cachée du grand homme » , émission Secrets d'histoire sur France 2, 10 juillet 2012
  2. Anne Boquel et Étienne Kern, Une Histoire des haines d'écrivains de Chateaubriant à Proust, Flammarion 2009, p.30
  3. Pierre-Jean Lancry, Eugène Hugo : l'histoire oubliée d'un frère, Editions L'Harmattan,‎ 2004, p. 9