Lido (cabaret)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lido.

Lido

Description de cette image, également commentée ci-après

Entrée du Lido de jour.

Type Cabaret
Lieu Paris
Coordonnées 48° 52′ 20″ Nord 2° 18′ 03″ Est / 48.872319, 2.300815 ()
Architecte(s) Giorgio Vecchia et Franco Bartoccini
Inauguration 1946
Capacité 1150
Site web lido.fr

Le Lido est un cabaret parisien situé 116 bis, avenue des Champs-Élysées (8e arr.).

Historique[modifier | modifier le code]

Situé 78 avenue des Champs-Élysées, le Lido, avant la seconde guerre mondiale est un lieu de divertissements et de baignades des classes sociales favorisées. La décoration est inspirée par Venise et sa célèbre plage du Lido et qui a connu une grande vogue à la Belle Époque sous le nom de « La Plage de Paris ».

En 1933, suite à une liquidation judiciaire, l'établissement ferme. En 1936, Léon Volterra en prend la direction, remplace la piscine par une salle de spectacle où des diners-spectacles sont proposés.

Pendant l'Occupation allemande de Paris, le 7 juin 1941 l’ambassadeur d'Espagne José Félix de Lequerica y convie l'écrivain Paul Morand, l'actrice Arletty et Josée Laval, fille de Pierre Laval[1].

D'origine italienne, Joseph et Louis Clerico rachètent le Lido à Léon Volterra en 1946. Ils le transforment entièrement et inaugurent la nouvelle salle le 20 juin avec un spectacle intitulé Sans rimes ni raison.

Avec la collaboration de Pierre-Louis Guérin puis de René Fraday et de Margaret Kelly Leibovici dite « Miss Bluebell », le Lido développe la formule « dîner-spectacle » qui sera reprise dans le monde entier.

En 1955, les frères Clerico inaugurent une franchise au Stardust de Las Vegas, qui propose des spectacles jusqu'en 1992.

Le succès du Lido le conduit à s’agrandir en 1977 sous la direction de Jean-Robert Boudre[2] en plus haut sur les Champs-Élysées dans l’immeuble Normandie sur plus de 6 000 m2 de surface. Une salle panoramique sans poutres sur deux niveaux de 1 150 places est créée par les architectes italiens Giorgio Vecchia et Franco Bartoccini. Un ascenseur permet au parterre où sont assis 300 convives pendant le dîner de s’enfoncer de 80 cm dans le sol pour assurer une bonne visibilité.

Shirley MacLaine, Laurel et Hardy, les sœurs Kessler ou encore Elton John s'y produisent.

26 revues ont été créés depuis 1946, la dernière Bonheur ayant été lancée en 2003. L'établissement est ouvert 365 jours par an et propose deux spectacles par jour.

Les Bluebell Girls[modifier | modifier le code]

Margaret Kelly « Miss Bluebell »

La troupe des Bluebell Girls est fondée en 1932 par Margaret Kelly, surnommée « Miss Bluebell » en raison de la couleur de ses yeux, avant de rejoindre le Lido en 1948. Elle est composée de danseuses qui ont toutes reçu une formation de danse classique mais qui sont trop grandes pour une troupe de ballet. Un défaut qui devient un avantage au Lido puisque la taille minimum exigée est de 1,75 m[3].

Au cinéma[modifier | modifier le code]

Accès[modifier | modifier le code]

Ce site est accessible par :

  • (M) (1) Métro George V
  • (RER)(A) Charles de Gaulle - Étoile

Sources[modifier | modifier le code]

  1. « 100 idées reçues sur la Deuxième Guerre mondiale », Historia n°7, 2012, page 58.
  2. Article sur Jean-Robert Boudre, directeur général du Lido
  3. http://www.lintermede.com/scene-les-coulisses-du-lido-champs-elysees-revue-bonheur-reportage.php Enquête dans les coulisses du Lido, lintermede.com, 2010.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Voir aussi[modifier | modifier le code]