Le Jour de la raclée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Jour de la raclée
Saison 4
Épisode no 20

Titre original Whacking Day
Titre québécois Le Jour de la frappe
Code de production 9F18
1re diffusion aux É.-U. 24 avril 1993
1re diffusion en France 15 janvier 1994
Tableau noir Je rendrai le chien à l'aveugle
Gag du canapé Le canapé est remplacé par une chaise. Toute la famille s'assoit dessus, les enfants sur les genoux des parents.
Scénariste John Swartzwelder
Réalisateur Jeffrey Lynch
Chronologie
Précédent Le Roi du dessin animé Marge à l'ombre Suivant
Listes
Liste des épisodes de la saison 4
Liste des épisodes des Simpson

Le Jour de la raclée (France) ou Le Jour de la frappe (Québec) (Whacking Day) est le 20e épisode de la saison 4 de la série télévisée d'animation Les Simpson. Cet épisode promu par l'écologiste George Meyer a remporté en 1994 un Genesis Award (en), prix offert par la Humane Society (grande société américaine de protection des animaux) à une œuvre artistique militante. L'épisode a eu un grand succès, et Jeffrey Lee Puckett a écrit dans le The Courier-Journal : Whacking Day est le plus riche épisode de la saison. En 22 minutes, Whacking Day met sur le gril le système d'enseignement américain, les politiciens avides d'image, la psychologie de la foule, la sexualité à l'âge du politiquement correct, la notion même du politiquement correct, et met en scène Barry White.

Synopsis[modifier | modifier le code]

L'inspecteur Chalmers doit inspecter l'école élémentaire. Pour être sûr qu'ils ne vont pas provoquer de catastrophe, le principal Skinner fait enfermer par la ruse Bart et la bande de Nelson dans la cave de l'école. Mais Bart réussit à s'échapper et, avec l'aide du tracteur de Willie, provoque une catastrophe. Cette fois, il est allé trop loin : Skinner le renvoie. Comme aucune école ne veut de lui, Marge va lui donner des cours particuliers. Par ailleurs, le « Jour de la raclée » approche. Ce jour est un jour historique pour Springfield : c'est celui où les habitants de la ville rabattent et tuent des serpents. Tout le monde est pour à l'exception de Lisa qui trouve que ce n'est pas bien de tuer des serpents sans aucune raison...

Tandis que Bart finit ses cours avec Marge, Lisa est désespérée, car Homer veut aussi apporter sa contribution. Elle et Bart imaginent un plan : attirer chez eux les serpents avec la voix de Barry White. Cela marche ; les serpents rentrent chez les Simpson et Bart et Lisa parviennent à convaincre les habitants de renoncer à cette journée. De son côté, Bart est réintégré dans l'école par Skinner.

Références culturelles[modifier | modifier le code]

Elles sont foisonnantes, et comprennent entre autres 6 rappels d'épisodes marquants de l'histoire des États-Unis, une critique acerbe du système éducatif (tant public que privé) américain, et quelques allusions au symbole qu'est la matraque...

  • C'est la toute première inspection de l’école publique de Springfield par l’inspecteur Chalmers. Le directeur Skinner ordonne donc aux élèves de mettre un peu d'ordre dans les classes et de bien se tenir : on voit (très brièvement), au milieu des immondices accumulés et du chahut généralisé, devant les enseignants impuissants, une des jumelles au teint diaphane et aux cheveux mauves (Terry ? ou Sherry) ?) poursuivre un autre élève, en brandissant un piment jalapeño... L'inspecteur choisit « au hasard » Lisa Simpson pour avoir la réponse à une question-test classique aux États-Unis : « Quand a eu lieu la bataille de La Nouvelle-Orléans ? ». « Le 8 janvier 1815 ! » répond fièrement Lisa. Remportée par Andrew Jackson, la dernière bataille de la guerre anglo-américaine de 1812, (la « 2° guerre d’indépendance ») est considérée comme plus grande victoire terrestre américaine.
  • Bart a été renvoyé de l'école, mais Marge prend à cœur son travail de professeur et donne à lire à Bart le roman historique Johnny Tremain, de Esther Forbes. Ce livre (qui a remporté la Médaille Newbery en 1944 et est resté un best-seller de la littérature pour enfants) décrit la vie en Nouvelle-Angleterre d’un jeune orfèvre (qui a perdu l’usage d’une main à la suite d’un accident du travail) au début de la guerre d'indépendance des États-Unis. D’abord très réticent, Bart se passionne pour sa lecture au point qu’il néglige de regarder Itchy et Scratchy à la télévision : pourtant le dessin animé (avec prétendument Oliver Stone comme guest director) montre l’assassinat de Lee Harvey Oswald (le chat) par Jack Ruby (la souris) : pastiche de l’évènement survenu le 24 novembre 1963, 2 jours après l’assassinat du président John Fitzgerald Kennedy.
  • Autre effort pédagogique de Marge : elle invite Grand-Père Simpson à raconter à Bart ses souvenirs de la Seconde Guerre mondiale. Mais Abraham Simpson, qui d'habitude évoque son séjour en Irlande puis en Angleterre avant le débarquement en France (il a alors conçu la sœur de Homer...) - ou ses hauts faits comme pilote d'avion dans le Pacifique, raconte des souvenirs atypiques : il dit avoir chanté en boîte de nuit devant Adolf Hitler, Hermann Goering et Benito Mussolini (lippe arrogante, toque surmontée d'une aigrette), en déshabillé et bas à résille, en imitant Marlène Dietrich quand elle chantait Falling in Love Again (Can't Help It). Et Hitler se comportait à peu près comme le loup dans les cartoons de Tex Avery...
  • Maintenant passionné par l’étude de la guerre d'indépendance des États-Unis (1775-1783), Bart demande à sa mère de l’emmener visiter Ye Olde Springfield Towne , une reconstitution de la vie au temps des Patriots. Bart assiste à un diaporama, et réalise alors que le héros fondateur de la ville de Springfield, Jebediah Springfield n’a pu le même jour (10 mai 1775) remporter la Prise du Fort Ticonderoga et instaurer la festivité du Whacking Day : il était bien trop occupé à obtenir la reddition sans coup férir de la petite garnison anglaise du fort. D’ailleurs, Bart creuse le sujet et trouve dans un livre (La Vérité sur le Wacking Day du fameux journaliste d’investigation Bob Woodward !) la preuve qu’en fait le Whacking Day commémore un pogrom mené par les habitants de Springfield contre les immigrants irlandais, dans les années 1920
  • Kent Brockman annonce à la télévision le Whacking Day et présente une archive en noir et blanc : Richard Nixon, alors président des États-Unis, est venu à Springfield tuer un serpent le 10 mai 1973 ou 1974 (le scandale du Watergate a débuté le 17 juin 1972 – et Nixon a démissionné le 9 août 1974). Manifestement préoccupé et l’esprit ailleurs, le président assomme l’officiel qui tenait le serpent et s’en va sous les huées en remerciant la foule…
  • Homer ouvre un étui brodé sous les yeux béants d’admiration de Marge : il a acheté une matraque spéciale pour le Wacking Day... Il s’entraîne à la manier comme un kung fu qui fait tourbillonner ses nunchaku, et décapite de fausses têtes de serpent. Dans le salon, sa main rencontre celle de Marge sur l'étui brodé, ils le retroussent voluptueusement, faisant apparaitre la matraque (symbole phallique étincelant...). Puis, égrillard, Homer tapote avec l'objet dans sa paume, et demande à Marge s’il doit « manier sa matraque vite, ou doucement… » ; elle se serre contre lui et roucoule d’une voix encore plus rauque que d'habitude : « d’abord doucement, puis vite… » ; mais Lisa, énervée par l'approche du massacre de serpents, arrive et les interrompt.
  • Au musée du Fort Ticonderoga, Bart et Marge ont vu Barney : étendu à terre, ivre et serrant une flasque de spiritueux, il leur a dit jouer le rôle du gouverneur (en respectant la vérité historique)... Mais le jour même du Wacking Day, il est désorienté et, à genoux, tape sur des serpents (et aussi des araignées) invisibles : zoopsies classiques dans le pré-délirium tremens… Cependant, un chœur d’enfants en toge, voix séraphiques, chante Oh wacking day sur l’air de Oh Tannenbaum (Mon beau sapin) en brandissant des matraques…
  • Mise en valeur de la défense des animaux, et rappel des prises de position de l'association PETA : le chanteur noir Barry White vient inaugurer les festivités, mais cet apôtre de l’amour est écœuré en se rendant compte qu’on lui demande de patronner un massacre de serpents, et il s’en va. Mais Lisa et Bart lui demandent de chanter son tube Can’t Get Enough of Your Love, Babe devant chez eux : sa voix de basse transmise par la terre est censée attirer les serpents vers leur refuge, la maison des Simpsons.
  • Le directeur de l'école félicite Bart : il a bien mieux travaillé avec sa mère qu'à l'école... Mais il se souvient soudain qu'il a oublié les cancres enfermés dans l'abri de la Défense Civile... Il court les libérer. « Et, dit-il, s'ils sont morts, je m'enfuis au Mexique avec toi, Willie, et nous serons libres, libres !... » : fantasme nord-américain (selon lequel on accède à la libération totale une fois passé le poste frontière de Tijuana), qu'on retrouve aussi bien au cinéma (Guet-apens, Le Secret de Brokeback Mountain) que dans les séries (Malcolm, Veronica Mars, NCIS : Enquêtes spécialesetc.) et dans la vie (mid-semester holidays, vacances d'hiver des étudiants)…

Note[modifier | modifier le code]

  • Audience américaine : 19,9 millions de téléspectateurs

Invité[modifier | modifier le code]