Montbert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Montbert
Image illustrative de l'article Montbert
Blason de Montbert
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Arrondissement Nantes
Canton Aigrefeuille-sur-Maine
Intercommunalité Communauté de communes de Grand Lieu
Maire
Mandat
Jean-Jacques Mirallié
2014-2020
Code postal 44140
Code commune 44102
Démographie
Gentilé Montbertains
Population
municipale
2 986 hab. (2011)
Densité 106 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 03′ 31″ N 1° 29′ 16″ O / 47.0586111111, -1.48777777778 ()47° 03′ 31″ Nord 1° 29′ 16″ Ouest / 47.0586111111, -1.48777777778 ()  
Altitude Min. 7 m – Max. 51 m
Superficie 28,24 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte administrative de Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Montbert

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte topographique de Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Montbert

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montbert

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montbert
Liens
Site web http://www.mairie-de-montbert.fr/

Montbert est une commune de l'Ouest de la France, dans le département de la Loire-Atlantique (région Pays de la Loire).

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de la commune de Montbert dans le département de la Loire-Atlantique
Situation

Montbert est situé dans la vallée de l'Ognon à 21 km au sud de Nantes et 19 km à l'ouest de Clisson[1] .

Les communes limitrophes sont Geneston, Le Bignon, Château-Thébaud, Aigrefeuille-sur-Maine, La Planche en Loire-Atlantique, Saint-Philbert-de-Bouaine en Vendée[2] .

Selon le classement établi par l'Insee en 1999, Montbert est une commune rurale monopolarisée qui fait partie de l'aire urbaine de Nantes et de l'espace urbain de Nantes-Saint-Nazaire (cf. Liste des communes de la Loire-Atlantique).

Géographie physique

La commune a un territoire vallonné et bocagé.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Montbert se trouve à la limite entre poitevin et gallo. En gallo, son nom est Montebèrt (écriture ELG)[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Montbert fait partie des Marches Bretagne-Poitou.

La haute justice de Montbert relevait de la châtellenie de Clisson.

Le manoir de Bellecour.

La duchesse du Berry se rendit à Nantes durant L'insurrection royaliste de 1832. Partie du château de la Preuille à Saint-Hilaire-de-Loulay, elle fit halte au château du Mortier (aujourd'hui disparu), puis traversa la rivière et séjourna une nuit au hameau d'Écomard (Remouillé). Elle retrouva des légitimistes au hameau de la Fételière appartenant à Benjamin de Goyon[4]. Ensuite elle rallia Montbert[5] et passa les nuits des 18, 19, 20 et 21 mai 1832 au manoir de Bellecour.

Le 18 juin 1946, Wladimir Porché, directeur de la radiodiffusion française, inaugure un émetteur ondes moyennes de 10 kW relayant la « chaîne parisienne » pour la Loire-Inférieure et la Vendée sur la longueur d'onde de 219 mètres. Le pylône rayonnant autoporteur, entouré de grillages de protection, est installé dans la cour de l'école publique qui jouxte la mairie.

Cet émetteur, qui fait partie de l'un des quatre « réseaux synchronisés » de la RTF (groupes de stations partageant une même fréquence), relaiera par la suite France Culture sur la longueur d'onde de 222 mètres (1 349 kHz). Il cessera d'émettre et sera démonté en 1974 sur décision de Jacques Sallebert, Directeur de la Régie de radiodiffusion de l'ORTF soucieux de développer la modulation de fréquence en province, et sera remplacé par l'émetteur FM de Haute-Goulaine.

En 1954, Geneston et Montbert se séparent. Geneston sera érigé en commune en 1955.

Emblèmes[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
De gueules à une bande d'or chargée d'un lion léopardé de sable, armé et lampassé de gueules ; au chef d'argent chargé de trois épis de blé liés d'un pampre fruité à dextre et feuillé d'une pièce à senestre, accosté à dextre de trois mouchetures d'hermine de sable, ordonnées 2 et 1, et à senestre d'un double cœur vidé et croiseté, le tout de sable.
Commentaires : Ce blason est une brisure des armes des Menou (De gueules à la bande d'or) avec le lion des armes de la famille de Charette (de Montebert) (D'argent, au lion de sable, armé et lampassé de gueules, accompagné de trois canettes de sable membrées et becquées de gueules). Le double cœur vidé, couronné et croiseté indique la proximité de la Vendée, tandis que le pampre liant trois épis de blé montre les cultures effectuées sur le sol communal. Les mouchetures d'hermine évoquent le blasonnement d'hermine plain de la Bretagne, rappelant l'appartenance passée de la ville au duché de Bretagne. Blason conçu par M. David en 1985.

Devise[modifier | modifier le code]

La devise de Montbert : Majorum Memento Posturas Cura. Souviens-toi de tes ancêtres, soucie-toi de ta postérité.[6].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie de Montbert.
L'article histoire des maires de France retrace l'évolution des modalités d'élection ou de nomination des maires de la commune.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
    M. Dugast    
    Gilles Pouvreau    
1804   François Lallier    
  1814 Jean Thomas    
1815   Victor Delaville    
    Élie Pouvreau    
1830   M. Buet    
    Gabriel Bouchaud    
1871   Gabriel Devin    
1880   Henri « Louis » Marie Dieudonné de Ghaisne de Bourmont   (1848-1921)
    M. Clémansin du Maine    
    Jean-Baptiste Lépine    
    Jean-Marie Belouin    
    Albert Ouary    
  1989 André David    
1989 2014 Daniel Bourré[Note 1] Divers droite  
2014 en cours Jean-Jacques Mirallié Divers droite cadre administratif
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Les données concernant 1793 et 1800 sont perdues. Entre 1801 et 1806, la commune absorbe Geneston, qui redevient commune indépendante en 1954.

En 2011, la commune comptait 2 986 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1806. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856 1861
1 528 2 265 2 311 2 137 2 190 2 430 2 603 2 680 2 589
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
2 533 2 509 2 607 2 603 2 639 2 631 2 559 2 557 2 502
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
2 411 2 181 2 211 2 178 2 165 2 205 1 501 1 585 1 614
1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011 - -
1 734 2 249 2 246 2 293 2 803 2 945 2 986 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8]. , pour le recensement de 1836, archives départementales de la Loire-Atlantique[9])
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (17,7 %) est en effet inférieur au taux national (22,7 %) et au taux départemental (20,8 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (51,2 % contre 48,7 % au niveau national et 48,5 % au niveau départemental).

Pyramide des âges à Montbert en 2009 en pourcentage[10]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,1 
90 ans ou +
0,6 
5,3 
75 à 89 ans
7,4 
10,7 
60 à 74 ans
11,4 
19,5 
45 à 59 ans
19,1 
24,4 
30 à 44 ans
23,8 
16,1 
15 à 29 ans
15,8 
23,7 
0 à 14 ans
22,1 
Pyramide des âges du département de la Loire-Atlantique en 2009 en pourcentage[11]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
1,0 
5,6 
75 à 89 ans
9,1 
12,1 
60 à 74 ans
13,4 
20,1 
45 à 59 ans
19,7 
21,3 
30 à 44 ans
20,1 
20,1 
15 à 29 ans
18,5 
20,5 
0 à 14 ans
18,3 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La décollation de saint Jean-Baptiste[12], École française, XVIIIe siècle, église paroissiale de l'Assomption.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Montbertains décorés de la Légion d'honneur[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Pour approfondir 
  • Groupe histoire de Montbert, Montbert... depuis la nuit des temps, Maulévrier, éd. Hérault,‎ 2012, 655 p. (ISBN 9782740702970)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Réélu en 2001 et 2008.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]