José Manuel García-Margallo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
José Manuel García-Margallo
José Manuel García-Margallo, en 2013.
José Manuel García-Margallo, en 2013.
Fonctions
Ministre des Affaires étrangères
et de la Coopération d'Espagne
En fonction depuis le 22 décembre 2011
Président du gouvernement Mariano Rajoy
Prédécesseur Miguel Ángel Moratinos
Député européen
19 juillet 199420 décembre 2011
Élection 12 juin 1994
Réélection 13 juin 1999
13 juin 2004
7 juin 2009
Législature IVe, Ve, VIe, VIIe
Biographie
Nom de naissance José Manuel García-Margallo y Marfil
Date de naissance 13 août 1944 (69 ans)
Lieu de naissance Madrid (Espagne)
Parti politique UCD (1977-1982)
PDP (1982-1989)
PP (depuis 1989)
Diplômé de Université de Deusto
Université Harvard
Profession Fonctionnaire
Avocat

José Manuel García-Margallo
Ministres des Affaires étrangères d'Espagne

José Manuel García-Margallo y Marfil, né le 13 août 1944 à Madrid, est un homme politique espagnol, membre du Parti populaire (PP).

Comptant parmi les fondateurs de l'Union du centre démocratique, il a été secrétaire général de son groupe parlementaire au début des années 1980. Il rejoint ensuite le Parti démocrate populaire, qui intègre le PP en 1989, et est élu député européen en 1994. Dix-huit ans plus tard, Mariano Rajoy le choisit comme ministre des Affaires étrangères.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse, formation et carrière[modifier | modifier le code]

En 1960, il rejoint les Jeunesses monarchistes espagnoles (JUME). Il termine ses études secondaires à San Sebastián, en 1962, puis il intègre l'université de Deusto, où il obtient une licence trois ans plus tard. Ayant passé avec succès le concours d'inspecteur technicien fiscal de l'État en 1968, il suit l'International Tax Program de l'université Harvard en 1973, obtenant un Master of Laws en droit des sociétés et régulation du marché des valeurs.

Débuts politiques[modifier | modifier le code]

En 1974, alors qu'il devient chef du service des Études et de la Programmation du secrétariat général technique du ministère des Finances, il participe à la création de la Fondation des études indépendantes (FEDISA), dirigée par Manuel Fraga, puis du premier Parti populaire (PP), aux côtés de José María de Areilza et Pío Cabanillas Gallas, en 1976. Dès l'année suivante, il fait partie des fondateurs de la nouvelle Union du centre démocratique (UCD), dont le PP est membre.

Député et cadre politique[modifier | modifier le code]

Le 15 juin 1977, il est élu député de Melilla au Congrès des députés. Il doit renoncer à son mandat dès le 1er septembre, à la suite de sa nomination comme directeur général du Développement communautaire du ministère de la Culture[1]. Relevé de ses fonctions le 6 janvier 1979[2], il est réélu au Congrès le 1er mars.

Le 8 novembre suivant, il est porté à la présidence de la commission des Pétitions, puis il devient, en 1981, secrétaire général du groupe parlementaire de l'UCD, et secrétaire à la Formation du parti l'année suivante[3]. Il n'est pas réélu aux élections du 28 octobre 1982. Il est alors nommé rapporteur au tribunal économique administratif central.

Ayant quitté le parti centriste pour le Parti démocrate populaire (PDP), dont il est nommé secrétaire aux Études et aux Programmes, il devient député de province de Valence à l'occasion des élections du 22 juin 1986, sur la liste de la Coalition populaire (CP). Peu après, le PDP devient la Démocratie chrétienne (DC). Il en est désigné secrétaire aux Relations internationales. En 1989, la DC participe à la création du nouveau Parti populaire (PP), dont García-Margallo devient membre.

Il est alors réélu député de Valence et choisit comme porte-parole du groupe parlementaire à la commission de l'Économie, du Commerce et des Finances. Il est confirmé dans ces fonctions après le scrutin de 1993.

Carrière au Parlement européen[modifier | modifier le code]

À l'occasion des élections européennes du 12 juin 1994, il est élu au Parlement européen, en vingt-sixième position sur la liste emmenée par Abel Matutes. Le 30 janvier 1997, lors du renouvellement des postes à mi-mandat, il est nommé vice-président de la sous-commission des Affaires monétaires. Réélu le 13 juin 1999, à la vingt-cinquième place de la liste de Loyola de Palacio, il devient vice-président de la commission des Affaires économiques et monétaires en juillet, une fonction qu'il conserve en 2002.

Placé en vingt-deuxième position dans la liste de Jaime Mayor Oreja, il conserve son mandat le 13 juin 2004, ainsi que ses fonctions à la commission des Affaires économiques et monétaires. Après les élections du 7 juin 1999, pour lesquelles il était à la vingtième place de la liste encore conduite par Jaime Mayor Oreja, il reste vice-président de la commission et devient président de la délégation pour les Relations avec les pays de la Communauté andine des Nations.

Ministre de Rajoy[modifier | modifier le code]

Le 22 décembre 2011, José Manuel García-Margallo est nommé ministre des Affaires étrangères et de la Coopération dans le gouvernement de Mariano Rajoy[4]. Après sa prise de fonction, il affirme que les fonctions diplomatiques seront réservées aux diplomates, ajoutant que « des personnes exceptionnelles, en des circonstances exceptionnelles » pourraient toutefois être choisies[5]. Au début du mois de janvier 2012, il obtient que le secrétariat d'État à l'Amérique latine soit également compétent en matière de coopération internationale[6], contrairement à ce que Rajoy avait décidé deux semaines auparavant.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]