Instrument de musique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Instruments de musique)
Aller à : navigation, rechercher
Fresque étrusque de la tombe des Léopards à Monterozzi en Italie.

Un instrument de musique est un objet pouvant produire un son contrôlé par un musicien — que cet objet soit conçu dans cet objectif, ou bien qu'il soit modifié ou écarté de son usage premier. La voix ou les mains, même si elles ne sont pas des objets à proprement parler, sont considérées comme des instruments de musique dès lors qu'elles participent à une œuvre musicale.

Hector Berlioz commence son Traité d'instrumentation et d'orchestration (1843) en déclarant que « tout corps sonore mis en œuvre par le compositeur est un instrument de musique ».

L'ensemble des instruments utilisés pour une œuvre est appelé « instrumentarium ». L'étude académique des instruments de musique est appelée organologie et prend le plus souvent ses sources dans l'éthnomusicologie.

Histoire[modifier | modifier le code]

Parmi les plus vieux instruments de musique connus, des flûtes en os d'ours comme la flûte de Divje Babe actuellement considérée comme le plus viel instrument de musique (45 000 ans)[1], ou celle en os d'oiseau datant de 35 000 ans retrouvée dans une grotte du Jura Souabe, région située au sud-ouest de l'Allemagne[2]. Dans la mesure où ces flûtes sont déjà techniquement évoluées, elles impliquent un savoir-faire musical bien antérieur.

Tous les instruments de musique dont on a retrouvé la trace archéologique jusqu'à aujourd'hui sont le fait d'Homo sapiens.

Classification[modifier | modifier le code]

Par son mode d'attaque, par la forme et la matière de sa caisse de résonance, par le soutien ou non de sa vibration, l'instrument de musique détermine le timbre — l'une des quatre caractéristiques du son avec la hauteur, la durée et l'intensité. Les progrès de l'acoustique musicale permettent de mieux comprendre les composantes du spectre harmonique spécifique à chaque source sonore.

Un instrument de musique se divise en deux parties distinctes :

  • celle qui crée la vibration ;
  • celle qui transforme cette vibration en un timbre qui caractérise cet instrument.

Peu importe leur matière, les instruments sont classés par leur méthode de production du son : l'organologie est l'étude détaillée de ces outils faiseurs de musique et de leurs différentes catégorisations. Le timbre de ces instruments peut être parfois transformé par un accessoire comme les sourdines pour les cordes et les cuivres, ou un kazoo pour la voix.

Pour un son donné, la vibration peut provenir d'une corde, d'une colonne d'air ou d'une percussion ; des instruments peuvent combiner plusieurs systèmes, les plus récents vont de l'électromécanique jusqu'au virtuel.

Instruments à cordes[modifier | modifier le code]

Les instruments à cordes sont également appelés « cordophones ».

De matière, de grandeur et de grosseur variées, les cordes peuvent être frottées, pincées ou frappées. On distingue par conséquent :

Instruments à vent[modifier | modifier le code]

Les instrument à vent, également appelés « aérophones », mettent en jeu une colonne d'air. Celle-ci peut être produite par le souffle du musicien, par une soufflerie mécanique ou par une poche d'air. On distingue :

N.B. Contrairement à ce que cette classification pourrait laisser penser, ce n'est pas la matière utilisée dans la facture instrumentale qui est déterminante, mais bien la manière de produire le son. Ainsi, s'il existe des flûtes et des clarinettes en métal et en bois, toutes font partie des « bois ». Le saxophone construit en cuivre est un « bois » car il est muni d'un bec à anche battante. Il existe également des « cuivres » fabriqués en bois, comme les cornets à bouquin et le serpent, et à l'origine, le cor est un olifant en corne ou fabriqué dans une défense d'éléphant.

Instruments de percussion[modifier | modifier le code]

Les instruments de percussion — à hauteur déterminée ou non — englobent tout instrument par lequel un corps en frappe un autre. Cette catégorie d'instruments a été subdivisée par les théoriciens en membranophones et idiophones (comme les cordophones et aérophones, ces termes sont peu usités et hors dictionnaires). Le développement de cette famille nombreuse au XXe siècle (plus de 500), particulièrement des instruments à claviers ou à lamelles, a imposé une nouvelle catégorisation autant pour les percussionnistes que pour les enseignants. À l'orchestre ou dans les classes de percussion, la distinction est faite entre :

  • les claviers, constitués d'une série de lames accordées en bois ou en métal, frappées par des baguettes (comme le xylophone ou le steel-drum) ou par l'intermédiaire d'un clavier (célesta) ;
  • les peaux, naturelles ou synthétiques, elles sont constitués d'une membrane frappée par les mains ou par des baguettes, accordée ou non, comme le djembé ou la timbale ;
  • les accessoires, c'est-à-dire toutes les autres percussions ne produisant généralement qu'un son, du triangle aux maracas en passant par les claves ou la crécelle.

Instruments de combinaison[modifier | modifier le code]

Les instruments de combinaison associent plusieurs modes de mise en vibration. On distingue :

De l'électromécanique au virtuel[modifier | modifier le code]

Musées[modifier | modifier le code]

Allemagne[modifier | modifier le code]

Le Musikinstrumenten-Museum, musée des instruments de musique à Berlin ; il rassemble environ 3500 instruments.

Belgique[modifier | modifier le code]

Le Musée des instruments de musique (MIM), créé à Bruxelles en 1877, réunit dans les locaux d'un superbe immeuble Art nouveau une collection de plus de 8 000 instruments : instruments occidentaux mécaniques, électriques et électroniques, instruments traditionnels européens, instruments du monde.

Burkina Faso[modifier | modifier le code]

En 1999, fut ouvert à Ouagadougou (Burkina Faso), le Musée de la musique qui réunit une collection d'instruments de musique traditionnels des terroirs ethnoculturels du pays.

France[modifier | modifier le code]

Le Musée de la musique, à Paris, fait partie de la Cité de la musique.

Le Musée des instruments à vent, à La Couture-Boussey, centre de facture d'instruments à vent depuis le XVIIe siècle.

Italie[modifier | modifier le code]

Le Musée national des instruments de musique de Rome ouvert à Rome en 1964, rassemble une collection exceptionnelle de 3 000 instruments, de l'Antiquité jusqu'à nos jours, couvrant tous les genres musicaux.

Suisse[modifier | modifier le code]

Le Musée de la musique de Bâle (Musikmuseum en allemand) situé dans l’ancienne prison Lohnhof depuis l’an 2000.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]