Heures (mythologie grecque)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Heures.
Dionysos barbu menant les Heures, œuvre romaine d'époque impériale (Ier siècle ap. J.-C.), copie d'une œuvre néo-attique

Par le mot Heures (en latin Horae et en grec ancien Ὧραι / Hōrai), les Grecs, primitivement, désignèrent, non pas les divisions du jour, mais celles de l'année. Les Heures étaient filles de Zeus et de Thémis. Hésiode en compte trois : Eunomie, Dicé et Eiréné, c'est-à-dire le Bon Ordre ou la Législation, la Justice et la Paix, noms indiquant leur rôle moral. Homère les nomme les portières du ciel, et leur confie le soin d'ouvrir et de fermer les portes éternelles de l'Olympe. Elles sont aussi les régulatrices de la vie humaine. La mythologie grecque ne reconnut donc d'abord que trois Heures ou trois Saisons : le Printemps, l’Été et l'Hiver. Ensuite, quand on y ajouta l'Automne et le solstice d'hiver, c'est-à-dire sa partie la plus froide, la mythologie créa deux nouvelles Heures, Carpo (ou Xarpo) et Thalatte (ou Thallo), qu'elle établit pour veiller aux fruits et aux fleurs. Enfin, quand les Grecs partagèrent le jour en douze parties égales, les poètes multiplièrent le nombre des Heures jusqu'à douze, employées au service de Jupiter, et les nommèrent les douze sœurs.

Elles accompagnent souvent les dieux et les héros et ce furent ces divinités qui se chargèrent de l'éducation d'Héra, de Dionysos, d'Aphrodite, d'Hermès, d'Aristée ; elles avaient aussi la mission de descendre aux Enfers pour prendre Adonis et le ramener à Aphrodite. Elles présidaient à la toilette d'Aphrodite.

Souvent les Heures sont accompagnées des Charites et des Nymphes : les poètes et les artistes les représentent communément comme de gracieuses jeunes filles dansantes, avec un vêtement qui ne descend que jusqu'aux genoux ou bien vêtues d'habits longs, tenant des raisins, des épis, des rameaux fleuris à la main.. Sur les monuments, elles paraissent toutes du même âge : leur tête est couronnée de feuilles de palmier qui se redressent.

Allégorie de la paix et le bonheur de l'état. Nous pouvons observer Eunomie, Dice et Irene

Lorsqu'on fixa quatre Saisons, l'art introduisit à son tour quatre Heures (Eiar, Théros, Cheimon et Phthinoporon) mais les représenta dans des âges différents, avec de longues robes et sans couronne de palmier. L'Heure du printemps fut représentée sous la figure d'une adolescente aux traits naïfs, à la taille svelte et mince, aux formes à peine accusées. Ses trois sœurs augmentent en âge par gradation.

Les Heures présidaient à l'éducation des enfants, et réglaient toute la vie des hommes : aussi les voit-on assister à toutes les noces célébrées dans la mythologie.

Les Athéniens leur offraient les prémices des fruits de chaque saison. Ce culte gracieux ne fut pas transporté à Rome, où cependant Hersilie, la femme de Romulus, fut considérée comme la divinité présidant aux Saisons. On l'appelait Hora.

Les modernes représentent les Heures avec des ailes de papillon ; Thémis ordinairement les accompagne, et elles soutiennent des cadrans, des horloges, ou d'autres symboles de leurs attributions dans la fuite rapide du temps.

Les douze Heures[modifier | modifier le code]

Les douze heures du jour ou de la nuit, filles de Cronos (le Temps) (d'après Nonnos de Panopolis) ou d'Hélios et de Séléné (Quintus de Smyrne), n'étaient que dix à l'origine :

  1. Augé, la première Lueur du jour
  2. Anatolé ou Antolie, l'Aurore ou le Lever du Soleil
  3. Musica ou Mousika, la Musique ou l'Heure de la musique et de l'étude
  4. Gymnasia ou Gymnastika, la Gymnastique ou l'Heure du gymnase
  5. Nymphé ou Nymphe, le Bain ou l'Heure des ablutions et du bain
  6. Mésembria, le Midi
  7. Spondé ou Sponde, les Libations versées après le repas
  8. Élété ou Élète, la Sieste ou l'Heure de la prière
  9. Acté ou Akté (ou Cypris selon les versions), l'Après-Midi ou l'Heure du repas et du plaisir
  10. Hespéris, le Soir
  11. Dysis, le Crépuscule ou le Coucher du Soleil
  12. Arctos, la dernière Lueur du jour

Certains auteurs ne parlent pas d'Arctos mais de Chora, la Danse.

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]