Iris (mythologie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Iris.
Iris, lécythe peint en technique de Six par le Peintre de Diosphos, v. 500–490 av. J.-C., musée du Louvre
Iris, fresque florentine du palais Medici-Riccardi de Luca Giordano (1684-1686)

Dans la mythologie grecque, Iris (en grec ancien Ἶρις / Îris), fille de Thaumas et de l'Océanide Électre[1], donc la sœur des Harpies et d'Arce, était la messagère des dieux, et principalement d'Héra, comme Hermès était le messager de Zeus. Dans l’Iliade d'Homère, elle est « la messagère de tous les dieux éternels »[2]. Thaumas étant fils de Gaïa (la Terre), Iris, à cause de son origine, doit être considérée comme aussi antique que les plus anciens dieux. Toujours assise auprès du trône d'Héra, elle est prête à exécuter ses ordres. Elle avait également le soin de l'appartement et du lit de sa maîtresse et elle l'aidait à sa toilette. Lorsque Héra revenait des Enfers dans l'Olympe, c'est Iris qui la purifiait avec des parfums. Héra avait pour elle une affection sans bornes, parce qu'elle ne lui apportait jamais que de bonnes nouvelles.

On la représente sous la figure d'une gracieuse jeune fille, avec des ailes brillantes de toutes les couleurs réunies. Les poètes prétendaient que l'arc-en-ciel était la trace du pied d'Iris descendant rapidement de l'Olympe vers la terre pour porter un message ; c'est pourquoi on la représente le plus souvent avec un arc-en-ciel. D'autres font de l'arc-en-ciel son écharpe.

Ce phénomène céleste se désigne aussi poétiquement par le nom d'écharpe d'Iris.

Iris dans la littérature[modifier | modifier le code]

Dans l’Iliade, Homère utilise les épithètes homériques :

  • « Iris aux ailes d'or »[3],[4],
  • « Iris aux pieds aériens »[2],[5],[6],
  • « Iris aux pieds légers »[7],
  • « Iris aux pieds prompts »[3],[4],
  • « Iris aux pieds rapides »[8],[3],[4],
  • « Iris aux pieds tourbillonnants »[6].

Dans la Théogonie d’Hésiode, elle est mentionnée trois fois[1].

Le poète Alcée de Mytilène en fait l'épouse du Vent Zéphyr et la mère d'Éros, le dieu de l'Amour.

Dans l’Énéide de Virgile, c'est Iris qui coupe le cheveu fatal de Didon, sur ordre de Junon[9].

Elle est aussi appelée Iris « Thaumantias », surnom tiré du nom de son père Thaumas.

Iris dans la musique[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :