Hakka

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Akka, Haka, Hakha ni Aka.

Hakkas

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Forteresse hakka au Fujian

Populations significatives par région
Population totale 90 000 000~100 000 000
Autres
Langues

Hakka, mandarin

Religions

Religion traditionnelle chinoise

Ethnies liées

Hans, Hans Cantonais, Hans Gan, Hans Xiang, Hans Min

Pour la langue (ou le dialecte), voir Hakka (langue).

Les Hakkas (chinois: 客家人 ; hakka : hak-ga-ngin ; pinyin mandarin : kè jiārén, littéralement « familles invitées ») sont des Chinois Han vivant dans le sud de la Chine, qui se considèrent comme les lointains descendants de réfugiés originaires des provinces du Henan, du Shanxi et du nord du Hubei. Chassés en vagues successives à partir du IIIe siècle par les guerres accompagnant les changements dynastiques dans la région environnant les anciennes capitales de Luoyang et Chang'an, les ancêtres des Hakkas auraient fini par s'installer, après une migration interrompue de haltes, dans une zone située à la rencontre des provinces de Guangdong, Fujian, Jiangxi et Guangxi, où ils reçurent leur nom actuel. Il existe également des habitats hakkas dans le Hunan, le Guizhou, le Guangxi et le Sichuan. Constamment à la recherche de meilleures terres, certains sont repartis pour Hainan et Taïwan ou l’une des nombreuses enclaves chinoises à travers le monde. Ils constituent, par exemple, la majorité de la population d'origine chinoise des départements et territoires français d'Outre-mer, comme Tahiti ou l'île de la Réunion.

Toujours légèrement en arrière par rapport au mouvement général d’expansion des Han vers le sud, ils ont souvent dû se contenter des moins bonnes terres, ce qui a déterminé un certain nombre de leurs caractéristiques culturelles, comme la frugalité et l’ardeur au travail. Avec peu de perspectives de prospérité d’origine terrienne, les hommes hakka se tournaient plus souvent que les autres vers la carrière militaire, le commerce itinérant ou les études en vue d'un poste de mandarin, laissant aux femmes une grande partie des travaux de la terre. Très présents dans l’armée et l’administration, plus éduqués en moyenne, les Hakkas ont eu une influence significative sur l'histoire chinoise à laquelle ils ont donné de nombreux dirigeants politiques et révolutionnaires. Les femmes hakka n’avaient presque jamais les pieds bandés.

La langue hakka, qui comprend quelques variantes phonologiques, diffère très nettement du cantonais ou du minnan parlés par les populations voisines des Hakkas. La forme du district de Meizhou a été choisie comme standard. Réunis, les différents dialectes hakka compteraient entre 90 et 100 millions de locuteurs.

Les Tulou, construits par les Hakka, ont été inscrits par l'UNESCO sur la Liste du patrimoine mondial en 2008.

La migration, mythe fondateur[modifier | modifier le code]

On considère que le premier déplacement de population vers le sud depuis le Zhongyuan[1] (plaine centrale), centre géopolitique de la Chine ancienne s’étendant autour du bassin moyen et inférieur du Fleuve jaune, s’est produit peu après la chute de l’empire Han, entre le milieu du IIIe siècle et le milieu du Ve siècle. D’autres suivirent à la chute de presque chaque dynastie importante : fin des Tang (Xe siècle), chute des Song du Nord (XIIe siècle) puis des Song du Sud (fin du XIIIe siècle, enfin chute des Ming (XVIIe siècle).

Tombe hakka

Les deux premières vagues sont particulièrement importantes pour la définition de l’identité hakka qui implique souvent, avant même l’usage du dialecte, la prétention - pas toujours vérifiable - de remonter à un ancêtre qui quitta le Nord entre le IIIe et le Xe siècle. Le folklore oral de l’émigration hakka les fait partir lors de la période où « les cinq peuples barbares ont semé le trouble parmi les Chinois » [2] , soit au IIIe siècle. Cette date semble trop reculée à la plupart des chercheurs modernes qui envisagent plutôt un départ vers le sud entre la fin des Tang (Xe s.) et la fin des Ming (XVIIe s.). Néanmoins, certaines familles prétendent détenir des listes généalogiques[3] remontant à un membre de l’aristocratie ou un fonctionnaire de la dynastie Han vivant au Henan ou au Shanxi. En effet, le mythe/souvenir de l’origine géographique s’accompagne souvent de celui d’une origine sociale jadis élevée, renforçant l’aspiration à une carrière publique.

Dans de nombreuses régions hakka, la salle centrale (salle du culte ancestral) des habitations porte au fronton le nom de la région d’origine. Il arrive qu’elle ne soit pas située dans la vallée du Fleuve jaune, comme dans le cas des familles Xu 徐 qui affichent Donghai[4] dans le Jiangsu. Néanmoins, les intéressés considèrent qu’il s’agit d’une halte en chemin et qu’ils sont bien descendants d’ancêtres du Zhongyuan.

Formation tardive[modifier | modifier le code]

De nombreux aspects de la culture hakka, en particulier dans les domaines vestimentaire, religieux, social, familial et musical, témoignent indéniablement de l’influence de la culture Han de l’époque médiévale. Néanmoins, des recherches récentes semblent indiquer que ceux qui s’identifient comme Hakkas ne sont que partiellement issus d’ancêtres venus de la vallée du Fleuve jaune. Aux immigrants d’origine se sont joints des autochtones des régions traversées ou d’autres migrants, alors que certains quittaient le groupe pour se fondre au sein des populations locales. Dans la province de Guangdong, il arrive que des familles hakka et cantonaises partagent les mêmes ancêtres. Les recherches génétiques, cherchant à mettre en évidence des différences entre les Hans du nord et du sud de la Chine, ont montré que les Hakkas ne se distinguent pas à cet égard de l’ensemble des Hans du Sud. Comme la plupart d’entre eux, ils ont absorbé des membres d’autres peuples, comme les Yao ou les She qu'ils ont côtoyés.

La forme définitive du nom Hakka s’est fixée dans le sud de la Chine au XVIIe siècle seulement, même si l’habitude de nommer hak (mandarin : ke) les familles déplacées est attestée dès le IVe siècle. Le terme officiel était kehu [5], dont kejia serait la version orale. Utilisée par les populations d’implantation plus ancienne pour désigner les nouveaux venus, ces derniers l'auraient reprise à leur compte vers le milieu de la dynastie Qing. Certains font remonter la popularisation de ce terme au règne de l’empereur Kangxi (1652-1722), qui avait fait appel à des immigrants pour repeupler le littoral faisant face à l’île de Taïwan, évacué sous ses ordres dix ans auparavant pour couper les renforts à l’armée de Koxinga.

De fait de leur dialecte particulier, de leur habitat souvent montagneux, les Hakkas ont parfois été considérés comme des non Hans par les habitants des régions où ils s’installaient, confondus avec les ethnies qui partageaient les mêmes zones d'habitat et à qui ils ont d’ailleurs pu emprunter certains éléments. Au XIXe siècle, la discrimination dont ils faisaient l’objet de la part des locuteurs cantonais, leur image d’éternels immigrés à la recherche d’un point de chute, leur investissement dans les études faute de terres ont amené certains Occidentaux à établir un parallèle entre eux et les Juifs. Néanmoins, les Hakkas ont une culture fondamentalement Han et aucune spécificité religieuse qui les placerait à l’écart ; ils n’ont, de plus, jamais été persécutés, même s’ils ont dû se battre pour s’emparer de terres ou les conserver.

Particularités culturelles[modifier | modifier le code]

Outre le mythe de l’origine nordique, le fort sentiment d’identité des Hakkas repose sur l’expérience de communautés ayant dû lutter afin de se tailler un domaine dans des régions trop peuplées ou dans les zones montagneuses encore en friche. Cette situation imposait, outre la frugalité et l’ardeur au travail déjà évoquées, un sens encore plus aigu de la communauté que chez les autres Han, se reflétant dans différents domaines :

  • Rites religieux : une place particulièrement importante est accordée au culte des ancêtres, les Hakkas n’ayant pas toujours à proximité un village où trouver un temple dédié à une divinité ; un culte est d'ailleurs rendu aux membres du clan morts dans les luttes ethniques dont témoignent, par exemple, les « temples des pionniers »[6] de Taïwan.
  • Architecture : Le plus remarquable exemple en est le tulou (土樓) du Fujian, habitat communautaire abritant de nombreuses familles, parfois un village entier. Il s’agissait de forts arrondis ou carrés disposant d’une entrée unique. Au rez-de-chaussée se trouvaient les animaux ainsi qu’un puits ; les greniers et réserves d’armes se situaient au premier étage et les logements, les seuls à posséder des fenêtres, au deuxième avec la salle du culte des ancêtres. Certains sont encore habités de nos jours.
  • Généalogie : la possession de listes généalogiques rappelant le rattachement à un ancêtre commun est assez répandue.

L'investissement des hommes dans les carrières militaire et administrative ainsi que le rôle accru des femmes en l’absence de nombreux hommes partis à l’armée ou absorbés par les études ont été évoqués dans l’introduction. Vivant souvent sur les hauteurs où l'on cultive le thé, les Hakkas sont également connus pour leurs « chants de montagne » [7] ou « chants de cueillette ».

Les Hakkas en Chine et à Taïwan[modifier | modifier le code]

60 % des Hakkas de Chine populaire vivent dans la province de Guangdong, particulièrement les districts de Xingning et Mei. Le district de Huizhou est le berceau de 95 % des Hakkas d’Outre-mer. Le Guangxi est la deuxième province Hakka de Chine.

Les Hakkas constituent 15 % de la population du Taïwan, où se sont affrontés jusqu'au 19e siècles pour la possession des terres quatre groupes concurrents : les différents aborigènes, deux groupes rivaux de Han venus du Minnan et les Hakkas qui ont dû encore une fois se fixer près des zones montagneuses, en majorité dans les districts de Hsinchu, Miaoli, Chongli et Taoyuan, dans le Nord, Kaohsiung (Meinong) et Pingtong dans le Sud. Une minorité s’est installée à l’Est dans les districts de Hualian et Taitung.

En Chine populaire comme à Taïwan, de plus en plus de Hakkas habitent dans les grandes métropoles, phénomène favorisant les mariages avec des non hakkas et la diminution du nombre de familles dans lesquelles le hakka est langue courante.

À Taïwan actuellement, la langue et la culture hakka font l'objet d'une renaissance. Depuis la fin des années 1980, la conscience hakka s'est réveillée et les communautés hakka des différentes régions du pays, alarmées sur le risque de disparition de leur langue et de leur culture, se sont organisées pour préserver leur héritage. Un ministère s'occupant des affaires hakka a d'ailleurs été créé en 2001, et est très actif dans la préservation et la promotion de la langue et de la culture hakka. Le système éducatif a progressivement mis en place un programme d'enseignement des langues dites "locales", dont le hakka, dans le primaire et le secondaire. Un nombre important d'universités taïwanaises proposent des programmes de mastère et même de doctorat en langue et culture hakka. En 2003, la télévision hakka (Hakka TV), une chaîne satellite, a été lancée sur le réseau câblé du Taïwan ; ses programmes sont également diffusés en numérique. Un grand centre de la culture hakka est en cours de construction dans le comté de Miaoli, région taïwanaise avec une importante population hakka, et ambitionne de devenir un pionnier dans la recherche au sujet des Hakka et dans les échanges entre les communautés hakka du monde entier.

Les Hakkas dans le monde[modifier | modifier le code]

On trouve des Hakkas partout où il existe une diaspora chinoise, mais la majorité des Hakkas d’Outre-mer résident en Malaisie, Indonésie, Thaïlande et à Singapour. En Indonésie, ils se sont installés principalement à Bornéo le long de la rivière Kapuas (attirés au XIXe siècle par la perspective d’y trouver de l’or), à Pontianak où ils fondèrent la République de Lanfang et à Singkawang, ainsi que sur les îles de Bangka et Belitung où leur langue a été profondément influencée par les langues locales. Les Hakkas du Timor oriental se sont réfugiés en Australie après 1975.

Ils sont largement majoritaires parmi les Chinois ethniques des départements et territoires français d’Outre-mer (12 % de la population à Tahiti).

Quelques Hakkas célèbres[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. 中原
  2. wuu luanhua 五胡亂華
  3. zupu族譜
  4. 東海
  5. 客戶
  6. xianmin miao 先民廟
  7. shange 山哥

Voir aussi[modifier | modifier le code]