Fonds stratégique d'investissement

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Fonds stratégique d'investissement

Description de l'image  Logo_FSI.gif.
Création 19 décembre 2008
Fondateurs État français
Forme juridique Société anonyme
Siège social Drapeau de France Paris (France)
Direction Jean-Yves Gilet [1]
Actionnaires Caisse des dépôts 51 %
Agence des participations de l'État 49 %
Site web www.fonds-fsi.fr

Le fonds stratégique d’investissement est un fonds créé par l'État français le 19 décembre 2008. Il est parfois assimilé à un fonds souverain. Il a intégré bpifrance en juillet 2013.

Histoire[modifier | modifier le code]

La France disposait déjà d'organismes pouvant être assimilés à des fonds souverains :

La création d'un fonds souverain d'investissement a été décidée par le président de la République française, le [4], pour aider les entreprises françaises qui ont besoin de trouver des investisseurs stables pour financer leurs projets de développement. Les modalités de fonctionnement du fonds ont été précisées le 20 novembre suivant.

Lors de sa création, le fonds a été doté de 6 Mds d'euros par l'État. Sa dotation a ensuite augmenté, jusqu'à être portée à 20 milliards d’euros en 2011[5], dont :

Le FSI a conclu un accord avec un fonds souverain d’Abou Dabi, Mubadala Development Company PJSC , en vue d’investissements conjoints dans des entreprises françaises. Le « Memorandum of Understanding » (protocole d’entente) qui établit un cadre de coopération en vue de réaliser des investissements conjoints dans des entreprises françaises, a été signé le 26 mai 2009, à l’occasion de la visite du président français Nicolas Sarkozy à Abou Dabi [6].

Au 31 décembre 2010, le montant total des actifs du FSI se monte à 21,8 milliards d'euros[7].

Le fonds se situe, par sa taille, à la 21e place mondiale des fonds souverains.

Pour accomplir ses missions et se développer, le fonds peut emprunter sur les marchés financiers.

Missions[modifier | modifier le code]

Objectifs[modifier | modifier le code]

Les objectifs qui ont présidé à la création du Fonds stratégique d’investissement sont :

  • soutenir le développement des PME prometteuses qui ont souvent des difficultés à accéder aux financements ;
  • sécuriser le capital d’entreprises stratégiques (d'après une préconisation dès 2005 d'Alain Juillet, alors Haut Responsable à l'intelligence économique au sein du SGDN et qui voulait créer un « In-Q-Tel à la française » suite à l'affaire Gemplus[8]) ;
  • intervenir pour développer ou aider temporairement des entreprises à fort potentiel ou des projets industriels novateurs et audacieux, puis s'en désengager à moyen terme.

Le gouvernement s’est d’ailleurs défendu de vouloir :

  • constituer un groupe national industriel intégré ;
  • faire perdurer des entreprises non viables.

Doctrine[modifier | modifier le code]

Pour remplir les missions qui lui ont été confiées, le fonds :

  • investit dans des projets rentables et qui génèrent des revenus ;
  • détient toujours une minorité du capital des entreprises dans lesquelles il investit ;
  • n'agit pas seul mais avec des partenaires privés ;
  • investit à long terme mais, sans que la durée de l'investissement soit préalablement fixée. Toutefois, pour que le fonds puisse être réactif et disposer de liquidités pour agir rapidement, il devra faire tourner son portefeuille.

Organisation[modifier | modifier le code]

Logo de la CDC

Fonds stratégique d’investissement a été créé sous la forme d'une société anonyme. Le capital est détenu :

D’autres actionnaires, français ou étranger, pourront entrer ultérieurement dans le capital, sous réserve qu'ils adhèrent à la doctrine d’investissement et que la Caisse des Dépôts conserve le contrôle du fonds.

La direction du fonds est répartie entre deux structures :

2 représentants de la Caisse des Dépôts

Président du Conseil d’administration ; directeur général de la Caisse des dépôts
Directeur général adjoint de la Caisse des dépôts.

2 représentants de l’État :

  • Jean-Dominique Comolli
Commissaire aux participations de l’État
  • Luc Rousseau
Directeur général de la direction du commerce de l’industrie et de services (CIS).

3 personnalités qualifiées :

Directeur général d’Artemis
Président non-exécutif de Technicolor
Président directeur général de Scor
  • Un directeur général chargé de diriger le fonds dans le cadre de la politique générale fixée par le conseil d'administration. Cette fonction est occupée par Jean-Yves Gilet depuis le 20 septembre 2010. Il succède à Gilles Michel qui avait été désigné, par le conseil d'administration, le , comme premier directeur général du fonds[9].

Un Comité d’orientation stratégique, composé de représentants des entreprises, des organisations syndicales ainsi que de personnalités qualifiées, garantit la cohérence et les équilibres de la stratégie du fonds. Il est présidé par Jean-François Dehecq.

Un Comité d’investissement examine les projets d’investissement proposés par les équipes opérationnelles et émet des recommandations. Il est présidé par Patricia Barbizet.

Participations au capital d'entreprises[modifier | modifier le code]

Le FSI possède une participation au capital des entreprises suivantes :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]