Meccano

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Meccano Ltd.

alt=Description de l'image Meccano logo.gif.
Création 1901 à Liverpool
Fondateurs Frank Hornby
Forme juridique Ltd.
Siège social Drapeau de France Calais (France)
Activité Jeux/Jouets
Produits Meccano
WowWee
Nikko
Crayola
Maisto
Effectif 130
Site web www.meccano.com
Image du brevet de 1901

Meccano est un jeu de construction à base d'éléments à l'origine entièrement métalliques.

Les modules standard préfabriqués étaient des lames métalliques perforées au pas de ½ pouce (1,27 cm) : dès le début, la collection d'éléments très étendue comportait des cornières, des plaques, des axes, des roues et des engrenages en laiton car le but initial était l'initiation à la mécanique. L'originalité de l'invention est le pas constant des trous pour l'assemblage qui se fait au moyen de vis et d'écrous.

Meccano Ltd. était une société britannique fabriquant le célèbre jeu de construction métallique Meccano, les trains Hornby, les Dinky Toys et distribuant d'autres types de jouets. La filiale française Meccano SA fut créée en 1912 à Paris, dans le neuvième arrondissement et devient la maison mère, dont le siège et la principale usine sont situés à Calais.

Aperçu[modifier | modifier le code]

Au fil du temps, la gamme de pièces a largement évolué : certaines ont disparu du système, de nouvelles ont été créées, quelques-unes sont maintenant en matière plastique et en acier.

En France, le Club des amis du Meccano regroupe les adeptes, constructeurs et collectionneurs du jeu. Ils sont nommés meccanophiles ou meccano fans.

Meccano est une marque exclusive de la société Meccano.

Ce nom de marque est parfois utilisé comme un nom commun pour qualifier un dispositif qui se construit par assemblage d'éléments modulaires, bien que la société Meccano refuse que l'on utilise sa marque de façon générique.

Enfin, Meccano est distribué aux États-Unis sous la marque Erector.

Quelques roues du jeu Meccano
Quelques engrenages du jeu Meccano

Histoire de Meccano[modifier | modifier le code]

Tout commence en 1898 à Liverpool, dans un petit atelier où Frank Hornby s’amusait à inventer un jeu de construction à base de vis et d’écrous pour ses enfants. Il donne ainsi naissance au système MECCANO breveté en 1901.

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Frank Hornby met au point son système et le commercialise sous la marque « Mechanics Made Easy » (« La mécanique facile »). La marque MECCANO est déposée en 1907.

La fabrication des pièces de Meccano est entièrement sous-traitée jusqu’en 1903. Hornby installe un petit atelier de production à Liverpool, puis le déménage en 1909 dans un ancien atelier de construction de voitures à chevaux situé dans Old Derby Street. Pour répondre à une demande de production accrue, l’usine de Binns Road est inaugurée en 1914.

Le Meccano est exporté principalement dans les colonies britanniques mais, en 1913, la société Meccano Inc. est créée aux États-Unis.

À cette époque, Meccano a déjà une agence à Paris, située au 5, rue Ambroise Thomas, et Meccano SA est créé en 1912 sous la présidence de Roland, fils de Frank Hornby.

Face à la réussite mondiale de Meccano, trois nouvelles usines ouvrent, à Berlin en 1912, à Élisabeth New Jersey en 1920 par Meccano inc. et à Paris Belleville, en 1924. L’usine de Belleville (aujourd'hui école d'architecture) est remplacée, de 1931 à 1934, par celle de Bobigny, qui, en 1951, peut produire plus de 2 500 coffrets de Meccano par jour ! Cette même année le siège social et les bureaux sont transférés de Belleville à Bobigny, et l’immeuble de Belleville est vendu.

Pendant la guerre de 1939 - 1945 la fabrication et la vente de jouets en métal sont interdites en Grande-Bretagne : l'usine de Liverpool travaille pour la défense en produisant en particulier des systèmes de largage de bombes. L’usine de Bobigny, réquisitionnée par les Allemands, travaille pour Märklin.

Fin 1964, Meccano Ltd. est racheté par Lines Brothers (trains et jouets Tri-Ang et voitures Spot-On). La fabrication des trains Hornby est transférée à l’usine Lines, et les voitures Spot-On sont abandonnées au profit des Dinky Toys.

En janvier 1970, la raison sociale devient Meccano-Triang mais les affaires vont mal et le directeur Joe Fallman crée une nouvelle société du nom de Maoford Ltd., dont il est le président. Il y transfère tous les actifs de Meccano pour une valeur de 2 400 000 £, met Meccano Ltd. en liquidation volontaire, et laisse 9 000 000 £ de dettes à l'empire Lines qui s'écroule.

Pour garder le bénéfice d'une image de marque restée solide, Maoford est rapidement renommée Meccano (1971) Ltd. La partie britannique de Meccano est rachetée par Airfix pour £ 2000000, tandis que Henri Hennequin, directeur général de Meccano France, revend cette partie du groupe à General Mills. La production de l'usine de Bobigny est transférée à l'usine Airfix de Calais, et l'usine de Bobigny est fermée et détruite.

Dans les années 1950, Lines Brother se rapproche de la société Miro (jeux de société), et forme la société Miro – Meccano.

En janvier 1973, Meccano (1971) Ltd. redevient Meccano Ltd., et Dinky ® et Meccano sont respectivement les cinquième et sixième jouets les plus vendus en Angleterre.

Le 30 novembre 1979, l'usine de Liverpool, qui avait été la plus grande usine de jouets au monde, où travaillaient plus de trois mille employés, est fermée et mise en vente. Occupée pendant quatre mois, l’usine ne sera pas vendue, elle sera finalement rasée. Les différentes marques de Meccano sont vendues : Triang-Hornby est racheté par Dunbee Combex Marx et la marque Dinky par Universal Holdings de Hong-Kong qui possède déjà Matchbox.

La société mère n'existe plus, et c'est à la filiale française qu'il appartient de continuer de fabriquer le Meccano.

En 1980, Miro Company fusionne avec Parker Brothers France, Meccano France et plusieurs autres sociétés, et prend le nom de Miro-Meccano.

La division Palitoy de la société General Mills prend possession de MECCANO en 1981, le site de production de Calais devient alors le seul site de production mondial. Les dernières Dinky sont fabriquées à Calais pendant quelques mois, mais cette fabrication est vite abandonnée et les Dinky seront sous-traitées à Auto Pilen jusqu'en 1982.

Après 1981, MECCANO n’est pas la priorité du Groupe General Mills, et très peu de développements ont lieu. MECCANO, qui avait été fermé pendant un an, est revendu en 1985 à Marc Rebibo. Une des premières actions de celui-ci est d'interdire à la Société Exacto de Buenos Aires de produire des pièces de Meccano sous cette marque. Exacto avait une licence de Meccano Ltd. depuis 1967 et continue à produire sous sa propre marque jusqu'à aujourd'hui (2010).

En 1989, Meccano SN achète les droits à la marque Erector aux États-Unis, et y distribue ses produits sous cette marque.

En 2013, la société française de construction Meccano est rachetée par Spin Master, un groupe canadien spécialiste des engins radiocommandés et des figurines pour enfant[1].

XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Dans les années 1990, le groupe Meccano est réorganisé ; l'offre est alors basée sur deux systèmes de construction générique (le métal et le plastique). Chaque système est destiné à des tranches d'âges différentes :

  • le plastique, permet aux enfants à partir de quatre ans de découvrir le système Meccano, grâce à un système de pièces, vis, écrous spécialement conçu pour eux (Build&Play)
  • le métal, cœur de gamme de Meccano, permet aux enfants à partir de huit ans de construire une infinité d'objets. Trois gammes sont disponibles : Multimodèles, Design et Spécial Édition.

De nouvelles gammes ont fait leur apparition en 2005 : Speed Play[2] à partir de sept ans, Tuning, et Kids Play à partir de deux ans.

La société est également distributrice des jouets WowWee (Robosapien, etc.), Crayola, Nikko, et Maisto.

Dans les années 1970 et 1980, Meccano France a par ailleurs été le distributeur de jouets issus de films ou de séries importés des États-Unis comme l'Homme qui valait trois milliards ou Star Wars. (voir aussi Kenner). Les figurines Star Wars placées sur blister Meccano sont très rares et recherchées.

Au bord de la faillite, Meccano a été racheté en 2000 par le groupe japonais Nikko (leader de la voiture radiocommandée en France). Le groupe est alors redressé par Alain Ingberg, qui fait entrer dans le capital un fonds d'investissement, 21 Capital Partners, propriété d'Alessandro Benetton[3] Les Japonais sortiront définitivement du capital en 2007, la société étant alors détenue à parts égales par Alain Ingberg et le fonds 21 Capital Partners[3].

En 2005, le site de Calais, qui a subi un plan social réduisant ses effectifs de cent cinquante à quatre-vingts salariés, a été entièrement modernisé et largement automatisé.

En 2007, Meccano a ouvert des filiales en Espagne et en Grande-Bretagne[3].

Lors du Consumer Electronics Show de Las Vegas en janvier 2007, Erector, filiale de Meccano aux États-Unis, présente Spykee, robot communiquant par l'intermédiaire du WI-Fi et pouvant être contrôlé par le biais d' Internet, à monter soi-même, et lance pour Noël 2008 une gamme de robots électroniques[3].

En 2010, l'usine de Calais est encore le site de production principal du Meccano. quand une partie de la production effectuée en Chine devait être relocalisée à Calais[réf. nécessaire].

Le 13 août 2013, Meccano racheté par le canadien Spin Master[4].

Constitution du système[modifier | modifier le code]

Les principaux types de pièces sont :

  • les bandes perforées droites ou courbes
  • les plaques souples, planes ou cintrées, certaines transparentes, ou rigides, avec ou sans bords
  • les cornières, longrines et poutrelles
  • les poulies, pneus en caoutchouc et courroies de transmission
  • les engrenages (pignons, roues, vis sans fin, couronnes à denture intérieure/extérieure et crémaillères) de différentes tailles
  • les roues dentées pour transmission par chaînes
  • les tringles et manivelles de différentes longueurs
  • les accessoires de raccordement (équerres, goussets, embases, etc.)
  • les accessoires mécaniques (joint de cardan, accouplement, bras de manivelle, excentrique, cliquet, roue à rochet, etc.)
  • les moteurs, mécaniques, électriques et à vapeur pour animer les modèles.

Les pignons et roues dentées permettent les rapports 1/2 (pignon de 25 dents et roue dentée de 50 dents), 1/3 (19 et 57 dents), 1/4 (15 et 60 dents), 1/5 (19 et 95 dents) et 1/7 (19 et 133 dents).

De plus, des pièces supplémentaires ont existé pour des emplois spécifiques, tels que rouleau et navette pour métier à tisser, des aiguilles pour horloge, des attelages (Hornby), des tampons, des frotteurs prises de courant pour trains électriques, des godets pour drague, une pelle mobile pour excavatrice, des sacs pour chargements, etc.

Boîtes de base et boîtes complémentaires[modifier | modifier le code]

Il existait des boîtes complètes numérotées, par ordre de nombre de pièces croissant, de 0 (boîte d'initiation) à 10 (coffret muni de trois tiroirs de pièces, le seul de la gamme à être en bois et non en carton).

Des boîtes complémentaires, où ces numéros étaient accolés au suffixe A, fournissaient le complément de pièces permettant de passer d'une boîte à la suivante. Ainsi les pièces de la boîte no 2, complétées de celle de la boîte 2A, fournissaient au total l'équivalent d'une boîte numéro 3.

Trois moteurs mécaniques, le "1" à 1 sens de marche, le "1A" à inverseur de sens de marche, et le petit Magic, étaient également vendus séparément. Ce dernier a également été proposé dans quelques ensembles.

Plusieurs moteurs électriques sous différentes tensions (de 3 à 220V) furent aussi proposés, ainsi qu'un moteur à vapeur.

Aujourd'hui, l'offre principale (Multi-modèles) est composée de boîtes numérotées de 2 à 50 (2-5-7-10-20-25-30-40-50) indiquant le nombre de modèles dans chaque boîte.

Les modèles[modifier | modifier le code]

Les modèles peuvent être construits à partir de plans et de notices existantes, certains amateurs font réellement œuvre de maquettistes en créant des modèles originaux sans plans ni notices.

Certains constructeurs sont adeptes de la construction de micromodèles Meccano (MMM). La règle du jeu consiste à construire un modèle dont les pièces nécessaires logent dans le creux de la main.

Les systèmes compatibles et les autres[modifier | modifier le code]

Un grand nombre de jeux de construction métallique utilisant l'approche modulaire a vu le jour au cours des temps : certains strictement compatibles et donc en cotes impériales ; d'autres, totalement incompatibles, basés sur le système métrique. Beaucoup ont disparu, certains existent encore.

Parmi les systèmes compatibles, on peut citer Märklin (Allemagne), Amilac et Bral (Italie), Exacto (Argentine), A. C. Gilbert Erector, The Constructioneer, American Builder (États-Unis).

Stabil (Allemagne) est partiellement compatible (axes diam 4mm, mais entraxe de 12,5 mm au lieu de 12,7).

Et, pour les systèmes en cotes métriques :

  • Constructor (France) axes de 3 mm, entraxe de 11 mm, Lyon, puis Paray-le-Monial (France).
  • Construction (ancienne Allemagne de l'est), Efel et Standard LR (France), Eitech (Allemagne) et Polylong sont compatibles avec des axes de 4 mm et un entraxe de 10 mm. Happy People (Allemagne) s'y est ajouté début 2007.
  • Merkur (Tchéchoslovaquie) utilise des axes de 3,5 mm, avec un entraxe de 10 mm
  • Trix (Allemagne et France et Grande-Bretagne) utilise aussi des axes de 3,5 mm. Il est reconnaissable à ses bandes percées de trois rangées de trous décalées de 8 mm. A ne pas confondre avec le rare Meccano X, composé de pièces compatibles Meccano, à trois rangées de trous non décalées.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les jeux de construction Meccano rachetés par un groupe canadien, sur le site lci.tf1.fr
  2. Speed Play
  3. a, b, c et d Les Échos, mardi 19 février 2008, p. 22.
  4. Meccano racheté par le canadien Spin Master, consulté le 13 août 2013.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Louis Figureau et Edmond Besson, La fantastique épopée de Meccano, Éd. du Collectionneur, Paris, 1994, 176 p. (ISBN 2-909450-21-X)
  • (fr+en) Jacques Dujardin Encyclopédie Dinky Toys, ed. dinkycollect@free.fr, 2010, 2800 pages couleur sur DVD.
  • Jean-Marc Petit, « Meccano : le jouet indéboulonnable des petits garçons », La Saga des marques, t. 1,‎ mai 2012, p. 27-29.

Liens externes[modifier | modifier le code]