CGG (entreprise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis CGGVeritas)
Aller à : navigation, rechercher

CGG

Création 1931
Siège social Drapeau de France Paris (France)
Activité Services pétroliers.
Effectif 9 800
Site web www.cgg.com
Chiffre d’affaires 2,186 milliards d'euros (2010)
Le siège social de CGGVeritas, avenue Carnot à Massy

CGG anciennement appelée La Compagnie Générale de Géophysique-Veritas ou CGGVeritas est une entreprise française spécialisée dans l'exploration du sous-sol.

Métiers[modifier | modifier le code]

Présente en 2005 dans trois métiers : la sismique marine (no 3 mondial) et terrestre (no 2) et les équipements pétroliers (no 1).

  • activité : équipements pour l'exploration pétrolière (Sercel, filiale du Groupe, est leader mondial)
  • autres activités : services.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'entreprise a été fondée par l'un des frères Schlumberger (Conrad) en 1931. L'un de ses présidents fut Léon Migaux. Une rue porte son nom à Massy.

En 1995, la CGG (Compagnie générale de géophysique) publie un ouvrage sur son histoire : Les aventuriers de la Terre.

En 2005, le groupe a racheté à des investisseurs institutionnels 95 % du groupe norvégien "Exploration Resourcess ASA et Multiwaves ASA" (spécialisé dans la sismique marine). Ce rachat permettra au groupe de faire passer sa flotte de 6 à 9 navires et d'accroître sa part de marché dans la sismique marine en 3D de 16 % à 24 %.

En 2006, CGG célèbre son 75e anniversaire. CGG et Veritas DGC s'entendent pour se regrouper. En 2007, ce regroupement est effectué pour créer CGGVeritas.

En 2013, l'entreprise simplifie sa dénomination en CGG, suite au rachat de la partie "Géosciences" de Fugro[1].

En novembre 2014, Technip a souhaité acquérir CGG suite aux difficultés financières de ce dernier et l'acquisition de Baker Hughes par Halliburton[2].

Données boursières[modifier | modifier le code]

  • Actionnaires principaux :

(2010) : flottant plus de 80 %, Fonds stratégique d'investissement 6 %, Institut français du pétrole 4,2 %, auto-contrôle 0,8 %, employés 0,4 %[3].

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « CGG Veritas devient CGG », LeFigaro.fr,‎ 28 janvier 2013 (consulté le 22 mars 2013)
  2. Services parapétroliers : CGG ne cède pas aux avances de Technip, Jean-Michel Bezat et Isabelle Chaperon, Le Monde, 20 novembre 2014
  3. Le FSI vient renforcer le capital de CGG Veritas, Stéphane Lauer, Le Monde, 5 juin 2006