Centres pour le contrôle et la prévention des maladies

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

33° 47′ 56″ N 84° 19′ 32″ O / 33.79881, -84.32559 ()

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir CDC.
Quartier général des CDC aux États-Unis, dans le comté de DeKalb, près de l'Université Emory.

Les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies[1] (Centers for Disease Control and Prevention, CDC), au quartier général situé dans le comté de DeKalb, près d'Atlanta, forment ensemble la principale agence gouvernementale américaine en matière de protection de la santé publique et de sécurité publique. Ils y parviennent en fournissant une information crédible pour améliorer les décisions en matière de santé, et en promouvant la santé par le truchement de partenariats solides avec les départements de la santé des différents États et d'autres organisations.

Fonctions[modifier | modifier le code]

Les CDC attirent l’attention du pays sur le développement et l’application de la prévention des maladies et le contrôle (en particulier les maladies infectieuses), la santé environnementale, la promotion de la santé et l’éducation.

Les centres, instituts et bureaux sont :

  • le National Center on Birth Defects and Developmental Disabilities ;
  • le National Center for Chronic Disease Prevention and Health Promotion ;
  • le National Center for Environmental Health ;
  • le National Center for Health Statistics ;
  • le National Center for HIV, STD, and TB Prevention ;
  • le National Center for Infectious Diseases ;
  • le National Center for Injury Prevention and Control ;
  • le National Immunization Program ;
  • le National Institute for Occupational Safety and Health ;
  • l’Epidemiology Program Office ;
  • le Public Health Practice Program Office ;
  • le Bureau du Directeur.

Le quartier général se trouve dans le comté de DeKalb. Les CDC sont une agence du Département de la santé et des services humains.

Les CDC publient la revue Emerging Infectious Diseases (« maladies infectieuses émergentes »).

Thomas Frieden en est le directeur depuis le 8 juin 2009.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le CDC a d'abord été une organisation gouvernementale unique, nommée Communicable Disease Center jusqu'en 1946, puis Center for Disease Control jusqu'en 1970, où les questions de prévention ont étendu ses compétences et l'ont obligé à ouvrir des agences dans tous les États et à se réorganiser en plusieurs domaines de compétence, avec chacun un centre national doté d'instituts de recherche ou de veille sanitaire, des bureaux répartis sur tout le territoire, et des correspondants avec les grandes agences de santé du monde en collaboration avec l'OMS.

L'origine des CDC est d'abord militaire. Aux États-Unis, les institutions militaires, pour la protection de l'US Army ont joué un rôle important en matière de santé et surtout d’épidémiologie, via d'abord le suivi et l’étude de la santé des soldats, puis par l'étude des épidémies en tant que pouvant être utilisées par le bioterrorisme ou comme arme de destruction massive.

La tendance à la prévention contre les maladies infectieuses a gagné du terrain au XXe siècle dans le pays, avec la lutte contre la tuberculose et une grande campagne contre la fièvre jaune à Cuba[2] entamée en 1898. Des campagnes contre les maladies sexuellement transmissibles ont été développées durant la Première Guerre mondiale, puis contre la grippe après la pandémie de grippe espagnole de 1918 (qui a donné lieu à la création de l’OMS et qui a montré combien les armées pouvaient contribuer à transporter un virus dangereux sur toute la planète).

En matière de médecine tropicale, la lutte contre la fièvre jaune s’est ensuite élargie à d’autres maladies tropicales avec une importance marquée au milieu du siècle pour la lutte contre le paludisme. Pour notamment lutter contre cette maladie durant la Seconde Guerre mondiale dans les zones de guerre, les États-Unis ont créé un organisme spécial afin de développer des outils et stratégies adaptées aux flambées de paludisme chez les soldats (au pays et à l'étranger). C’est cet organisme qui se métamorphosera en un « Communicable Disease Center » (nom initial des CDC)[3]. Un corps épidémiologique d’élite (Epidemiology Intelligence Corps) a été fondé dans les années 1950 par Alexander Langmuir, pour disposer d’un corps mobile d'épidémiologistes (Epidemic Intelligence Service of the Communicable Disease Center[4]) capables de répondre à la menace du bioterrorisme entretenue par la guerre froide et des conflits locaux, notamment dans la région Pacifique. Langmuir précisant en 1951 que le mot « intelligence » a été retenu en raison de ses 4 définitions données par le dictionnaire (anglais) ;

  1. Capacité de connaissance et de compréhension (The capacity for knowledge and understanding).
  2. Capacité de succès adaptatif par l’ajustement de son comportement à une situation générale (The power of meeting a novel situation successfully by adjusting one's behavior to the total situation).
  3. Capacité à appréhender les interrelations entre les faits pour mieux orienter l'action vers un but désiré. (The ability to apprehend the interrelationships of presented facts in such a way as 'o guide action toward a desired goal).
  4. Obtention et diffusion d’informations, notamment d’informations secrètes. (The obtaining and dispensing of information, particularly secret information).

Les fonctions de ce corps seront rapidement élargies à la santé publique en général. Ses officiers joueront un rôle majeur dans le développement de la vaccination contre la polio et un peu plus tard dans une campagne mondiale de vaccination qui permettra l'éradication de la variole.

Le CDC a d’abord répondu à des situations de crise militaire, politique et sanitaires, pour peu à peu devenir central aux États-Unis en matière d'épidémiologie et de santé publique et de recherche-action dans ces domaines.

En 1998 dans un article dans le Wall Street Journal, Dennis Avery affirma que le Centre pour le contrôle et la prévention des maladies avait mené à bien des études prouvant que l'alimentation biologique comportait 8 fois plus de risques d'infection à la bactérie E. coli que l'alimentation conventionnelle. L'article d'Avery a été largement cité bien que le CDC n'a jamais conduit une étude de la sorte[5]. Le CDC a démenti avoir conduit de telles études[6].

Il s’agit de l'organisme de référence dans la publication des chiffres américains relatifs aux personnes infectées lors de la grippe A (H1N1) de 2009.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. CDC - Français (French). Centres pour le contrôle et la prévention des maladies. Consulté le 20 avril 2011.
  2. Stepan N. The interplay between socio-economic factors and medical science: Yellow fever research, Cuba and the United States. Social Studies of Science 1978;8:397–423 (Résumé, en anglais)
  3. Humphreys, M. ‘Denouement.’ In: Malaria: poverty, race, and public health in the United States. Baltimore: Johns Hopkins University Press, 2001; pp. 140–154.
  4. Biologcal Warfare Defense, The Epidemic Intelligence Service of the Communicable Disease Center, Alexander D. Langmuir, M.D., M.P.H., F.A.P.H.A., and Justin M. Andrews, Sc.D., F.A.P.H.A Lien vers l’article
  5. (en) Trevor Suslow,, « Organic Produce Production and Food Safety », Perishables Handling Quarterly, no 98,‎ May 1999 (lire en ligne)
  6. Biocontact, n° 216, septembre 2011, E. coli: les attaques récentes contre les produits bio reposaient sur... une étude qui n'existe pas!, Communiqué, p. 32

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]