Dennis Avery

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Dennis T. Avery, né en 1936, est un essayiste américain, collaborateur du Hudson Institute[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est récipiendaire du National Intelligence Medal of Achievement[1], remise par la Intelligence Community (communauté du renseignement américain).

Thèses[modifier | modifier le code]

Agriculture biologique et E.coli[modifier | modifier le code]

Selon des critiques d'Avery, il serait la source de l'affirmation selon laquelle la nourriture issue de l'agriculture biologique est plus dangereuse à manger que la nourriture issue de l'agriculture employant des produits chimiques à cause de l'usage de fumier dans le bio[2],[3]. En 1998 dans un article dans le Wall Street Journal, il affirma que le Centres pour le contrôle et la prévention des maladies avait mené à bien des études prouvant que l'alimentation biologique comportait 8 fois plus de risques d'infection à la bactérie E. coli que l'alimentation conventionnelle. L'article d'Avery a été largement cité bien que le CDC n'ait jamais conduit une étude de la sorte[4]. Le New York Times a écrit de lui que: « Dennis T. Avery veut que la nourriture biologique soit éradiquée. Et peu importe les moyens. »[N 1],[5]. Le CDC a démenti avoir conduit de telles études[6].

Alan McHughen, un scientifique canadien lié aux lobbies de l'agriculture conventionnelle[7], le cite pourtant dans un de ses livres[6]. Lors de l'épidémie de gastro-entérite et de syndrome hémolytique et urémique de 2011 en Europe, deux directeurs de recherche du CNRS ont publié une tribune dans le journal Libération (journal), prétendant que le Centres pour le contrôle et la prévention des maladies aurait réalisé une étude en 1996 liant un tiers des 250 décès dus à une souche pathogène d'E. Coli à la consommation de produits biologiques, basée sur les affirmations de McHughen[6].

Controverse sur le climat[modifier | modifier le code]

Dans son livre à succès qui figura sur la New York Times Best Seller list Unstoppable Global Warming: Every 1,500 Years, Avery affirme que le réchauffement climatique fait partie d'un cycle naturel et ne peut être arrêté[8]. Il a également affirmé que les prochains 20 à 30 ans amèneront un refroidissement climatique[9].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Global Food Progress 1991 (1991)
  • Saving the Planet With Pesticides and Plastic: The Environmental Triumph of High-Yield Farming (August 2000)
  • Unstoppable Global Warming: Every 1,500 Years (February 2007)

Source de traduction[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. "Dennis T. Avery wants organic food to go away. And he doesn't care what it takes."

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « http://www.hudson.org/learn/index.cfm?fuseaction=staff_bio&eid=AverDenn » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-04-09
  2. (en) « Food wars », The Nation (consulté le 21 October 2008)
  3. (en) « Saving the Planet With Pestilent Statistics », PR watch (consulté le 31 October 2007)
  4. (en) Trevor Suslow,, « Organic Produce Production and Food Safety », Perishables Handling Quarterly, no 98,‎ May 1999 (lire en ligne)
  5. (en) Marian Burros, « EATING WELL; Anti-Organic, And Flawed », The New York Times,‎ February 17, 1999 (lire en ligne)
  6. a, b et c Biocontact, no 216, septembre 2011, E. coli: les attaques récentes contre les produits bio reposaient sur... une étude qui n'existe pas!, Communiqué, p. 32
  7. http://www.lobbywatch.org/profile1.asp?PrId=88
  8. (en) Dennis Avery & Fred Singer, « The Physical Evidence of Earth's Unstoppable 1,500-Year Climate Cycle » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2009-01-16
  9. (en) « CNN ;Lou Dobbs tonight », sur CNN,‎ 13 janvier 2009 (consulté le 16 janvier 2009)