Santé en Suisse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Cet article évoque les conditions et les problèmes de santé en Suisse.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique sanitaire[modifier | modifier le code]

Faits et statistiques[modifier | modifier le code]

La population totale en Suisse était en 2005 de 7 252 000 habitants environ. En 2005 l'espérance de vie à la naissance était de 79 ans pour les hommes et de 84 pour les femmes[1] classant la Suisse en troisième position du classement des pays de la zone européenne en fonction de la durée de l'espérance de vie[2].

Par ailleurs, l'espérance de vie en bonne santé (c'est-à-dire le nombre d'années de vie passées, substituées des temps de maladie cumulés) était respectivement pour les hommes et les femmes de 71 et de 75 années[1].

Le taux de natalité est estimé en 2008 à 9,62 naissances pour 1 000 habitants et le taux de mortalité à 8,54 décès pour 1 000 habitants[3].

Le quotient de mortalité infanto-juvénile (le nombre de décès de la population avant l'âge de cinq ans) était en 2005 de 5 pour 1 000 naissances et le quotient de mortalité pour les adultes de 15 à 60 ans pour 1 000 habitants de 84 et de 46 décès respectivement pour les hommes et les femmes[1].

Enjeux publiques de santé[modifier | modifier le code]

La politique de santé publique s'organise à la fois au sein d'observatoires cantonaux étant coordonnés au niveau fédéral par différentes institutions, dont l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) créé en 1999[4].

En ce qui concerne la prévention et les actions de santé publique, les investissements de l'OFSP les plus notoires se manifestent dans différents domaines, dont la lutte contre le SIDA (environ 1/3 de son budget), la prévention des troubles liés aux conduites addictives (environ 1/3 de son budget en cumulant les actions liées à la prévention de l'alcoolisme, de l'usage des drogues et du tabagisme), la prévention des accidents (accidents de la route, accidents et maladies professionnelles) ainsi que les actions menées auprès des émigrants en Suisse[5].

Prévalence des principaux problèmes de santé[modifier | modifier le code]

En 2008, la première cause de décès en Suisse sont les maladies cardiovasculaires, représentant 37 % des décès, suivi par les cancers représentant 25 % des décès[6].

La prévalence du SIDA en 2001 en Suisse était de 0,4 % représentant 13 000 personnes[3].

Système de santé[modifier | modifier le code]

Organisation[modifier | modifier le code]

Le système des soins de santé en Suisse est organisé en plusieurs sous-systèmes. Les soins de santé sont dispensés au sein d'établissements de soins publiques, semi-privés ou privés.

Les établissements publics sont représentés par les hôpitaux de ville ou de région, comme par exemple les Hôpitaux Universitaires de Genève, la Clinique psychiatrique universitaire de Zurich ou encore le Centre hospitalier universitaire vaudois.

Les établissements du secteur semi-privé regroupent les institutions prenant en charge les soins pré- ou post-hospitaliers, comme les soins de réadaptation.

Le secteur privé quant à lui regroupe les médecins libéraux exerçant en cabinets ou en cliniques privées.

Assurance des soins de santé[modifier | modifier le code]

Article connexe : Assurance maladie en Suisse.
Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Compagnie d'assurance-maladie suisse.

Les personnes assurées ont, pour le moment, la totale liberté de choix de leurs praticiens de santé officiels dans leurs régions de résidence, les coûts étant couverts par une assurance maladie jusqu'à hauteur du ticket modérateur, le complément éventuel étant fourni par les caisses d'assurances dites complémentaires gérées par les mêmes administrations que les assurances maladie de base. Le choix de la caisse d'assurance-maladie parmi des dizaines de compagnies privées est libre mais sa souscription obligatoire, la cotisation à une mutuelle est en revanche optionnelle.

Critiques[modifier | modifier le code]

Le système qui laisse la conduite des remboursements totalement à des organismes privés suscite de plus en plus de critiques au sein, notamment des partis politiques (la gauche, mais pas seulement) et associations de patients et de consommateurs, ainsi que celles de médecins qui sont de plus en plus soumis à des tracasseries administratives. La “chasse aux patients à moindres risques” érigée en stratégies de marketing[7] est l'élément principal de ces critiques mais pas la seule[8]. L'idée de soumettre à nouveau au peuple une initiative pour une caisse publique unique refait surface, la récolte de signatures est initiée et, si elle aboutit, une nouvelle mouture de la loi devrait être acceptée ou refusée par le peuple suisse lors d'élections fédérales. Le 28 septembre 2014 l'initiative populaire pour la caisse publique unique est refusée à 61,9 %[9].

Coûts et financement du système de santé[modifier | modifier le code]

L'étude sur les statistiques sanitaires mondiales publiée par l'Organisation mondiale de la santé en 2007[10], montre qu'en 2004, 11,5 % du PIB de la Suisse étaient accordés aux dépenses de santé, dont 58,5 % étaient faites par le secteur public et 41,5 % par le secteur privé.

Soins de santé[modifier | modifier le code]

Répartition de la carte médicale[modifier | modifier le code]

La Suisse comprend environ 350 hôpitaux, soit une moyenne de 4,5 hôpitaux pour 100 000 habitants[11], représentant une capacité d'accueil totale de 43 000 lits environ. Le secteur de la santé embauche environ 430 000 acteurs de santé, dont 28 000 médecins, soit un ratio de 3,8 médecins pour 1 000 habitants, 3 600 dentistes et 1 650 pharmaciens[12].

À titre d'exemple, la capacité d'accueil des plus gros centres hospitaliers est de 1 200 lits pour le Centre hospitalier universitaire vaudois et de 2 200 lits pour les Hôpitaux Universitaires de Genève[13].

Les institutions médicales sont organisées par cantons au sein de réseaux de santé, comme par exemple le Réseau santé valais.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Fiche par pays et statistiques globales par l'OMS : détails pour la Suisse
  2. Comparaisons entre pays dans une Région de l'OMS selon le critère de l'espérance de vie
  3. a et b (en) Fiche de la Suisse du World Factbook publié par la CIA
  4. Rapport : les politiques de santé en Suisse - Volume II - publié par l'Office fédéral de la santé publique (cf. annexes pour les références), page 145 (188 du pdf), section 1.3 : Stratégie globale de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP)
  5. Rapport : les politiques de sante en Suisse - Volume II - publié par l'Office fédéral de la santé publique (cf. annexes pour les références), page 148 (191 du pdf), Tableau : Répartition du crédit d’investissement de l’OFSP pour la prévention
  6. Le panorama du thème Santé - publié par l'Office fédéral de la statistique (cf. référence en annexe), page 3, Section : Causes de décès
  7. Reportage « Assurance maladie : des comptes à régler » de l'émission Temps présent de la TSR
  8. Pierre-Yves Maillard, Soigner l'assurance maladie, Éditions Favre, 2010 (ISBN 9782828911690)
  9. (ats/Newsnet), « Caisse unique : Un projet de caisse publique à nouveau rejeté en Suisse », Tribune de Genève,‎ 28 septembre 2014 (lire en ligne)
  10. World health statistics 2007 for Switzerland
  11. Le panorama du thème Santé - publié par l'Office fédéral de la statistique (cf. référence en annexe), page 4, Section : Système de santé
  12. Rapport : les politiques de sante en Suisse - Volume II - publié par l'Office fédéral de la santé publique (cf. annexes pour les références), page 174 (217 du pdf), section 3.1 : Situation générale
  13. Plaquette institutionnelle des HUG, page 13

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]