Wauthier de Masny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Wauthier de Masny

Décès 13 janvier 1372
Londres
Nationalité Drapeau de la France France
Pays de résidence Drapeau de la France France

Wauthier de Masny [1] († 13 janvier 1372, à Londres), 1er baron Masny est un amiral de la flotte et un chevalier de renom.

Nom et ses dérivés[modifier | modifier le code]

Il est également dénommé Gautier de Mauni[2], Gautiers de Mauni[3] Gauthier de Mauny, Wauthier de Mauny et en Angleterre Walter de Manny.

Biographie[modifier | modifier le code]

Wauthier de Masny naît dans le Nord de la France à Masny. Il est le plus jeune fils de Jean de Mauny, connu sous le nom de Le Borgne de Mauny, et de son épouse Jeanne de Jenlain, du comté de Hainaut. Il épousa Margaret de Brotherthon, duchesse de Norfolk, en 1354.

Il laisse une fille Anne, dame de Mauny mariée en 1368 à Jean Hastings Comte de Pembroke, gouverneur du Poitou, veuf en premières noces de Margaret d'Angleterre († 1361), une fille du roi Édouard III d'Angleterre[4].

Bataille de Thun-l'Évêque[modifier | modifier le code]

Selon Jean Froissart Messire Gauthiers de Mauny prit Thun-l'Évêque et mis en garnison sire Gille Grignart et Jehan et Thiery de Mauni car le roi d'Angleterre lui avait donner le château et dépendances[5].

Immigration en Angleterre[modifier | modifier le code]

Il arrive en Angleterre en 1327 en tant qu'écuyer de Philippa de Hainaut lors de son mariage officiel avec le roi Édouard III d'Angleterre. Philippa de Hainaut avait comme confident et chroniqueur Jean Froissart natif de Valenciennes tout comme elle.

Guerres écossaises[modifier | modifier le code]

En 1331, il accompagne Édouard Balliol pour conquérir des territoires en Écosse et se distingue à la Bataille de Dupplin Moor. Plus tard, il fera prisonnier Jan Crabbe, pirate flamand, mercenaire de Robert Bruce et le revendra à Édouard III pour 1000 £.

Amiral de la flotte de nord[modifier | modifier le code]

En 1337 il est nommé amiral de la flotte du nord. Sa première grande victoire, il l'obtient dans l'estuaire de l'Escaut où il fait prisonnier le fils bâtard du comte de Flandre qu'il vend au roi pour la somme de 8000 £, les autres prisonniers lui rapporteront 11000 £.

Guerre de Bretagne[modifier | modifier le code]

1342, pendant la guerre de succession du duché de Bretagne, Charles de Blois assiège les murs de la ville. En l'absence de son mari Jean de Monfort, prisonnier des Français, Jeanne de Flandre organise victorieusement la résistance et vient se réfugier derrière les murs d'Hennebont.

Il la délivre assiégée dans sa forteresse de Hennebont[6], avec 50 archers, 50 hommes de pied et 12 chevaliers. Il se sert de ce château comme base de repli et prend Vannes avec l'aide de Robert III d'Artois. Il défend Aiguillon contre Jean de Normandie qui abandonnera le siège mais qui lors de son repli sur Paris se verra attaquer par les gens de Masny.

Siège de Calais[modifier | modifier le code]

1346-1347 : Les bourgeois sortent de la ville pour se présenter devant le roi d'Angleterre. Wauthier de Mauni intervient auprès du roi pour leur épargner leur vie.

Extraits des chroniques de Froissart[7][modifier | modifier le code]

Le roi se trouvait à cette heure dans sa chambre, en grande compagnie de comtes, barons et chevaliers. Il apprit alors que ceux de Calais arrivaient dans la tenue qu'il avait expressément prescrite ; il sortit donc et parut sur la place, devant son logis, avec tous ses seigneurs derrière lui ; il y vint en outre une grande foule, pour voir les gens de Calais et comment les choses allaient tourner pour eux. Et la reine d'Angleterre en personne suivit le roi son seigneur. Or voici venir monseigneur Gautier de Mauni et avec lui les bourgeois qui le suivaient; il descendit de cheval sur la place, s'en vint vers le roi et lui dit : « Monseigneur, voici la délégation de la ville de Calais, selon votre volonté. » Le roi ne dit pas un mot mais jeta sur eux un regard plein de fureur, car il haïssait terriblement les habitants de Calais pour les grands dommages et les contrariétés que, par le passé, ils lui avaient causé sur mer.

Nos six bourgeois se mirent sur-le-champ à genoux devant le roi et parlèrent ainsi en joignant les mains : « Noble sire et noble roi, nous voici tous les six, d'ancienne bourgeoisie de Calais et importants négociants. Nous vous apportons les clés de la ville et du château de Calais et vous les rendons pour en user à votre volonté ; nous-mêmes nous nous remettons, en l'état que vous voyez, à votre entière discrétion, pour sauver le reste de la population de Calais ; veuillez donc avoir de nous pitié et merci dans votre haute magnanimité. » Certes il n'y eut alors sur la place seigneur, chevalier ni homme de cœur qui se pût retenir de pleurer de franche pitié, ou qui pût parler d'un long moment. Le roi fixa sur eux un regard très irrité, car il avait le cœur si dur et en proie à un si grand courroux qu'il ne pouvait parler ; et quand il parla, ce fut pour ordonner qu'on leur coupât la tête sur-le-champ. Tous les barons et chevaliers présents priaient le roi en pleurant, et aussi instamment qu'ils le pouvaient, de vouloir bien avoir d'eux pitié et merci ; mais il ne voulut rien entendre.

Alors par la messire Gautier de Mauni, disant : « Ah! noble sire, veuillez refréner votre ressentiment. Vous avez renom et réputation de souveraine noblesse et magnanimité. Gardez-vous donc à présent de faire chose par laquelle ce renom serait tant soit peu diminué ; qu'on ne puisse rien dire de vous qui ne soit à votre honneur. Si vous n'avez pas pitié de ces gens, tout le monde dira que ce fut grande cruauté de faire périr ces honorables bourgeois qui, de leur propre volonté, se sont remis à votre merci pour sauver les autres. » Sur ce, le roi se mit en colère et dit : « Messire Gautier, n'insistez pas ; il n'en sera point autrement : qu'on fasse venir le coupe-tête. Les gens de Calais ont fait mourir tant de mes hommes qu'il est équitable que ceux-ci meurent aussi. »

Alors la noble reine d'Angleterre intervint avec beaucoup d'humilité ; et elle pleurait avec une si chaude pitié qu'on ne pouvait rester insensible. Elle se jeta à genoux devant le roi son seigneur et dit : « Ah! noble sire, depuis que j'ai fait la traversée en grand péril, vous le savez, je ne vous ai adressé aucune prière ni demandé aucune faveur. Mais à présent je vous prie humblement et vous demande comme une faveur personnelle, pour l'amour du Fils de Sainte Marie et pour l'amour de moi, de bien vouloir prendre ces hommes en pitié. » Le roi attendit un instant avant de parler et regarda la bonne dame, sa femme, qui, toujours à genoux, pleurait à chaudes larmes. Son cœur en fut touché, car il eût été peiné de la chagriner. Il dit donc : « Ah! Madame, j'eusse mieux aimé que vous fussiez ailleurs qu'ici. Vous me priez si instamment que je n'ose vous opposer un refus, et, quoique cela me soit très dur, tenez, je vous les donne : faites-en ce qu'il vous plair ». La bonne dame dit : « Monseigneur, très grand merci. »

Ordre de la Jarretière[modifier | modifier le code]

En 1359, il est fait chevalier dans l'Ordre de la Jarretière. Il est le 32e chevalier investit dans l'Ordre.

Fondation de l'Hôpital Charterhouse à Londres[modifier | modifier le code]

Hôpital de Chartehouse

En 1351[8], il fonde le monastère de Charterhouse (Chartreuse)London Charterhouse à Smithfield (Londres) au nord de Londres[9].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Page 619-Statistique Archéologique du département du Nord -seconde partie-Lirairies, Quarré à Lille; Leleu à Lille et A.Durand 7Rue Cujas à Paris-archivé au Harvard College Library numérisé par Google Books.
  2. Page 399- Bulletin de la Société de l'Histoire de France-Deuxième série-tome troisième (année 1861-1862)-Édité chez Mme Vve Jules Renouard 6 rue de Tournon à Paris-archivé à"The New-york public Library" -numérisé par Google Books
  3. page 62-Le premier livre des chroniques de Jehan Froissart texte inédit publié d'après un manuscrit de la bibliothèque du Vatican par M. le baron Kervyn de Lettenhove-tome second-Édité par F. Heussner 16 place Sainte-gudule à Bruxelles-1863-Archivé le 10 juin 1929 à l'Université d'Oxford-Library of the Taylor Institution- Numérisé par Google Books
  4. Page 620-Statistique Archéologique du département du Nord -seconde partie-Lirairies, Quarré à Lille; Leleu à Lille et A. Durand 7 Rue Cujas à Paris-archivé au Harvard College Library numérisé par Google Books.
  5. page 83-Le premier livre des chroniques de Jehan Froissart texte inédit publié d'après un manuscrit de la bibliothèque du Vatican par M. le baron Kervyn de Lettenhove-tome second-Édité par F. Heussner 16 place Sainte-gudule à Bruxelles-1863-Archivé le 10 juin 1929 à l'Université d'Oxford-Library of the Taylor Institution- Numérisé par Google Books.
  6. Page 239-Histoire des Villes de France par Aristide Guilbert-Tome premier-Imprimerie de R. Fournier et Cie 7 Rue saint-Benoir à Paris-Publié par Furne, Perrolin, Fournier numérisé par Google Books
  7. Froissart: Chroniques, livre I, chap. CCCXXVII
  8. page72-The medieval Hospital and medical Practice de Barbar S.Broqers-2007-Publié par Aasghate Publishing
  9. Page 157-Londres et ses environs de Findlay Muirhead, Georges Toth-1934-Publié par Hachette -archivé à l'Université du michigan numérisé par Google Books

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]