Ralph de Stafford

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ralph de Stafford
Ralph de Stafford, 1er comte de Stafford, illustration tirée du livre de Bruges, vers 1430
Ralph de Stafford, 1er comte de Stafford, illustration tirée du livre de Bruges, vers 1430

Titre comte de Stafford
Baron Stafford
(1347 - 1372)
Prédécesseur Edmund de Stafford
Successeur Hugh Stafford
Allégeance Drapeau de l'Angleterre Angleterre
Souverains Édouard III
Suzerains Hugh Audley
Années de service 1320
Commandement Sénéchal de Guyenne (1345)
Conflits Guerres d'indépendance de l'Écosse, guerre de succession de Bretagne, guerre de Cent Ans
Distinctions chevalier de la Jarretière
Autres fonctions Intendant de la Maison du Roi
Biographie
Dynastie Stafford
Naissance 24 septembre 1301
Château de Stafford
Décès 31 août 1372 (à 70-71 ans)
château de Tonbridge, dans le Kent
Père Edmund de Stafford (1er baron Stafford)
Mère Margaret Bassett
Conjoint Katherine de Hastang
Margaret de Audley (1336–1347)
Enfants Margaret Stafford
Joan Stafford
Ralph de Stafford
Hugh de Stafford, 2nd Earl of Stafford
Katherine Stafford
Elizabeth Stafford
Beatrice Stafford
Joan Stafford

Stafford Coat of Arms.jpg

Ralph de Stafford (24 septembre 1301 – 31 août 1372), 2e baron Stafford, puis 1er comte de Stafford, chevalier de la Jarretière est un officier anglais réputé des débuts de la guerre de Cent Ans.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d’Edmund de Stafford, 1er baron Stafford, et de Margaret Bassett[1], il perdit son père alors qu'il n'avait que sept ans. Il grandit dans les Midlands sous l'autorité de son beau-père, Thomas Pipe. Ce dernier l'initia à la carrière militaire, puis il intégra le régiment de Ralph, deuxième baron Bassett[2].

Stafford devint banneret en 1327 et combattit les Écossais au cours des années suivantes. Il fut l'un des conjurés qui libérèrent le prince Édouard de l'emprise de Roger Mortimer, et fut justement récompensé. Dès l'été 1332, il était seigneur justicier du Staffordshire et se vit confier plusieurs ambassades, dans la suite de Hugh Audley. Au cours des guerres contre les Écossais, il commandait les archers, notamment à la bataille de Dupplin Moor le 11 août 1332[2].

Il est nommément cité comme député en tant que Lord Stafford le 29 novembre 1336 et continuera de siéger jusqu'en 1350.

Il accompagna le roi Édouard en France comme conseiller en 1338 et prit part à la bataille de l'Écluse le 24 juin 1340. Au cours de la guerre de succession de Bretagne, il combattit au secours de Brest et au siège de Morlaix. Fait prisonnier à la fin des Sièges de Vannes (1342), il fut remis au roi d'Angleterre contre rançon et put ainsi prendre part aux pourparlers de Malestroit.

Le 6 janvier 1341, il devint Intendant de la Maison du Roi mais démissionna de cette charge le 29 mars 1345 pour devenir sénéchal de Guyenne, et résida une année dans cette province. Il prit une part éminente à la Chevauchée d'Édouard III en 1346, ponctuée par la bataille d'Auberoche, le siège d’Aiguillon (d'où il s'évada avant qu'il soit levé), la prise de Barfleur et la bataille de Crécy. Il fut l'un des 26 fondateurs de l’ordre de la Jarretière, créé en 1348, et le cinquième chevalier de l'Ordre[2].

En novembre 1347, sa mère mourut ; ses parents avaient pu accaparer ses terres sans rendre hommage au roi, ce qui permet de situer leurs options politiques. Ralph devint dès lors un grand propriétaire, et il accrut ses confortables revenus des rançons et prises de guerre réalisées en France[2].

Pour récompenser ses capitaines, puis plus tard à l'occasion de son jubilé, Édouard III créa un certain nombre de nouveaux titres de la pairie. Ralph fut ainsi élevé au rang de comte de Stafford le 5 mars 1350, avec rente annuelle de 1 000 marcs. Il prit la succession du duc Henry de Grosmont en tant que lieutenant de Guyenne, s'engageant par là à entretenir 200 hommes d'arme à ses frais. Cet effectif doubla en mars 1353 grâce à des subsides pris sur la cassette royale. Les chevauchées ramenèrent longtemps plusieurs captifs dont il tirait rançon, mais bientôt cette ressource vint à se tarir et il fut remplacé à son tour par le Prince Noir[2].

Encore à l'âge de 60 ans, Stafford continuait à diriger ses troupes et faisait fcontion d'ambassadeur non seulement auprès de la cour de France mais aussi en Irlande (1361), où il accompagnait Lionel d'Anvers pour tenter de rétablit l'autorité de la Couronne d'Angleterre.

Il mourut le 31 août 1372 au château de Tonbridge, dans le Kent[2], et fut inhumé au prieuré de Tonbridge[3], aux côtés de sa seconde épouse et de ses parents[2].

Mariages et enfants[modifier | modifier le code]

Vers 1326, Stafford épousa Katherine Hastang (ou « Hastings »)[1],[4]. Katherine était la fille d’un chevalier de Chebsey, dans le Staffordshire, John de Hastang[5]. Ralph et Katherine eurent deux filles :

  • Margaret, qui épousera le chevalier John de Bramshall (ou de Wickham) de Stafford.
  • Joan, qui épousera le chevalier Nicholas de Beke.

Puis il fit sensation en enlevant Margaret, la fille du baron Hugh Audley et de Margaret de Clare, dont les rentes annuelles s'élevaient à 2 314 £, soit plus de dix fois celles de sa propre famille. Les parents en appelèrent au monarque, Édouard III, mais ce dernier approuva sans surprise les actes de son ami : en geste d’apaisement, le roi éleva Hugh au rang de comte de Gloucester. Margaret de Audley et Stafford se marièrent le 6 juillet 1336; Ils eurent deux fils et quatre filles :

.

Arbre généalogique[modifier | modifier le code]

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Henry de Stafford
 
 
 
 
 
 
 
Robert de Stafford
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Petronell de Ferrers
 
 
 
 
 
 
 
Nicholas de Stafford
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Thomas de Corbet
 
 
 
 
 
 
 
Alice Corbet
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Isable de Valletort
 
 
 
 
 
 
 
Edmund de Stafford, 1st Baron Stafford
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Thomas de Clinton
 
 
 
 
 
 
 
Thomas de Clinton
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Mazera de Bisey
 
 
 
 
 
 
 
Eleanor de Clinton
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Sir Ralph Bracebridge
 
 
 
 
 
 
 
Maud Bracebridge
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
??
 
 
 
 
 
 
 
Ralph Stafford
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Baron Ralph Basset
 
 
 
 
 
 
 
Sir Ralph Basset
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Margeret de Somery
 
 
 
 
 
 
 
Lord Ralph Bassett of Drayton
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
??
 
 
 
 
 
 
 
Hawise of Drayton
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
??
 
 
 
 
 
 
 
Margaret Bassett
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Reynold de Grey, Baron Grey
 
 
 
 
 
 
 
John de Grey, Baron Grey
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Maud de Longchamp
 
 
 
 
 
 
 
Joan de Grey
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
William de Ferrers, Lord of Groby
 
 
 
 
 
 
 
Anne de Ferrers
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Lady Anne le Despencer
 
 
 
 
 
 

Sources[modifier | modifier le code]

  1. a et b Darryl Lundy, « thePeerage.com - Person Page 812 », thePeerage.com (consulté le 21 novembre 2011)
  2. a, b, c, d, e, f, g et h Ralph Stafford, Oxford Dictionary of National Biography. Dictionary of National Biography, Londres, Smith, Elder & Co.,‎ 1885–1900 (lire en ligne), « Stafford, Ralph de »
  3. « Houses of Austin canons, The priory of Tonbridge », British History Online (consulté le 16 octobre 2010)
  4. History of Parliament, Boydell & Brewer, coll. « The History of Parliament: The House of Commons, 1382-1421 »,‎ novembre 2011, 4 volumes (ISBN 0-86299-943-8[à vérifier : isbn invalide], lire en ligne)
  5. « Katherine Hastang », family search Coummunity Trees, familysearch.org (consulté le 21 November 2011)
  6. a, b, c, d et e D'après John Burke, A general and heraldic dictionary of the peerages of England, Ireland and Scotland, extinct, dormant and in abeyance, Henry Colburn and Richard Bentley,‎ 1831, p. 488.
  7. D'après G.E. Cokayne, vicaire Gibbs, H.A. Doubleday, Geoffrey H. White, Duncan Warrand et Lord Howard de Walden, The Complete Peerage of England, Scotland, Ireland, Great Britain and the United Kingdom, Extant, Extinct or Dormant, vol. III, Gloucester, Alan Sutton Publishing,‎ 1910-1959 en 6 volumes (réimpr. 2000), 13 volumes in-12°, p. 353.
  8. G.E. Cokayne; with Vicary Gibbs, H.A. Doubleday, Geoffrey H. White, Duncan Warrand and Lord Howard de Walden, editors, The Complete Peerage of England, Scotland, Ireland, Great Britain and the United Kingdom, Extant, Extinct or Dormant, new ed., 13 volumes in 14 (1910-1959; reprint in 6 volumes, Gloucester, U.K.: Alan Sutton Publishing, 2000), volume III, page 161.
  9. « Katherine Stafford », family search Community Trees, familysearch.org (consulté le 23 novembre 2011)
  10. Charles Mosley, editor, Burke's Peerage, Baronetage & Knightage, 107e édition, 3 volumes (Wilmington, Delaware, U.S.A.: Burke's Peerage (Genealogical Books) Ltd, 2003), volume 1, page 1191.