Cathédrale Saint-Patrick de Dublin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cette cathédrale n’est pas la seule cathédrale Saint-Patrick.
Cathédrale Saint-Patrick
Image illustrative de l'article Cathédrale Saint-Patrick de Dublin
Vue de la cathédrale (photo prise en août 2003).
Présentation
Nom local (en) St. Patrick's Cathedral
Culte Anglicanisme
Rattachement Diocèse de Dublin et Glendalough
Début de la construction XIIIe siècle
Style dominant Architecture gothique
Géographie
Pays Drapeau de l'Irlande Irlande
Ville Dublin
Coordonnées 53° 20′ 22″ N 6° 16′ 17″ O / 53.3394, -6.2713953° 20′ 22″ Nord 6° 16′ 17″ Ouest / 53.3394, -6.27139  

Géolocalisation sur la carte : Irlande

(Voir situation sur carte : Irlande)
Cathédrale Saint-Patrick

La Cathédrale Saint-Patrick (Árd Eaglais Naomh Pádraig en gaélique), siège du culte anglican de l'église d'Irlande et notamment du diocèse de Dublin et Glendalough, s'élève dans les quartiers sud de la vieille ville de Dublin, la capitale de l’Irlande, sur un ancien lieu de culte.

Historique[modifier | modifier le code]

L'édifice se situe à la source, où le saint patron baptisa ses fidèles[1].

Cependant, elle fut entièrement reconstruite, il ne reste donc rien des bâtiments d’origine. Les origines de la cathédrale remontent au Ve siècle. Les Normands la remplacèrent par une construction en pierre en 1191 et le bâtiment que l'on voit aujourd'hui date du XIIIe siècle excepté la tour ouest reconstruite par l'archevêque Minot en 1370 à la suite d'un incendie, ainsi que la flèche qui date de 1749. Il est possible de la visiter[1].

Le plus célèbre de ses doyens fut l'écrivain Jonathan Swift, entre 1713 et 1745, qui y est enterré. Dans le transept nord sont exposés le masque mortuaire de l'auteur, sa chaire mobile et divers objets personnels[1].

En 1310, le procès des templiers arrêtés en Irlande s'y est déroulé sous la conduite de l'évêque de Kildare, le siège de l'archevêque de Dublin étant vacant à ce moment-là[2],[3].

Description[modifier | modifier le code]

Se trouvent dans l'extrémité ouest de la nef un monument érigé en l'hommage de Richard Boyle, 1er comte de Cork, ainsi qu'une pierre tombale où y est représenté des symboles chrétiens. Dans le bas-côté nord, la sculpture en marbre blanc du maître des Rolls John Philpot Curran et la tombe de Thomas Jones, archevêque de Dublin, et de son fils s'y situent. D'autres sculptures imposantes par leur taille, remémorant différentes personnalités du Moyen Âge, s'y élèvent. Le transept nord, quant à lui, est l'endroit d'exposition de l'argenterie créée par Richard Williams en 1779. Nombreux sont les drapeaux et les décorations qui embellissent cette partie de l'édifice. Les tombes de Fulk de Saundford et Michael Tregury, archevêques de Dublin, se situent dans le bas-côté nord et sud du chœur. Se trouve tout près la chapelle dédiée à Notre-Dame. Le chœur de la cathédrale, composé essentiellement de stalles, est orné d'étendards et de représentations des armoiries des Chevaliers de Saint-Patrick. La bibliothèque Marsh, fondé par l'archevêque du même nom, se situe dans le transept sud, non loin du bas-côté sud ou s'y trouvent de nombreux monuments en mémoire aux célèbres personnalités irlandaises[1].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (mul) Bordereau sur la cathédrale Saint-Patrick de Dublin, à disposition à l'entrée de l'édifice.
  2. (en) Helen J. Nicholson, The proceedings against the templars in the british Isles : the Translation, vol. 2, Ashgate Publishing,‎ 2011, 653 p. (ISBN 978-1-4094-3652-2, présentation en ligne), p. 319
  3. Richard de Haverings, désigné par le pape en 1307 n'a jamais été consacré et Thomas de Chaddesworth n'était que son vicaire. cf. Nicholson 2011, p. 319