Carmilla

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carmilla
Image illustrative de l'article Carmilla
Illustration de l'édition originale
par David Henry Friston.

Auteur Sheridan Le Fanu
Genre Fantastique
Gothique
Version originale
Titre original Carmilla
Langue originale anglais
Pays d'origine Royaume-Uni
Date de parution originale 1872
Version française
Traducteur Alain Dorémieux
Lieu de parution Paris
Éditeur Éditions Denoël
Collection Présence du futur no 42
Date de parution 1960
Nombre de pages 223

Carmilla est une nouvelle fantastique de l'écrivain irlandais Joseph Sheridan Le Fanu, parue en 1872 dans le recueil In a Glass Darkly (Les Créatures du miroir). Appartenant au style gothique, elle a pour héroïne une vampire.

Résumé[modifier | modifier le code]

Laura, fille unique d'un gentilhomme anglais installé en Styrie, accueille sans la moindre inquiétude Carmilla, une jeune inconnue qu'un accident a jetée sur sa route. Dans la campagne environnante, dans le château et sur le corps même des deux jeunes filles, les indices vampiriques apparaissent et prolifèrent. L'amie mystérieuse, d'une exquise beauté, abreuve Laura de déclarations si ardentes que la jeune Anglaise se persuade un moment que Carmilla est un jeune homme travesti.

Les efforts déployés par son père et deux solides et amicales préceptrices pour la protéger du mal restent sans effet : Laura devient apathique, paralysée par l'excès d'amour et par le pauvre monstre, mi-femme, mi-vampire qui le lui prodigue. Laura se laisse aimer par Carmilla et lentement assassiner par elle.

Thématique du roman[modifier | modifier le code]

Dans un décor étrange et familier de ruines et de forêts désolées, Carmilla est un texte, pont jeté entre le gothique à l'anglaise — avec ses châteaux d'Otrante, ses chambres obscures, ses souterrains, ses couvents italiens peuplés de femmes trop pâles —, et l'analytique et complexe Dracula, qu'il précède de plusieurs décennies.

Le lecteur moderne, qu'il le veuille ou non, est un chasseur de vampire confirmé : il sait trop bien ce que signifient deux minuscules blessures au bas de la gorge, l'apparition, à la tombée de la nuit, d'une bête sombre qui frôle les murs du château, ou la répugnance affichée devant l'image de Dieu. Aussi l'effroi qui le saisit à la lecture du récit de la jeune Laura n'est pas celui de l'inconnu, tel qu'ont pu l'éprouver les contemporains de Sheridan Le Fanu, pour lesquels les vampires étaient une nouveauté presque exotique. Si le lecteur d'aujourd'hui tremble, c'est de la peur qu'insuffle la chronique d'une mort annoncée…

L'œuvre est d'ailleurs l'un des romans gothiques et vampiriques les plus célèbres du genre tant les atmosphères y sont puissantes et mystérieuses. Laura, candide à souhait, incarne la parfaite héroïne gothique. Carmilla, quant à elle, personnage énigmatique et dangereux, incarne la sensualité et présente l'homosexualité féminine sous un jour nouveau, sombre, venimeux et exalté.

Carmilla est un livre important dans la culture vampirique. À ce titre, il peut être considéré comme une œuvre majeure de la littérature fantastique du XIXe siècle, romantique et macabre. Fait non négligeable, c'est un compatriote de Joseph Sheridan Le Fanu, Bram Stoker, qui reconnaîtra plus tard la dette qu'il a envers celui-ci lors de la parution, en 1897, du roman qui allait immortaliser son nom, Dracula.

Adaptations[modifier | modifier le code]

Cinéma/Télévision[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Musique[modifier | modifier le code]

  • Carmilla, chanson du chanteur japonais Kaya[réf. souhaitée]
  • Carmilla, chanson du groupe italien Theatres des Vampires

Notes et références[modifier | modifier le code]