Goule

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Arabic albayancalligraphy.svg Cette page contient des caractères arabes. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
« Amine et la Goule », illustration du Conte de Sidi Nouman des Mille et Une Nuits, 1840.

La goule (de l'arabe الغول, al-ghoûl (féminin al-ghoûla), « l'ogre »), est une créature monstrueuse du folklore arabe[1] et perse[2] qui apparaît dans les contes des Mille et Une Nuits. Elles forment une classe de Jinn, comme les Éfrits par exemple, et sont donc à ce titre l'engeance du diable, Iblis. Les goules changent de forme, prenant le plus souvent l'apparence d'une hyène ou celle d'une femme, mais elles sont reconnaissables à leurs pieds fourchus, seul élément constant de leur apparence[1]. La ghoûla, féminisation du mot arabe, est l'équivalente arabe/perse de Lilith (Lamia)[2]. On retrouve ses homologues dans la mythologie hindoue, Yogni et Dakini, chaldéenne, Utug et Gigim (démons du désert) et slave, Baba Yaga[2]. Le poète préislamique Ta'abbata Charrane décrit dans l'un de ses poèmes[1] sa rencontre et sa lutte contre une goule.

La goule affectionne les cimetières où elle déterre les cadavres pour s'en nourrir et dans d'autres endroits peu fréquentés. La goule hante aussi le désert sous les traits d'une jeune femme et elle dévore les voyageurs qui succombent à ses appels, non sans rappeler les sirènes du récit de l’Odyssée. De nombreux récits terrifiants destinés aux enfants ont pour acteur principal une goule dans les pays du Maghreb. La goule y joue souvent le rôle du Grand méchant loup[1].

Passage dans la mythologie occidentale[modifier | modifier le code]

Ce personnage a été repris dans la mythologie occidentale, avec une attraction probable du latin gula, « gueule », et de ses dérivés « goulu, e », « goulûment ».

Il est popularisé dans la littérature fantastique, puis le jeu de rôles Donjons et Dragons. De nouvelles caractéristiques sont apparues. Cette créature descend de la lamie et de l'empuze ou empousa ; elle possède le pouvoir de paralysie.

Le romancier populaire du XIXe siècle Paul Féval fait de la goule la femelle du vampire. Dans son livre La Vampire (1856), un vampire femelle hante le Paris de 1804, où elle est mêlée au complot de Georges Cadoudal contre le Premier Consul. Dans un épisode comique, le secrétaire général de la préfecture de la Seine étale sa science et précisant que la femelle du vampire n'est pas appelée une vampire, mais une « oupire » ou une « goule »[citation nécessaire]. Toujours en France, cette créature apparait en 1905 dans Les Goules un drame en deux actes de Jean Lorrain et Charles Esquier.

L'auteur de récits fantastiques H. P. Lovecraft et le jeu de rôles tiré de ses œuvres, L'Appel de Cthulhu, en font des nécrophages capables d'absorber les souvenirs de leur « repas » et de prendre son aspect pour un temps limité. On trouve donc des humains qui louent des goules pour ressusciter les morts et les interroger ou revivre une dernière fois avec elles. De surcroît, trop fréquenter les Goules peut mener un humain à devenir Goule lui-même. Il s'agit d'une sorte d'humanité parallèle qui vit principalement dans les grottes des « Contrées du Rêve ». Un ouvrage fictif de l'univers lovecraftien tourne même autour des goules : le Culte des Goules. Prétendument écrit en 1702 par le Comte d'Erlette, ce traité de magie noire est censé proposer, entre autres hérésies, des rituels pour commander aux goules.

Selon les œuvres d'Edgar Allan Poe, la goule se transforme en femme afin d'attirer ses victimes. Elle n'est cependant ni homme, ni femme, ni bête, ni humaine.

Le surnom de « la Goule » est celui qui est souvent donné à la monstrueuse Comtesse Báthory.

Occurrences contemporaines[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

  • Dans les romans Harry Potter de J. K. Rowling, une goule vit dans le grenier des Weasley. Les protagonistes l'habillent en pyjama pour fournir un alibi à Ron Weasley dans Harry Potter et les Reliques de la Mort.
  • Dans l'œuvre de Pierre Bottero, La Quête d'Ewilan, la goule est une créature en forme de femme ne pouvant être tuée par les armes en métal.
  • Dans l'œuvre de Andrzej Sapkowski, Sorceleur, la goule est une créature sauvage nécrophage attirée par les concentrations de cadavres, comme les cimetières ou les champs de batailles ; et sensible à la lumière et à l'argent.
  • Dans le livre La mort, j'adore ! d'Alexis Brocas, Clémence, une jeune démone, transforme sa pire ennemie, Elodie, en goule pour en faire son esclave et assistante lors de ses missions. Elodie traverse ensuite une phase de nécrophagie et apprend au fur et à mesure à contrôler ses pouvoirs surnaturels grâce à Clémence.
  • Dans le roman Un cavalier passe de Stephen R. Donaldson, l'auteur fait apparaître des goules sous forme d'enfants à peau verdâtre, dévorant humains et animaux.
  • Dans le roman Le Sang du temps de Maxime Chattam, des enfants sont assassinés par un tueur en série. La goule fait partie des pistes potentielles.

Jeux de rôles et de figurines[modifier | modifier le code]

  • Dans le jeu de rôles Vampire : la Mascarade, ce sont les esclaves des vampires, plus exactement des humains maudits par le sang vampirique qu'ils ont absorbé. Ils restent humains, mais gagnent un peu des pouvoirs de leur maître.
  • Dans Warhammer, ce sont des humains mutés par leur mode de vie, l'environnement légèrement corrompu et leur cannibalisme.
  • Dans le jeu de rôle Donjons et Dragons, les goules sont des morts-vivants.
  • Dans les jeux de rôle Vampire : la Mascarade et Vampire : le Requiem, les goules sont des individus se nourrissant de sang de vampire, ce qui leur offre des capacités surnaturelles, en contrepartie d'une accoutumance et d'un possible asservissement au Vampire. Les Vampires s'entourent souvent d'une troupe de goules accomplissant ses basses œuvres, et le protégeant pendant la journée.

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

  • Dans l'univers de Warcraft, les goules sont des morts-vivants décérébrés, aux ordres d'une entité plus puissante. Elles sont l'équivalent des paysans humains, mais ressuscités par magie (notamment par Arthas, des chevaliers de la mort ou des nécromanciens). On peut les apparenter aux zombies tels que décrits par Romero[interprétation personnelle]. Dans le jeu Warcraft III: Reign of Chaos, les goules dévorent les cadavres pour se régénérer.
  • Dans le jeu par navigateur Hordes, les goules sont des citoyens partiellement infectés qui doivent dévorer d'autres citoyens pour survivre.
  • Dans le jeu Fallout, les goules sont des humains qui ont été exposés longuement aux radiations. Leur peau se décompose, leurs organes se détachent mais ils survivent quand même et ont une durée de vie plus longue et une résistance aux radiations plus importante que les humains (ils ressemblent alors à des cadavres ambulants). Bien que les goules aient la même mentalité, intelligence et les mêmes sentiments que les humains, ils sont quand même victimes de discrimination et de préjugés de la part des humains. Certaines goules qui sont trop exposées aux radiations deviennent « sauvages ». Elles perdent alors toute capacité de raisonnement et se terrent dans les tunnels sombres des métros ou les bâtiments abandonnés où elles attaquent n'importe quoi.
  • Dans le jeu Castlevania, on trouve des goules en tant qu'ennemis près de la chapelle obscure.
  • Dans le jeu League of Legends, un personnage nommé Yorick peut invoquer des goules.
  • Dans le jeu Ultima VIII, les goules sont présentes et sont caractérisées par leur lenteur, leur mutisme et leur absence d'équipement et d'habits. Le joueur les rencontrera dans les cimetières ainsi que dans les catacombes, ainsi que dans des lieux liés directement ou indirectement à la mort ou au dieu Lithos.

Films[modifier | modifier le code]

  • Dans le film Gangs of New York de Martin Scorsese (2002), un gang est baptisé « le gang des Ghouls » après avoir vendu un cadavre à la médecine.
  • La goule apparaît dans le film La Prophétie (Ghouls) de 2008 réalisé par Gary Jones.

Mangas[modifier | modifier le code]

  • Dans le manga et l'anime Rosario+Vampire, le héros Tsukune devient une goule après s'être fait transfuser du sang de vampire, par son amie Moka. Il détient une force extraordinaire et une vitesse décuplée. Cependant, il est obligé de porter un bracelet (du nom de Holly Lock) pour maîtriser ses nouveaux pouvoirs et surtout pour ne pas devenir un monstre assoiffé de sang.
  • Dans le manga Dofus et le dessin animé Wakfu, les goules sont des êtres humains possédés par la démone Ombrage pour brosser ses cheveux pendant l'éternité.
  • Dans le manga et l'anime Blue Exorcist, elles sont des démons qui prennent possession des cadavres animaux ou humains. Ce ne sont pas des zombies.
  • Dans le manga Hellsing, les goules sont des humains mordus par des vampires. En effet, dans ce manga, pour devenir vampire, il faut être encore vierge et être mordu par un vampire de sexe opposé ; sinon on devient une goule, obéissant au vampire qui les a engendrées. Si un vampire meurt, toutes ses goules encore vivantes meurent aussi.
  • Dans le manga Tokyo Ghoul, les goules sont des êtres ayant une apparence humaine et ne pouvant se nourrir que de chair humaine, les aliments humains leur étant impossible à digérer ou même à avaler à l'exception du café. Une partie d'entre eux tente de vivre le plus en paix possible avec les humains sans faire connaître leur nature et en ne tuant que pour se nourrir.

Séries[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Wadi Ghul, Oman
  • Une étoile dont la brillance apparente est variable a été nommée d'après cette créature changeante : Algol[3].
  • Ra's al Ghul, personnage de bande dessinée de la série Batman, qui apparaît aussi dans le film Batman Begins ; son nom signifie « la Tête du Démon » en arabe.
  • La vallée du Ghul, Wadi Ghul, est un canyon très profond, le deuxième après celui du Grand Canyon[4] situé à 15 km de Al Hamra[5], à Oman[6].
  • La goule peut être apparentée au Boogeyman, démon métamorphe terrorisant les enfants[réf. nécessaire].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d article "ghoul." de l'Encyclopædia Britannica 2007 Ultimate Reference Suite DVD. (2007)
  2. a, b et c Thousand Nights and a Night notes: Ghuls
  3. Origine du mot Algol
  4. Guide Lonely planet sur Oman et Wadi Ghul
  5. carte aérienne
  6. Photographies de Wadi Ghul, Oman