Beppe Grillo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Grillo (homonyme).
Beppe Grillo
Beppe Grillo sur la Piazza Dante de Trente, en 2012.
Beppe Grillo sur la Piazza Dante de Trente, en 2012.
Fonctions
Chef du Mouvement 5 étoiles
En fonction depuis le 4 octobre 2009
Biographie
Nom de naissance Giuseppe Piero Grillo
Date de naissance 21 juillet 1948 (66 ans)
Lieu de naissance Gênes (Italie)
Nationalité Italienne
Parti politique Mouvement 5 étoiles
Profession Humoriste

Giuseppe Piero « Beppe » Grillo (né le 21 juillet 1948 à Gênes) est un humoriste, acteur, blogueur et militant politique italien.

Tour à tour acteur de théâtre, de cinéma, ou de télévision, provocateur et agitateur d'idées, il a animé deux journées populaires en Italie, le « V-Day » pour Vaffanculo (« va te faire foutre ») en 2007 et le V2-Day en 2008.

Son blog d'opinions politiques et sociales est parmi les 100 plus visités en Italie selon Alexa[1]. C'est le « leader », en fait le garant, du nouveau mouvement politique Mouvement 5 étoiles.

Biographie[modifier | modifier le code]

Diplômé en comptabilité, il se découvrit comique presque par hasard, en improvisant un monologue lors d'un casting. Deux semaines plus tard, il apparut pour la première fois à la télévision, découvert et lancé par Pippo Baudo dans l'émission de variétés Secondo voi, émise entre 1977 et 1978, qu'ils continuèrent, en 1979.

À la fin des années 1970, il participe à l'émission de variété Luna Park de Pippo Baudo ainsi qu'à Fantastico.

Suite à un accident de voiture, lors duquel il était au volant, il fut condamné en 1980 pour homicide involontaire à un an et trois mois de prison avec sursis[2] pour la mort de trois personnes qui étaient avec lui[3].

Dans les années 1980, le succès arriva grâce aux émissions comme Te la do io l'America (1981, en quatre épisodes) et Te lo do io il Brasile (1984, 6 épisodes), dans lesquels il racontait son expérience personnelle liée à la visite des États-Unis et du Brésil, avec des anecdotes et des répliques en rapport avec la culture, le style de vie et les beautés de ces lieux. Dans les années qui suivirent sa popularité continua de croitre, avec une autre émission basée sur ses propres expériences personnelles (Grillometro, 1985) et, en 1986, il fit une apparition dans un spot publicitaire pour une marque de yaourt, qui gagna plusieurs prix.

Ses apparitions commencèrent à se caractériser par un contenu satirique croissant, exprimées sous une forme toujours plus directe et corrosive. En 1987, pendant une émission de variétés du samedi soir (Fantastico 7), il attaqua par de lourdes allusions le Parti socialiste italien et Bettino Craxi, à l'époque président du Conseil des ministres, et Grillo fut éloigné de la télévision publique.

Au début des années 1990, ses apparitions à la télévision se firent plus rares, et le fait est que beaucoup l'attribuèrent à un silencieux ostracisme « d'apparat ». Toutefois, en 1993, il mit en scène un récital au Teatro delle Vittorie de Rome, satire dénonçant les fourberies de la vie publique et des grandes entreprises du pays, et stigmatisant plusieurs atteintes aux droits des consommateurs (comme les coups de fil à tarifs spéciaux ou la publicité occulte). Le spectacle fut retransmis et enregistra un record d'audience de plus de 16 millions de téléspectateurs.

Au cinéma, il travailla dans trois films, dirigé par Luigi Comencini, Dino Risi et Francesco Laudadio, entre 1982 et 1988.

Il collabore régulièrement avec l'hebdomadaire Internazionale.

Grillo est animateur d'un blog, le plus visité en Italie et parmi les 20 premiers dans le monde selon Technorati et The Guardian[4]. Le 14 décembre 2005 son blog a remporté le « Prix WWW » (institué en 1997 par le journal Il Sole 24 Ore) et a été proclamé meilleur site internet italien dans la catégorie « News et informations » par le ministre pour l'Innovation et la Technologie italien. Son blog a un nombre de contacts qui le place parmi les plus suivis au niveau mondial et parmi les premiers au niveau national ; Grillo ne pensait même pas qu'après un an, son blog atteindrait un tel niveau. Il publie souvent des lettres de personnages importants (Prix Nobel, personnages du monde du spectacle, etc.), pour démontrer l'importance et la reconnaissance dont jouit son blog.

Le 1er septembre 2005, il fit paraître avec le concours d'autres citoyens une page dans La Repubblica dans laquelle il faisait un appel explicite à celui qui était alors gouverneur de la Banque d'Italie Antonio Fazio afin qu'il démissionne suite au scandale sur l'OPA Antonveneta[5].

En octobre 2005, l'édition européenne de l'hebdomadaire Time l'élit parmi les héros européens de l'année pour les efforts et le courage dans le domaine de l'information publique[6].

Le 22 novembre 2005, il publia dans le quotidien international International Herald Tribune, avec la participation de visiteurs de son blog, un appel contre la réélection des parlementaires italiens et européens condamnés pour plusieurs délits de manière définitive (Parlamento pulito[7]).

En 2006, il publia un livre intitulé Tutto il Grillo che conta, un recueil de monologues et de sujets traités ces 12 dernières années.

Depuis quelques années, il porte en avant, en collaboration avec Stefano Montanari, collaborateur scientifique du Laboratoire des biomatériaux de l'Università degli studi di Modena e Reggio Emilia, une campagne contre la construction d'incinérateurs (ou centres de valorisation thermique) à cause des risques de nanopathologie qu'ils peuvent créer.

Outre sa collaboration active dans la lutte contre la construction d'incinérateurs, son intérêt se porte également sur tout ce qui concerne les ressources naturelles et les ressources renouvelables.

Depuis 2006, il organise ce qu'il définit comme une OPA à la génoise (du fait de la légendaire avarice des génois). Étant conscient qu'il n'a pas les moyens économiques de procéder à une OPA classique, il demande aux propriétaires d'actions Telecom Italia de lui déléguer leur pouvoir afin de pouvoir être présent au Conseil d'administration de l'entreprise de télécommunication et de convoquer une assemblée pour pouvoir «licencier » ce même Conseil afin de dédommager les utilisateurs et les actionnaires des «humiliations subies ces dernières années»[8].

Le 2 octobre 2006, il fut poursuivi en justice pour diffamation intentée par Mediaset[9].

En 2006 est sorti son nouveau DVD : Beppe Grillo 2006 Incantesimi, d'une durée totale d'environ 5 heures.

Il a beaucoup fait parler de lui suite à une supposée lettre de Benoît XVI à Grillo publiée dans son blog le 13 janvier 2007[10]. La lettre était en fait un faux, ou mieux encore un « presque faux » comme il l'a annoncé lui-même trois jours plus tard[11], qu'il aurait créé lui-même en rassemblant des déclarations du Pontife et de son secrétaire d'État Tarcisio Bertone, ami de Grillo, à propos des énergies renouvelables. Certaines parties de la lettre fictive étaient clairement inspirées de la Lectio magistralis du Pape Benoît XVI sur la foi, la raison et l'université tenue par le Pape à Ratisbonne le 12 septembre 2006.

Sa dernière tournée, commencée le 16 février à Pordenone, a pris le nom de Reset et s'est achevée en mai 2007.

Depuis 2009 et grâce au succès croissant de son blog, Beppe Grillo prend une place politique de plus en plus importante en Italie. Il est leader de facto du mouvement 5 étoiles.

Son parti obtient lors des élections de février 2013 entre 23 et 25 % des suffrages pour chaque chambre du parlement, faisant du Mouvement 5 étoiles le second parti d'Italie en termes de suffrages à la Chambre des députés[12], avec 25,5 % des voix, un score jugé exceptionnel pour un parti récemment arrivé sur la scène politique[13],[14]. En termes de sièges, son parti arrive deuxième et troisième respectivement à la Chambre des députés et au Sénat. Beppe Grillo n'était lui-même pas candidat, respectant la charte du parti interdisant aux personnes condamnées par la justice de se présenter[15].

Thèmes politiques[modifier | modifier le code]

Parmi les thèmes politiques abordés par Grillo, on peut citer celui de la controverse sur le SIDA qui a provoqué des polémiques en Italie[16], le refus du droit du sol aux enfants d'étrangers nés en Italie, la maîtrise des flux migratoires, la semaine salariée de 20 heures, l'abolition de la taxe foncière, la diminution des dépenses militaires, la réduction des salaires des personnalités politiques, la suppression des syndicats ou encore la lutte contre la malbouffe. Il a par ailleurs plusieurs fois été accusé d'antisémitisme, notamment en critiquant le journaliste télévisé Gad Lerner (« je l'enverrai bien se promener à Gaza avec sa calotte de juif sur la tête » ; « Hitler était certainement un fou malade, mais son idée d'éliminer les Juifs était d'éradiquer leur dictature financière »)[15]. Il a aussi accusé la franc-maçonnerie d'être avec la mafia et la finance celle qui « tire les ficelles » de la politique italienne.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Beppe Grillo à Bologne durant le V-Day, le 9 août 2007.

Cinématographie[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Spectacles[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • avec Gianroberto Casaleggio, Siamo in guerra. Per una nuova politica, Adagio, 2011
  • avec Dario Fo et Gianroberto Casaleggio, Il Grillo canta sempre al tramonto, Adagio, 2013

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Beppe Grillo, sur Alexa
  2. Le tsunami Beppe Grillo resurgit dans la campagne italienne, article de Pierre de Gasquet paru dans Les Échos, 18 février 2013
  3. (it) La paie de Judas, «Il Blog di Beppe Grillo», 16 septembre 2005.
  4. (en) « The world's 50 most powerful blogs »,‎ 2008
  5. (it) Fazio vattene!, «Il Blog di Beppe Grillo», 27 août 2005
  6. (en) Seriously Funny, «Time Europe Magazine», ottobre 2005.
  7. (it) Stand up! Clean up! The Parliament…, «Il Blog di Beppe Grillo», 22 novembre 2005.
  8. (it) Opa alla genovese, «Il Blog di Beppe Grillo», 3 septembre 2006.
  9. (it) Cause perse, «Internazionale.it», 26 octobre 2006.
  10. (it) Una lettera dal Vaticano, «Il Blog di Beppe Grillo», 13 janvier 2007.
  11. (it) Quasi falso, «Il Blog di Beppe Grillo», 16 janvier 2007.
  12. Le premier si on ne considère que les seuls 617 sièges de l'Italie sans la Vallée d'Aoste, le second avec les 12 sièges « étranger »
  13. (fr) Législatives en Italie : triomphe du «populiste» Beppe Grillo, Le Parisien.fr, 25 février 2013
  14. Beppe Grillo fait trembler le système italien, Cyrille Louis, Le Figaro.fr, 25 février 2013
  15. a et b Aude Rossigneux, « Qui est vraiment Beppe Grillo ? », Le Parisien Magazine, semaine du 15 mars 2013, pages 80-83.
  16. Beppe Grillo et le populisme scientifique, 05/03/2013, par Alexandre Moatti
  17. Pour approfondir, voir Schönau im Schwarzwald

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]