Belpech

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Belpech
Saint-Saturnin
Saint-Saturnin
Blason de Belpech
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Aude
Arrondissement Carcassonne
Canton Belpech
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes Piège-Lauragais-Malepère
Maire
Mandat
Pierre Vidal
2014-2020
Code postal 11420
Code commune 11033
Démographie
Gentilé Bellopodiens
Population
municipale
1 324 hab. (2011)
Densité 31 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 11′ 55″ N 1° 45′ 07″ E / 43.1986, 1.7519 ()43° 11′ 55″ Nord 1° 45′ 07″ Est / 43.1986, 1.7519 ()  
Altitude Min. 228 m – Max. 371 m
Superficie 42,46 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aude

Voir sur la carte administrative de l'Aude
City locator 14.svg
Belpech

Géolocalisation sur la carte : Aude

Voir sur la carte topographique de l'Aude
City locator 14.svg
Belpech

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Belpech

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Belpech
Liens
Site web www.belpech.wix.com/site-officiel

Belpech en occitan Bèlpuèg est une commune française, située dans le département de l'Aude en région Languedoc-Roussillon.

Ses habitants sont les Bellopodiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Belpech est une commune de 1 320 habitants construite à 245 m d'altitude ; il s'agit d'un ancien village médiéval situé au pied d'un versant bien ensoleillé des coteaux du Lauragais, un peu en amont du confluent de la Vixiège (qui traverse le village) et de l'Hers-Vif, dont elle est l'un des affluents.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'origine de BELPECH est fort ancienne, le site fut probablement occupé dès l'époque gallo-romaine. Le nom du village (Bellopodio-Beaupuy) dérive de celui d'un dieu gaulois : Belenos et de «Pech» désignant la colline qui le domine.

C'était autrefois une ville importante qui eut à souffrir des guerres de religion et de grands incendies (97 maisons furent la proie des flammes en 1791). Néanmoins, elle semble avoir été épargnée, grâce à l'habileté politique de ses seigneurs, par les armées de croisées au XIIIe siècle. Elle était dominée au Moyen Âge par un château appelé le Castelas, construit au XIe siècle sur la colline « pech » dominant l'actuel village, et dont on peut encore voir les vestige de la porte de la tour principale.

Le monastère de Notre Dame de Garnac (Garnicia)ou Vajal, fondé au XIIe siècle par une donation de Bertrand de Belpech, était situé au sud du château, quelques vestiges de ces murs et de l'église, sont encore visibles. La seigneurie de Belpech a appartenu : au XIe siècle, à Bertrand de Belpech ; au XIIIe siècle, à Raimond-Fort de Belpech ; au XIVe siècle à Galcerandum de Bellopodio ; au tout début du XVe siècle, à Sicard de Bellopodio ; en 1470 au chevalier Étienne de Roüaix.

En 1226, dans le contexte de la lutte contre l'hérésie cathare, Louis VIII s'arrêta à Belpech pour y recevoir l’hommage de Nunez Sanche, le comte de Roussillon, de Conflent et de Cerdagne[1].

En 1630, la peste se déclara au village ; les habitants allèrent se réfugier dans les champs et y construisirent des cabanes dans lesquelles ils se retirèrent. La peste se déclara une nouvelle fois en août 1654 et dura jusqu'au mois de novembre suivant.

En 1835, la commune comptait 2452 habitants, elle était réputée pour ses fabriques de draps.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Belpech Blason D’azur au château d’argent, ouvert du champ ajouré et maçonné de sable, surmonté d’un mont d’or sommé d’un créquier du même.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1983 2008 Julien Mario UMP Conseiller général
Président de la communauté de communes
mars 2008 2014 Jean-Paul Nicol UMP  
mars 2014 en cours Pierre Vidal    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 324 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 150 2 081 2 264 2 180 2 452 2 429 2 525 2 591 2 598
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 483 2 477 2 343 2 306 2 254 2 199 2 097 2 043 1 834
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 780 1 762 1 812 1 536 1 428 1 381 1 339 1 375 1 256
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
1 210 1 224 1 089 1 068 1 165 1 152 1 276 1 272 1 320
2011 - - - - - - - -
1 324 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Monuments de Belpech et son canton[modifier | modifier le code]

  • Le « Castella » : château médiéval
  • Le site gaulois de Garnac.
  • Le pont gallo-romain.
  • Le château fort d'origine (Xe) en ruine.
  • La halle métallique de style Baltard.
  • La maison du cardinal Guillaume de Court Novel (XIVe) avec ses fenêtres gothiques en double baie, située rue Tournefeuille.
  • L'église Saint-Saturnin qui date du début du XIVe siècle, a remplacé un édifice roman plus ancien. On trouve, à l’intérieur, une belle série de stèles discoïdales. Le joyau est le célèbre portail roman, le plus complet et le plus beau du Lauragais. C’est un « portail toulousain » sans tympan mais avec des voussures multiples, des ressauts correspondant aux ébrasements et des colonnes logées dans les ressauts
  • L'église Saint-Jean-Baptiste de Tresmèzes.
  • Plusieurs croix de fer (XVe/XVIe/XVIIIe), de nombreuses croix de pierre (bords de chemin, cimetière et dans l'église), également près du hameau de Tresmèzes une croix de 1652.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

BOLLEE - LEGEAS C. "Seigneurs et seigneuries à Belpech - XIe - XIIIe siècles", sous la direction de Hélène Débax et Roland Viader, 2010, UTM.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :