Pécharic-et-le-Py

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pécharic-et-le-Py
Blason de Pécharic-et-le-Py
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Aude
Arrondissement Carcassonne
Canton Belpech
Intercommunalité Communauté de communes Piège-Lauragais-Malepère
Maire
Mandat
Floréal Soler
2014-2020
Code postal 11420
Code commune 11277
Démographie
Gentilé Pécharipyciens
Population
municipale
31 hab. (2011)
Densité 5,4 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 11′ 15″ N 1° 50′ 11″ E / 43.1875, 1.8364 ()43° 11′ 15″ Nord 1° 50′ 11″ Est / 43.1875, 1.8364 ()  
Altitude Min. 260 m – Max. 346 m
Superficie 5,77 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aude

Voir sur la carte administrative d'Aude
City locator 14.svg
Pécharic-et-le-Py

Géolocalisation sur la carte : Aude

Voir sur la carte topographique d'Aude
City locator 14.svg
Pécharic-et-le-Py

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pécharic-et-le-Py

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pécharic-et-le-Py

Pécharic-et-le-Py est une commune française, située dans le département de l'Aude en région Languedoc-Roussillon.

Ses habitants sont appelés les Pecharipyciens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Village rural au cœur de l'Occitanie, à 55 km de Toulouse, 50 km de Carcassonne, 20 km de Castelnaudary, 10 km de Mirepoix et 20 km de Pamiers, Pecharic et le Py se trouve à la frontière de l'Aude, de l'Ariège et de la Haute-Garonne.

Située dans les collines de la Piège, au bord de la vallée de la Vixiège, Pecharic est situé au sommet d'un puèg (ou puòg souvent transcits : pech, puech, pioch...) mot occitan signifiant colline, sommet, hauteur). Le nom de Pecharic vient de la contraction de « Puèg d'Alaric » (la colline d'Alaric, l'Alaric en question étant le deuxième du nom, roi des Wisigoths).

Le Py (mot dont l'étymologie est incertaine) se situe au pied du pech, au bord du ruisseau appelé « le Py » (Lo Pi(n) en occitan). Ce nom de lieu désigne un ensemble constitué d'un cimetière, d'une chapelle et des restes d'une bâtisse (aujourd'hui transformée en maison d'habitation) appartenant autrefois à l'Ordre de Malte (anciennement Chevaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem). Cet ensemble faisait partie d'un domaine agricole géré auparavant par l'Ordre de Malte et dépendait de l'importante commanderie de Pexiora. A Plaigne existe une autre commanderie.

La ligne de partage des eaux passe à quelques kilomètres du village mais Pecharic et le Py est sur le bassin versant Atlantique. Cette situation particulière fait que le climat n'est pas réellement celui du Sud-Ouest (chaud l'été et froid l'hiver) ni le climat méditerranéen. (la vigne et l'olivier s'arrête à une dizaine de kilomètres vers l'est, même si depuis une quinzaine d'années l'olivier gagne vers l'ouest)

Histoire[modifier | modifier le code]

Les deux hameaux ont été érigés en commune à la Révolution. La commune possède une commanderie des chevaliers de St-Jean de Jérusalem (le Py), antérieure à 1267, date à laquelle elle a été rattachée à Pexiora; le commandeur de Pexiora nommait les consuls et le juge du Py. En 1481, après les ravages de la guerre de Cent Ans, le commandeur Paschal de la Tour accorda aux habitants du Py le droit d'édifier des bâtiments d'exploitation et des fours, ainsi que le droit de pêche, de chasse et le libre pacage des animaux sur tout le territoire de la commanderie.En 1641, 70 sétérées de terre noble s'étendaient tout autour. La chapelle, aujourd'hui église paroissiale et dont l'origine se perd dans la nuit des temps, a été remaniée maintes fois au cours des siècles, en particulier au XV° S, puis en 1866. C'est un site tout-à-fait exceptionnel dont les propriétaires actuels ont fait un temple de la musique, ce qui est remarquable. Il importe de le préserver dans son cadre intact depuis le Moyen Âge, avec la chaîne des Pyrénées en fond d'horizon. Réf.: Jeannine Redon: "Sur les traces des Templiers et des Hospitaliers ...", NPL, 2010, p. 120-122.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Pécharic-et-le-Py

Son blasonnement est : De sable à trois losanges d'argent


Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  1997 Bernard Marchand DVD  
Juillet 1997 2001 Joachim « Jacky » Coll DVG  
mars 2001 2007 Olivier Ruel DVG  
décembre 2007 2008 Solange Tisseyre   1ère adjointe
mars 2008 2014 Floréal Soler    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 31 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].
           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
153 173 203 181 175 214 313 214 204
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
186 174 158 156 147 149 132 143 155
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
125 137 120 100 100 90 92 68 61
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
56 32 23 21 30 31 28 26 30
2011 - - - - - - - -
31 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le village de Pécharic-et-le-Py possède deux types de monuments intéressants: deux moulins dans la partie haute du village, et une commanderie au Py, fondée avant 1267.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Vie pratique[modifier | modifier le code]

Service public[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]