Onfroi de Vieilles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Onfroi (ou Umfrid) de Vieilles[1] († vers 1050), fut le premier chef de l'honneur de Beaumont-le-Roger, l'un des plus importants groupes de domaines en Normandie orientale[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Son ascendance reste discutée. Il est le petit-fils de Torf (ou Turolf) que quelques historiens identifient avec Turstin le Riche, le beau-père de Robert le Danois et d'autres avec un ancêtre des seigneurs d'Harcourt[3]. Quelle que soit la bonne hypothèse, il ne fait aucun doute qu'Onfroi descend d'une famille scandinave.

Outre Beaumont-le-Roger, il possède des biens dispersés à travers toute la Normandie, en Cotentin, en Hiémois, dans le Pays d'Auge, en Basse Seine (Vatteville-la-Rue), en Évrecin (Normanville) et en Vexin normand (Bouafles). Ces terres proviennent soit de la faveur des ducs Richard II et Robert le Magnifique, soit de la récupération de biens d'Église. L'honneur de Beaumont est par exemple constitué de dépouilles du patrimoine de l'abbaye de Bernay[4]. Par contre, les possessions autour de Pont-Audemer sont issus du patrimoine de ses ancêtres.

En 1034, il fonde (en vérite il restaure) avec le concours des moines de Saint-Wandrille le monastère masculin de Préaux, à quelques kilomètres de Pont-Audemer.

Pendant la minorité de Guillaume le Bâtard, le futur Conquérant, Roger Ier de Tosny, titulaire de l'honneur de Conches, attaque les domaines d'Onfroi. Mais vers 1040, le fils de ce dernier, Roger de Beaumont, lui livre bataille. C'est une défaite pour le seigneur de Conches qui trouve la mort durant le combat.

Famille et descendance[modifier | modifier le code]

Il eut pour descendance connue :

  • Robert, l'aîné, fut assassiné par Roger de Clères[5] ;
  • Roger de Beaumont dit le Barbu († 1094), qui succéda à son père.

Deux autres enfants possibles :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Vieilles est le nom d'un ancien village accolé à Beaumont-le-Roger
  2. Pierre Bauduin, La première Normandie (Xe-XIe siècles), Presses Universitaires de Caen, 2004, p.216-217. Parmi les autres grands honneurs du Pays d'Ouche, ceux de Breteuil et de Conches
  3. Guillaume de Jumièges rapporte que ce Turolf était le frère de Turquetil, premier seigneur d'Harcourt, et l'oncle d'Ansketil de Harcourt. L'archéologue Jacques Le Maho propose la première hypothèse
  4. Véronique Gazeau, Monachisme et aristocratie au XIe siècle : l'exemple de la famille de Beaumont, thèse de doctorat de troisième cycle, Université de Caen, 1986-1987 (dactyl.), p.67-73. L'abbé de Bernay, Raoul, parent de Onfroi, lui aurait confié entre 1027 et 1040, une partie du patrimoine de son monastère. D'autres seigneurs du début du XIe siècle, comme ceux de Bellême, ont accru leur puissance en récupérant ou en s'octroyant des biens ecclésiastiques
  5. Orderic Vital, Histoire de la Normandie, Éd. Guizot, 1826, vol. III, livre VIII, p. 373. Charpillon et Caresme, Dictionnaire historique des communes de l'Eure, vol I, 1879, art. Beaumont-le-Roger

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Pierre Bauduin, La première Normandie (Xe-XIe siècles), Presses Universitaires de Caen, 2004
  • Véronique Gazeau, Monachisme et aristocratie au XIe siècle : l'exemple de la famille de Beaumont, thèse de doctorat de troisième cycle, Université de Caen, 1986-1987 (dactyl.)
  • Seigneurs de Beaumont-le-Roger sur Medieval Lands