Anna Wintour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Wintour.

Anna Wintour

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Anna Wintour en 2005.

Alias
La dame de fer[1]/La dame de fer de la mode[2]
La reine de glace[3],[4]
Naissance 3 novembre 1949 (65 ans)
Londres
Nationalité Drapeau : Angleterre Britannique
Profession
Distinctions
Signature de Anna Wintour

Anna Wintour, née le 3 novembre 1949 à Londres, est la rédactrice en chef de l'édition américaine du magazine Vogue depuis 1988, et la directrice artistique de Condé Nast depuis 2013. Elle vit actuellement à New York.

À Londres, elle s'intéresse dès l'adolescence à la mode en conseillant son père, rédacteur du Evening Standard, sur la manière d'inciter les jeunes Londoniens du milieu des années 1960 à acheter son journal. Elle quitte le lycée à seize ans pour entrer dans le journalisme à Londres. Elle travaillera à New York dans les années 1970 pour différents magazines dont New York et House & Garden, avant de retourner en Angleterre à l'édition britannique de Vogue et enfin pour son homologue américain à New York.

Tout comme Diana Vreeland qui l'a précédée, Anna Wintour est devenue au fil du temps une icône de la mode. Sa coupe au carré et ses lunettes de soleil sont désormais habituels au premier rang des plus grands défilés de mode. Aujourd'hui, elle est une institution dans le monde de la mode[5], tout comme son magazine. Mondialement réputée pour découvrir les nouvelles tendances et pour lancer de jeunes créateurs, sa froideur et son exigence lui ont valu le surnom de Nuclear Wintour (jeu de mot sur l'expression nuclear winter : « hiver nucléaire »). Une de ses anciennes assistantes personnelles, Lauren Weisberger, a d'ailleurs écrit, en 2003, un roman inspiré de son expérience, Le Diable s'habille en Prada. Ce dernier a été adapté au cinéma en 2006, avec Meryl Streep dans le rôle de Miranda Priestly, dont le personnage est largement inspiré d'Anna Wintour. Elle est également la figure centrale du documentaire The September Issue (2009).

Débuts[modifier | modifier le code]

Son père, Charles Vere Wintour, était rédacteur pour le tabloïd Evening Standard. Sa mère, Eleanor Trego Baker, fille d'un professeur de droit d'Harvard, a été mariée au père d'Anna de 1940 à 1979. Son nom est inspiré de sa grand-mère maternelle, Anne Gilkyson Baker. Sa belle-mère est Audrey Slaughter, une rédactrice ayant fondé plusieurs magazines anglais comme Honey et Petticoat.

Anna Wintour a quatre frères et sœurs, dont trois sont encore vivants : James Charles, élu au conseil municipal d'une commune anglaise, Nora Hilary Wintour, secrétaire générale adjointe de l'Internationale des services publics (fédération syndicale internationale destinée aux syndicats des services publics) à Genève et Patrick Wintour, journaliste politique au Guardian et à l'Observer. Son frère ainé, Gerald Jackson Wintour, est décédé en 1951, renversé par une voiture alors qu'il se rendait à l'école à vélo.

Elle suit sa scolarité à la North London Collegiate School, où elle conteste l'uniforme en vigueur en raccourcissant sa jupe. À quatorze ans, elle adopte la coupe au carré, qui est depuis devenue sa « marque de fabrique ». Dans le Londres branché des années 1960 (« swinging London »), elle s'intéresse de près à la mode en suivant assidument l'émission de Cathy McGowan, Ready Steady Go!, et son père la consulte régulièrement sur la manière d'accroître son lectorat auprès des jeunes.

Elle commence très tôt à conquérir des hommes plus âgés qu'elle. Par exemple, à quinze ans, elle a une brève relation amoureuse avec l'écrivain Piers Paul Read, qui a alors 24 ans. À la fin de son adolescence, elle a une relation amoureuse avec le rédacteur mondain Nigel Dempster, et on les aperçoit ensemble dans toutes les grandes soirées londoniennes.

Carrière[modifier | modifier le code]

De la mode au journalisme[modifier | modifier le code]

Anna Wintour décroche son premier travail dans la boutique branchée Biba (en)[6] grâce à son père, à quinze ans. L'année suivante, elle quitte la North London Collegiate School. Elle décide alors d'arrêter ses études pour commencer une formation chez Harrods. Cependant, ses parents la contraignent à prendre des cours de mode dans une école proche du magasin, mais elle abandonne rapidement, prétextant que « la mode ne s'apprend pas ». À cette époque, elle continue à fréquenter des hommes plus âgés qu'elle, comme Peter Guitterman, le beau-fils du chef d'orchestre de l'Orchestre philharmonique de Londres, Georg Solti. Une autre de ses conquêtes, Richard Neville, lui donne un premier aperçu de son futur métier avec le magazine Oz.

Elle fait ses premiers pas dans le monde du journalisme de mode lorsqu'elle entre à l'édition britannique du magazine Harper's Bazaar en 1970. En effet, le magazine, qui vient juste de fusionner avec Queen[n 1] pour devenir, pendant un temps, Harper's & Queen, recherche des assistantes éditoriales. Elle fait alors comprendre à ses collègues que son ambition est de devenir rédactrice chez Vogue. À cette époque, elle fait connaître le mannequin Annabel Hodin, une ancienne camarade de classe, et utilise ses relations pour la faire travailler avec des photographes reconnus comme Helmut Newton. Elle quitte le magazine en 1975 à cause d'une mésentente avec le nouveau rédacteur en chef, Min Hogg, poste qu'Anna elle-même aurait souhaité obtenir. Elle se rend alors à New York avec son compagnon, le journaliste indépendant et playboy Jon Bradshaw.

New York[modifier | modifier le code]

Anna rejoint l'édition américaine de Harper's Bazaar en 1975 en tant que rédactrice de mode. Ses photos innovantes occasionnent des conflits avec le rédacteur en chef, Tony Mazzola, ce qui lui vaut d'être licenciée au bout de neuf mois. Elle fait alors la connaissance de Bob Marley, qui lui est présenté par un ami de Bradshaw, et disparait avec lui pendant une semaine.

Plusieurs mois plus tard, Bradshaw l'aide à décrocher son premier poste de rédactrice en chef mode, au magazine Viva, créé par Kathy Keeton, la femme de Bob Guccione, le propriétaire du magazine Penthouse. Elle y travaille pendant deux ans et relatera rarement cet épisode, compte tenu du lien de ce magazine avec Penthouse. C'est la première fois qu'elle dispose d'une assistante personnelle, et là commencera sa réputation de patronne exigeante.

Lorsque Guccione liquide Viva fin 1978, Wintour décide de faire une pause. En effet, elle a mal vécu sa rupture avec Bradshaw et a eu une brève relation avec Eric Idle, membre des Monty Python. Elle finit alors avec le producteur musical français Michel Esteban, partageant son temps entre Paris et New York.

Retour à l'édition[modifier | modifier le code]

Anna Wintour reprend le travail en 1980 en succédant à Elsa Klensch au poste de rédactrice en chef mode pour un nouveau magazine féminin, Savvy. Le magazine cherchait à plaire aux femmes actives, carriéristes et indépendantes qui pouvaient financer leurs achats sur leur propre salaire, lectrices que plus tard Wintour ciblera avec le magazine Vogue.

L'année suivante, elle accède au poste de rédactrice en chef mode au magazine New York, ce qui constitue un tournant dans sa carrière. En effet, l'accumulation des articles et des photos de mode qu'elle a produits jusque-là commencent à attirer l'attention. Elle devient la protégée de l'éditeur Edward Kosner, qui lui permet quelques entorses à des règles qu'elle estime trop strictes, ce qui lui vaut le courroux de ses collègues. Il la laisse travailler sur d'autres rubriques du magazine, et se rend compte à quel point la présence d'une célébrité en couverture (en l'occurrence Rachel Ward) peut influer sur les ventes du magazine.

Polly Mellen, une collègue de Harper's & Queen, lui arrange un entretien avec la rédactrice en chef de Vogue, Grace Mirabella (en). Mais ce dernier est abrégé car Anna lui fait rapidement comprendre qu'elle souhaite prendre sa place.

Condé Nast[modifier | modifier le code]

Lors de son passage au New York, son travail est repéré par Alexander Liberman, directeur d'édition du groupe Condé Nast, qui possède Vogue. En 1983, elle devient directrice de la création, poste spécialement créé pour Anna et lui permettant de doubler son salaire. Puisque ses fonctions ne sont pas clairement définies, elle se permet souvent de faire évoluer l'orientation du magazine sans en référer à l'éditrice, Grace Mirabella, ce qui entraine des tensions avec les autres journalistes.

À cette époque, elle fréquente le célèbre pédo-psychiatre David Shaffer (en), de treize ans son aîné et qu'elle avait connu dans sa jeunesse à Londres. Ils se marient en septembre 1984 et Wintour tombe enceinte peu après.

En 1985, elle remplace Beatrix Miller (en) au poste de rédactrice en chef de l'édition britannique de Vogue. Elle en prend la direction en avril 1986, peu après la naissance de son fils Charlie. Son entreprise finance sa maison, sa gouvernante ainsi que de nombreux vols en Concorde. En effet, son mari réside à New York, où il travaille sur un projet de recherche sur le suicide des adolescents.

Anna Wintour contribue largement à l'évolution de l'édition britannique de Vogue, traditionnellement excentrique, en l'orientant davantage vers le concept de l'édition américaine et s'inspirant également du modèle du magazine Savvy. Lors d'une interview au Evening Standard, elle déclare : « […] il y a un nouveau type de femme aujourd'hui. Elle s'intéresse au monde des affaires et à l'argent. Elle n'a plus le temps de faire les magasins. Elle veut savoir quoi, pourquoi, où et comment[7]. » Wintour remanie son équipe et exerce davantage de contrôle sur le magazine que ses prédécesseurs, ce qui lui vaut le surnom de « Nuclear Wintour ». Les rédacteurs parlent alors de The Wintour of Our Discontent.

Liz Tilberis la remplace lorsqu'elle prend la direction du magazine House & Garden à New York. En effet, ce dernier s'est laissé devancer par le magazine Architectural digest. Elle obtient carte blanche pour redresser sa situation. Wintour en profite donc pour faire des remaniements radicaux du personnel et sur le look du magazine. Selon un rédacteur en chef licencié, « elle a détruit le magazine en deux jours », ajoutant qu'elle a dépensé deux millions de dollars en une semaine. Elle y introduit tellement de photos de mode que certains plaisantins renomment le magazine House & Garment (Maison & Vêtement au lieu de Maison & Jardin), ou encore Vanity Chair (référence au magazine Vanity Fair) en raison des nombreux sujets traitant des célébrités.

Cependant, tous ces changements ne profitent pas au magazine. Lorsque celui-ci est renommé HG en couverture du numéro de mars 1988, de nombreux abonnés de longue date pensent qu'il s'agit d'un nouveau magazine et le mettent de côté en attendant leur magazine habituel. Finalement, le magazine subit de nombreux désabonnements, et lorsque les annonceurs de mode l'investissent, bon nombre d'annonceurs « traditionnels » se retirent.

Au bout de dix mois, le groupe Condé Nast transfère Anna Wintour à un poste qu'elle attendait depuis longtemps : la direction de Vogue. Du temps de Grace Mirabella, le magazine était davantage centré sur le style de vie que sur la mode. Elle va révolutionner le magazine et publie, pour le premier numéro sous sa responsabilité une couverture avec Michaela Bercu en jeans, et une couverture avec un mannequin Noir pour le premier « spécial mode » : « Ça a fait du bruit ! » précise-t-elle[6]. Anna Wintour est en marche et va devenir « la femme la plus puissante de la mode[6] »[8]. Depuis qu'elle a pris la direction du magazine, les ventes ont fortement augmenté (le tirage est à 1,3 million d'exemplaires), faisant du Vogue américain le leader de toutes les éditions mondiales (notamment par rapport à ses équivalents français et italien) et un grand pourvoyeur de publicités (300 millions de dollars de recette annuelles publicitaires)[9].

En décembre 2012, elle est pressentie, pour avoir contribué à la réélection de Barack Obama, à être nommée ambassadrice des États-Unis en France ou au Royaume-Uni[10]. Finalement, cumulant avec son poste de rédactrice en chef à Vogue, elle est nommée au début de l'année suivante comme directrice artistique de toutes les publications du groupe Condé Nast[11] ; elle procède rapidement à plusieurs remaniements à des postes d'édition importants[9].

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Elle a deux enfants de Shaffer, Charles (Charlie) et Katherine (connue sous le nom de Bee), qui blogue pour le Daily Telegraph. Le couple a divorcé en 1999, des ragots disent que c'est une aventure avec le millionnaire Shelby Bryan qui aurait mis fin au mariage[9], mais Wintour s'est refusée à tout commentaire. Elle entretient néanmoins une relation suivie avec Bryan qui, selon ses amis, l'a adoucie.

Philanthropie[modifier | modifier le code]

Anna Wintour est aussi philanthrope. Elle sert de fiduciaire pour le Metropolitan Museum of Art de New York. Wintour a commencé le CFDA/Vogue Fonds, en vue d'encourager, de soutenir et encadrer des stylistes inconnus. Elle a également rassemblé énormément d'argent pour aider les familles victimes des attaques terroristes du 11 septembre[12] et récolté plus de 10 millions de dollars en faveur de la lutte contre le sida depuis 1990, lors de nombreux événements.

Elle organise des soirées « Americans in Paris » à l'ambassade des États-Unis en France afin d'y promouvoir des talents américains[9].

Habitudes de travail[modifier | modifier le code]

Elle se lève chaque jour avant 6 heures du matin, joue au tennis[6], se coiffe et se maquille, puis rejoint les bureaux de Vogue à 8 heures. Elle arrive toujours à l'heure exacte aux défilés de mode[6]. « J'utilise les temps d'attente pour passer des appels téléphoniques et prendre des notes ; certaines de mes meilleures idées me sont venues à des défilés », dit-elle. Selon le documentaire de la BBC, Boss Woman, elle est tout aussi efficace le reste de la journée, ne restant jamais plus de 20 minutes à la fois aux fêtes auxquelles elle est conviée et se couchant à 22 h 15 chaque soir.

Son contrôle sur le magazine est légendaire, en particulier la mise en page des photos qui reste son point fort. « Après tout, elle est la reine. Elle est l’impératrice de la mode[13] » dit André Leon Talley son assistant et ami depuis les années 1980. Elle a depuis ses premiers jours en tant que rédacteur en chef exigé que les photographes ne commencent leur travail qu'après son approbation des épreuves du décor et des vêtements. Ensuite, ils doivent soumettre tous leurs travaux à la rédaction, et pas seulement leurs choix personnels. Mais elle semble beaucoup moins contrôler le texte. Son équipe jure qu'elle lit tout ce qui va être publié, mais l'ancien rédacteur Richard Storey a affirmé qu'elle ne lisait jamais, ou que rarement, les critiques artistiques et littéraires.

De même, il y a de cela quelque temps, elle laissait souvent la tâche de rédiger le texte accompagnant la mise en page à d'autres, puisque, d'après certains, il semble qu'elle ait peu de prédispositions en la matière. Aujourd'hui, elle écrit peu pour le magazine, si ce n'est l'éditorial mensuel.

À Vogue, il semblerait[réf. souhaitée] qu'elle ait trois assistants à temps plein mais qu'elle surprenne parfois les appelants en répondant aux appels téléphoniques elle-même. D'autres personnes l'ayant connue rapportent qu'elle a pris l'habitude des plats à haute teneur en protéines depuis longtemps. « C'était du saumon fumé et les œufs brouillés tous les jours » pour le déjeuner, explique un collègue à Harpers & Queen, « elle ne mangeait rien d'autre ».

Mais Anna Wintour est également connue pour le soutien très clair qu'elle apporte régulièrement à de nombreux jeunes créateurs, majoritairement américains : Proenza & Schouler, Marc Jacobs avant sa consécration, Alexander Wang, Thom Browne, Olivier Theyskens, ou le français Guillaume Henry pour son travail chez Carven, parmi d'autres, ont pu bénéficier ou bénéficient de son suivi, que ce soit sous forme éditoriale ou même économique[6].

Préférences personnelles en termes de mode[modifier | modifier le code]

En tant que rédactrice en chef de la plus prestigieuse revue de mode, sa garde-robe est étroitement observée et imitée. Alors que dans les premiers temps, elle mélangeait T-shirts et vestes en jean de créateurs, dès lors qu'elle intègre Vogue comme directrice de la création, elle passe aux ensembles tailleurs et jupes Chanel. Elle a continué de les porter, même au cours de ses grossesses, les jupes légèrement fendues au dos et dissimulées par la veste.

Sa pratique du port de lunettes de soleil à l'intérieur a fait l'objet de nombreuses spéculations. Toutefois, selon le biographe Jerry Oppenheimer (en), elle cherche réellement à dissimuler des problèmes de vue (la vision de son père s'était gravement détériorée dans ses dernières années et elle craint de subir le même sort). Interrogé à ce sujet, un ancien collègue se rappelle avoir un jour trouvé ses Wayfarer dans son bureau alors qu'elle était sortie, de les avoir essayées et de s'être senti mal tant la force de correction des verres était élevée[réf. nécessaire].

Politique[modifier | modifier le code]

Elle a apporté son soutien la campagne présidentielle de Al Gore. Elle considère la politique principalement sous l'angle de la mode : « Si vous regardez n'importe quelle grande photographie de mode sortie de son contexte, elle vous en dira autant sur ce qu'il se passe dans le monde qu'un titre dans le New York Times. » Aux élections suivantes, elle lève des fonds pour Barack Obama[6].

Le Diable s'habille en Prada[modifier | modifier le code]

Le roman de Lauren Weisberger, qui a été assistante d'Anna Wintour[14], a pour héroïne Andrea « Andy » Sachs, une jeune femme nouvellement diplômée ayant des ambitions littéraires. Andy entre au service de la légendaire rédactrice en chef Miranda Priestly dont le personnage comporte de nombreuses similitudes avec Anna Wintour ; elle est anglaise, a deux enfants et soutient le Metropolitan Museum of Art. Priestly est représentée comme un tyran qui formule des demandes impossibles à ses subordonnés en ne leur donnant que peu d'informations et un temps limité et ne supportant aucun retard dans les tâches qu'elle leur assigne, pour leur reprocher ensuite leurs échecs.

Lorsqu'on suggéra que son livre était un roman à clés où le cadre était celui du magazine Vogue et le personnage de Miranda Priestly, Anna Wintour, Lauren Weisberger nia, donnant même à Anna Wintour elle-même une apparition furtive à la fin du livre.

Le portrait romanesque de « Wintour/Priestly » n'est pas totalement négatif. Andrea note que Miranda parvient à assumer avec beaucoup de classe la tâche difficile de prendre toutes les grandes décisions éditoriales d'un magazine phare de la mode chaque mois.

Avant sa publication, Anna Wintour déclara au New York Times : « J'apprécie toujours une œuvre de fiction. Je n'ai pas encore décidé si je vais le lire ou non. »

Cependant, le succès du livre serait moins dû à sa dimension satirique qu'à une lecture au premier degré. Ni Vogue ou aucune autre publication du Condé Nast ne donna d'écho au livre. Quand le film fut réalisé, un magazine de la compagnie, The New Yorker, publia une comparaison qui dénigra le livre. Janet Maslin du New York Times évita de mentionner le nom d'Anna Wintour dans l'une des deux critiques négatives du livre.

Le film, sorti en 2006, fut un succès au box-office dans le monde entier[15], consolidant malgré elle le statut de « star » d'Anna Wintour.

Distinction[modifier | modifier le code]

Elle reçoit en 2003 le « prix Geoffrey Beene » du Conseil des créateurs de mode américains et est décorée le 6 juillet 2011 de la médaille de chevalier de la Légion d’honneur par le président français Nicolas Sarkozy[16].

Critiques[modifier | modifier le code]

De par son utilisation constante de fourrure dans Vogue, elle est souvent la cible d'organisations de défense des animaux comme PETA. De plus, elle refuse les publicités de ces mêmes organisations dans son magazine. Malgré plusieurs attaques par des activistes (jets de tartes à la crème[17], dépôt d'un raton laveur dans son assiette), elle continue d'utiliser des fourrures dans ses photos.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Queen, un magazine datant de 1862.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) M le magazine du Monde, « Anna Wintour, la dame de fer », sur http://www.lemonde.fr/,‎ 29 septembre 2011 (consulté le 27 mars 2014)
  2. (fr) Caroline Rousseau, Pat Becker, « Gros plan sur Anna Wintour », sur http://madame.lefigaro.fr/,‎ 15 septembre 2009 (consulté le 27 mars 2014)
  3. (en) Daniel Bates, « 'I didn't know anything': As new book celebrating 120 years of Vogue is launched, Anna Wintour admits being out of her depth when first editing 'fashion's bible' », sur http://www.dailymail.co.uk/,‎ 13 septembre 2011 (consulté le 27 mars 2014)
  4. (fr) Thomas Sotinel, « "Le diable s'habille en Prada" : la reine des glaces et sa stagiaire à l'eau de rose », sur http://www.lemonde.fr/,‎ 26 septembre 2006 (consulté le 27 mars 2014)
  5. Anna Wintour est-elle vraiment si diabolique ? - L'Express, 26 août 2011
  6. a, b, c, d, e, f et g Katell Pouliquen, « Anna Wintour, le dieu de la mode est une femme », L'Express Styles, no 3201,‎ 7 novembre 2012, p. 124 à127 (ISSN 0014-5270, lire en ligne)
  7. (en) From Venus To Minerva - Christina Larson, Washington Monthly, avril 2005
  8. (en) Lauren Sherman, « 2009's Most Powerful Fashion Magazine Editors », sur forbes.com, Forbes,‎ 7 septembre 2009 (consulté le 2 janvier 2014)
  9. a, b, c et d Godfrey Deeny, « Anna Wintour - La glaçante impératrice de la mode », Le Figaro Magazine, semaine du 16 août 2013, pages 50-53.
  10. Godfrey Deeny, « Anna Wintour, en mode diplomatique ?», in Le Figaro, samedi 22 / dimanche 23 décembre 2012, p. 37.
  11. « Wintour en son royaume », Le Nouvel Observateur, no 2524,‎ 21 mars 2013, p. 33 (ISSN 0029-4713)
  12. Anna Wintour (Icône de mode), 12 août 2007
  13. Peggy Frey, « André Leon Talley, le pharaon de la mode », Style, sur madame.lefigaro.fr, Madame Figaro,‎ 6 octobre 2013 (consulté le 13 octobre 2013)
  14. (en) Bio de Lauren Weisberger sur son site officiel
  15. (en) The Devil Wears Prada - Box Office Mojo
  16. Anna Wintour décorée elle.fr, 07 juillet 2011
  17. (en) Associated Press, « Anti-fur demonstrators hit 'Vogue' editor with a pie in Paris », USA Today,‎ 10 octobre 2005 (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :