Mainbocher

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Mainbocher

Description de l'image  MAINBOCHER Typo Couture.png.
Création 1929
Fondateurs Main Rousseau Bocher : fondateur
Siège social Drapeau des États-Unis New York (États-Unis)
Produits Collections prêt à porter, accessoires et parfums
Site web www.mainbocher.com

Mainbocher est une griffe de haute couture fondée par le couturier américain Main Rousseau Bocher (24 octobre 1890 - 27 décembre, 1976), plus connu sous le nom de Mainbocher (à prononcer « MaineBocker »). Fondée à Paris en 1929, la maison de couture Mainbocher a été transférée à New York en 1940 avant de fermer en 1971.

Prélude[modifier | modifier le code]

Originaire de Chicago, Main Bocher s'embarque en 1911 pour l'Europe. Il étudie l'art à Munich, le dessin à Paris, retourne aux USA puis dessine des affiches publicitaires à Londres. Pendant la guerre, il devient sergent major et songe à une grande carrière à l'Opéra-Comique, sa passion. En 1921, il réalise quelques croquis pour Harper's Bazaar puis intègre le groupe Condé Nast comme Paris fashion editor du magazine Vogue. Il y fait preuve de flair en sachant déceler dans les collections des couturiers ce qui plaira aux Françaises et aux Américaines, et montre aussi beaucoup beaucoup de talent dans l'invention d'expressions devenues courantes dans la mode. En 1929, alors qu'il est depuis quelques mois le rédacteur en chef de l'édition française du magazine Vogue[1], il considère sa connaissance du monde de la mode ainsi que sa sensibilité aux courants de style suffisantes pour passer à une activité plus créatrice, et décide brusquement d'ouvrir une maison de couture.

Mainbocher Couture (1929-1939)[modifier | modifier le code]

Main Bocher décide de fusionner son prénom et son nom pour donner naissance à sa griffe « Mainbocher ». Il ouvre Mainbocher Couture au 21, avenue George-V et présente sa première collection en novembre 1930, en pleine dépression économique ; climat qu'il jugeait, contrairement à tous, particulièrement favorable à un « événement ». Le désir de Mainbocher était de donner aux femmes l'allure de « grandes dames ». Il crée alors des robes de grande élégance dans un style souvent sévère mais agrémenté de riches broderies.

La clientèle de la maison de couture parisienne inclura des éditrices de mode célèbres telles Carmel Snow, Bettina Ballard, Diana Vreeland, des femmes de la haute société telles Elsie de Wolfe, Lady Castlerosse, la vicomtesse de Noailles, Lady Abdy, la Baronne de Rothschild, la pianiste Myra Hess, des femmes de la haute société comme Millicent Rogers, Daisy Fellowes, Madame Cole Porter, Syrie Maugham, ou encore des stars comme Mary Pickford, Constance Bennett, Kay Francis, Claudette Colbert, Irene Dunne, Loretta Young, Miriam Hopkins, Helen Hayes. Mais de toutes ses clientes, la plus célèbre restera la Duchesse de Windsor, dont il réalisera la robe de mariée, ce qui contribuera fortement à asseoir sa notoriété.

La dernière collection parisienne de Mainbocher, qui introduit des « tailles de guêpe » sanglées, sera sujette à de vives controverses. À l'instar du « New Look » de Christian Dior, le « Corset Mainbocher » tranche radicalement avec la silhouette fluide des années 1930. Le corset Mainbocher sera immortalisé par Horst, dans l'une des dernières photographies prises dans les studios du magazine Vogue avant l'Occupation.

Mainbocher Inc. (1940-1971)[modifier | modifier le code]

En 1940, la Maison de couture devient Mainbocher Inc. et s'installe sur la 57e Rue, tout à côté de Tiffany, à l'est de la 5e Avenue.

Pendant la guerre, la retenue des silhouettes et la minceur des silhouettes travaillèrent à l'avantage de Mainbocher. Il résolut un des problèmes posés par le rationnement de tissu en faisant des robes du soir courtes. Il créera des uniformes pour les auxiliaires féminines de l'armée et des marines, la Croix-Rouge américaine et les Girl Scouts.

À New York, Mainbocher restera sans conteste le plus grand couturier de l'upper-class américaine ; il habillera de nouvelles générations de femmes du monde et notamment, la débutante Brenda Frazier, Doris Duke, Adele Astaire, Elizabeth Parke Firestone, Gloria Vanderbilt, Lila Wallace, Bunny Mellon, Babe Paley, la princesse Maria Cristina de Bourbon, Kathryn Miller, ou encore C. Z. Guest. En 1947, huit des dix femmes élues par le New York Dress Institute comme les femmes les mieux habillées étaient des clientes de Mainbocher.

Mainbocher créera de nombreux costumes pour Broadway et notamment les costumes de Leonora Corbett dans Blithe Spirit (1941), ceux de Mary Martin dans One Touch of Venus (1943) et The Sound of Music (1959), ceux de Tallulah Bankhead dans Private Lives (1948), mais encore ceux de Ethel Merman dans la pièce musicale Call Me Madam (1950), ceux de Rosalind Russell dans la pièce musicale Wonderful Town (1953), ceux de Lynn Fontanne dans The Great Sebastians (1956), ceux d'Irene Worth dans la pièce de théâtre Tiny Alice (1964) ou aussi ceux de Lauren Bacall dans la pièce musicale Applause (1970).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. William Parker (préf. David Hockney), Dessins de mode : Vogue, Paris, Thames & Hudson,‎ 2010, 240 p. (ISBN 978-2-87811-359-4), p. 45

Article connexe[modifier | modifier le code]