Vogue Italia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vogue Italia
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Langue Italien
Périodicité Mensuelle
Genre Magazine de mode
Date de fondation 1964
Éditeur Edizioni Conde Nast
Ville d’édition Milan

Propriétaire Condé Nast Publications
Rédacteur en chef Franca Sozzani
ISSN 0042-8027
Site web www.vogue.it

Vogue Italia, lancée sous ce titre en 1964, est l'édition italienne du magazine de mode américain Vogue.

Préambule[modifier | modifier le code]

En 1962, les éditions Condé Nast publient en Italie un nouveau magazine intitulé Novita ; Celui va être renommé Vogue Italia deux ans plus tard[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Vogue Italia est lancé en 1964. Guy Bourdin y travaille un peu comme photographe ces années là[2].

Cette édition italienne est dirigée un temps par Anna Piaggi. Carla Sozzani y travaille un temps, mais surtout sa sœur Franca Sozzani depuis 1988, qui est la toute puissante rédactrice en chef, aidée un temps de Fabien Baron. Le tirage italien est moins important commercialement que l'édition américaine, mais elle est celle qui dicte les tendances dans le milieu mondial de la mode, avec une ligne éditoriale d'avant-garde, innovante. Le phénomène se reproduit immanquablement chaque saison. Vogue Italie est notamment réputé pour ses couvertures exclusivement photographiées depuis une vingtaine d'années par Steven Meisel. Les séries de mode extravagantes et très inspirées de Meisel peuvent courir jusqu'à plusieurs dizaines de pages. Chaque mois depuis 2011, trois photographes débutants sont publiés après une sélection dans la rubrique « Photo Vogue ».

Controverses[modifier | modifier le code]

En 2010, l’édition italienne rend hommage au British Petroleum pour son action face à la marée noire provoquée par Deepwater Horizon. Le magazine propose une série de photographies intitulée Water and Oil, dans laquelle un mannequin pose en créature couverte de pétrole, à la manière d’un oiseau victime de la catastrophe écologique. Ce travail suscite de nombreux commentaires négatifs[3] comme d'autres séries de clichés[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nathalie Herschdorfer (préf. Todd Brandow), Papier glacé : un siècle de photographie de mode chez Condé Nast [« Coming into fashion »], Paris, Thames & Hudson,‎ 2012, 296 p. (ISBN 978-2-87811-393-8, résumé), p. 288
  2. Dictionnaire mondial de la Photographie, Paris, Larousse,‎ 2001 (ISBN 2-03-750014-9, lire en ligne), « Bourdin Guy - photographe français », p. 86
  3. Pierre Labrunie, « Kristen McMenamy mazoutée pour Vogue Italie », Styles, sur lexpress.fr, Groupe Express-Roularta,‎ 17 août 2010 (consulté le 21 avril 2013) : « En proposant une série de photos intitulées Water and Oil (eau et pétrole), où l'on peut voir Kristen McMenamy mazoutée et suffocant sur des rochers, le Vogue italien crée la polémique. »
  4. Géraldine Dormoy, « Vogue Italie de nouveau accusé de racisme », Styles, sur lexpress.fr, Groupe Express-Roularta,‎ 20 mars 2012 (consulté le 21 avril 2013) : « Après un numéro sur les mannequins noires en 2008, Kristen McMenamy mazoutée en 2010 et Karlie Kloss jugée trop maigre en décembre 2011, voilà qu'une nouvelle série mode, shootée par Steven Meisel, le photographe maison, dans le numéro de mars, déchaine les passions. »

Liens externes[modifier | modifier le code]