Lauren Weisberger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Lauren Weisberger, née le 28 mars 1977 à Scranton en Pennsylvanie, est une écrivain américaine célèbre pour ses romans de Chick lit (« littérature pour nanas »). Son premier roman, Le diable s'habille en Prada (The Devil Wears Prada) a connu un succès mondial et a été adapté au cinéma en 2006.

Biographie[modifier | modifier le code]

Lauren Weisberger a fréquenté l'université Cornell à New York. Après avoir obtenu son diplôme, elle a parcouru l’Europe, Israël, l’Égypte, la Jordanie, la Thaïlande, l’Inde, le Népal et Hong Kong avec un sac à dos. De retour aux États-Unis, elle s’installe à Manhattan et décroche son premier travail : assistante d'Anna Wintour, rédactrice en chef de Vogue US.

Ses romans[modifier | modifier le code]

Le diable s'habille en Prada, largement inspiré de l’expérience personnelle de Lauren Weisberger (même si elle nie s'être inspirée d'Anna Wintour pour créer son personnage de Miranda Priestly), s'est vendu dans plus de 30 pays et est resté durant six mois au sommet des ventes dans les pages du New York Times. L'adaptation au cinéma avec Meryl Streep et Anne Hathaway est sortie le 27 septembre 2006 en France. En France, il fut sélectionné par le jury de Elle.

Son second roman s’intitule People or Not People (Everyone Worth Knowing) et fut publié en 2005. L’auteur a déclaré à son sujet que « tous les personnages sont fictifs, hormis Millington le Yorkshire, inspiré directement, lui, de Mitzy la Maltaise ».

Son troisième roman Sexe, diamants et plus si affinités... (Chasing Harry Winston) fut publié le 27 mai 2008 aux États-Unis, et en France en octobre 2008. Les droits pour ce roman ont été achetés par Universal, le film sera réalisé par Andy Tennant.

Son quatrième roman, Stiletto Blues à Hollywood (Last Night at Chateau Marmont) fut publié en France en novembre 2010.

Elle avait écrit auparavant une nouvelle, The Bamboo confessions, publiée en octobre 2004[1].

Le second volet du Diable s'habille en Prada, Vengeance en Prada est publié fin 2013 chez Fleuve noir. Frédéric Beigbeder apporte une critique virulente dans les pages du Figaro Magazine, soulignant la qualité du premier opus mais écrivant à propos du second que « l'écriture de Weisberger semble l’œuvre d'un logiciel automatisé », et que le roman est une « caricature involontaire […] d'une certaine upper class new-yorkaise, effarante de niaiserie et déconnectée de toute réalité »[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « The Bamboo Confessions by Lauren Weisberger » sur fictiondb.com
  2. Frédéric Beigbeder, « Une crétine habillée en Prada », Le Figaro Magazine,‎ 6 décembre 2013, p. 163 (ISSN 0184-9336)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]