Anna Piaggi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Anna Piaggi

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Anna Piaggi en 2006 à Paris, lors du défilé de la collection Hermès Printemps 2007.

Naissance 1931
Milan
Décès 7 août 2012 (à 81 ans)
Milan
Nationalité Drapeau de l'Italie Italienne
Profession
Journaliste

Anna Piaggi née en 1931 et morte le 7 août 2012 à Milan, est une journaliste de mode italienne. Elle a notamment été la rédactrice en chef de l'influente édition italienne du magazine de mode américain Vogue, connue pour ses tenues excentriques lors des défilés auxquels elle assiste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Anna Piaggi est née en 1931 à Milan.

Elle débute sa carrière dans les années 1960, d'abord dans le magazine féminin italien Ariana. Elle passe la majeure partie de sa carrière aux éditions Condé Nast qu'elle intègre dès les années 1970 : Vanity Fair[1], Vogue Italia durant 23 ans, remplacée par Franca Sozzani. Puis, elle est Rédactrice en chef pour les magazines Panorama et L'Espresso. Entre temps, au début des années 1980, elle travaille pour le magazine d'origines milanaise Vanity où elle côtoie Cecil Beaton, mais surtout Antonio Lopez[2].

Outre sa notoriété en tant que personnalité incontournable de la presse de mode[1], Anna Piaggi, amie de Karl Lagerfeld[3], du styliste Stefano Gabbana, et du chausseur Manolo Blahnik[4] est considérée comme une muse par les créateurs de mode[3]. Elle est également célèbre pour les tenues vestimentaires totalement excentriques, qu'elle arbore notamment lors des défilés[5] dont une large collection de chapeaux[6], la plupart du modiste Stephen Jones[7]. Olivier Saillard, directeur du Musée Galliéra dit d'elle à propos de son style : « j'aimais beaucoup Anna Piaggi, car tous les matins elle s'habillait comme pour une performance, avec un chapeau différent, un mélange détonnant de pièces de saison passées, de vintage, de fripes. C'était une oeuvre en soi, plus qu'un style[8]. »

Mariée à Alfa Castaldi, photographe italien, elle est, au cours de sa carrière, une habituée des premiers rangs des Fashion weeks[6].

Sa collection de chaussures, chapeaux, éventails, et robes donne lieu à une exposition en 2006 à Londres, au Victoria and Albert Museum[4].

Elle meurt chez elle à Milan le 7 août 2012[9],[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (it) « Anna Piaggi: addio alla Regina della moda », Icone, sur repubblica.it, La Repubblica,‎ 7 août 2012 (consulté le 7 août 2012)
  2. David Downton (trad. Brigitte Quentin, préf. Stéphane Rolland), Les Maîtres de l'illustration de mode [« Master of Fashion Illustration »], Paris, Eyrolles,‎ septembre 2011 (1re éd. 2010), 226 p. (ISBN 978-2-212-12705-8, présentation en ligne), « Antonio Lopez », p. 159
  3. a et b Pauline Simons, « Elle s’appelait Anna Piaggi », Portrait, sur madame.lefigaro.fr, Le Figaro Madame,‎ 9 août 2012 (consulté le 9 août 2012)
  4. a et b (en) Suzy Menkes, « Anna Piaggi: An editor with h-attitude », Style, sur nytimes.com, The New York Times,‎ 31 mai 2006 (consulté le 7 août 2012)
  5. Stéphane Bonvin, « Un jour, un style. Anna Piaggi, oiseau rare », Le Temps, 11 mars 2009.
  6. a et b Sandra Lorenzo, « Qui est cette Anna Piaggi à qui tout le monde rend hommage sur Twitter? », Mode, sur huffingtonpost.fr, Le Huffington Post,‎ 7 août 2012 (consulté le 7 août 2012)
  7. Mathilde Laurelli, « Anna Piaggi meurt à 81 ans », Styles, sur lexpress.fr, L'Express,‎ 7 août 2012 (consulté le 8 août 2012)
  8. Elvira Masson, « Carte blanche à Olivier Saillard », L'Express Styles, no 3222,‎ 3 avril 2013, p. 77 (ISSN 0014-5270)
  9. « Mort d'Anna Piaggi, figure excentrique de la mode », Obsession, sur nouvelobs.com, Le Nouvel Observateur,‎ 7 août 2012 (consulté le 7 août 2012)
  10. Anne-Sophie Mallard, « Anna Piaggi, disparition d'une figure de la mode », News, sur vogue.fr, Condé Nast,‎ 7 août 2012 (consulté le 7 août 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :