Aboulfaz Eltchibeï

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Aboulfaz Eltchibeï
Əbülfəz Qədirqulu oğlu Elçibəy
Fonctions
2e président de l'Azerbaïdjan

(&&&&&&&&&&&&04421 an, 2 mois et 15 jours)
Premier ministre Rahim Huseynov (en)
Ali Masimov (en)
Panah Huseynov (en)
Prédécesseur Issa Gambar (a.i.)
Successeur Heydar Aliyev
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance RSSA du Nakhitchevan, RSS d'Azerbaïdjan, URSS
Date de décès (à 0 an)
Lieu de décès Ankara, Turquie
Parti politique Front populaire d'Azerbaïdjan
Religion Chiite duodécimain

Aboulfaz Eltchibeï
Présidents d'Azerbaïdjan

Aboulfaz Eltchibeï (Əbülfəz Qədirqulu oğlu Elçibəy en azéri ; Ebulfez Elçibey en turc ; Абульфаз Эльчибей en russe, aussi translittéré en Abülfaz Eltchibeï) () était un homme politique azerbaïdjanais, ancien président d'Azerbaïdjan entre juin 1992 et juin 1993.

Son nom de famille était à l'origine « Aliev », mais il n'était pas apparenté avec Heydar et Ilham Aliev. Lors de l'époque soviétique, il mène des activités anti-communistes et change son nom en « Aboulfaz Eltchibeï ».

Il est élu président le en tant que candidat du Front populaire d'Azerbaïdjan' et avec 64 % des voix. Il devient le premier président non-communiste de l'Azerbaïdjan. Le pays est alors en train de perdre la guerre qui l'oppose à l'Arménie sur le Haut-Karabagh. Eltchibeï renvoie le puissant commandant militaire Surat Hüseynov dans sa région de Gandja en lui reprochant ses échecs militaires.

Cette décision n'améliore pas les résultats militaires azerbaïdjanais]] et Eltchibeï doit même décréter l'état d'urgence le après la prise de la ville de Karvachar par les troupes arméniennes.

Une alliance se forme entre Heydar Aliyev, le président du Parlement azerbaïdjanais et ancien général du KGB, et Surat Hüseynov pour évincer Eltchibeï. L'arrivée des miliciens armés de Huseïnov dans la capitale Bakou le contraint à fuir en exil le dans sa région du Nakhitchevan et à abandonner la présidence à Heydar Aliyev, Huseïnov obtenant le poste de premier ministre.

En 1997, Eltchibeï revient à Bakou pour reprendre sa carrière politique et commence par critiquer le président Aliev. Il est jugé en 1999 pour avoir dénoncé le soutien qu'Aliev apporte au PKK, mais le procès se termine par un non-lieu. Eltchibeï quitte le pays pour aller mourir à Ankara, en Turquie d'un cancer de la prostate. Eltchibeï a toujours été proche politiquement de la Turquie.

Voir aussi[modifier | modifier le code]