Vassyl Stous

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Vassyl Stous

Nom de naissance Василь Семенович Стус
Naissance
Rakhnivka, Ukraine
Décès 4 septembre 1985
Genres Poésie

Œuvres principales

  • "Зимові дерева" ("Arbres d'hiver")
  • "Веселий цвинтар" ("Joyeux Cimetière")
  • "Час творчості" ("Le temps de création")
  • "Палімпсести"
  • "Дорога болю" ("La route de douleur") - recueil de poèmes choisis

Vassyl Semenovytch Stous (en ukrainien : Василь Семенович Стус ; né le à Rakhnivka, dans l'oblast de Vinnytsia, en Ukraine et décédé le au camp de Perm-36, en Russie) était un poète et journaliste ukrainien, l'un des membres les plus actifs du mouvement dissident ukrainien. En raison de ses convictions politiques, ses œuvres furent interdites par le régime soviétique et il fut condamné à de nombreuses reprises ; il passa 23 ans — près de la moitié de sa vie — en détention. Il est décédé au goulag, dans le camp de détention Perm-36, le 4 septembre 1985.

Biographie[modifier | modifier le code]

Monument en mémoire de Vassyl Stous à l'Université de Donetsk

Vassyl Stous est né le 7 janvier 1938 dans la village Rahnivka de la région de Vinnitsa. Mais sa mère, craignant les persécutions du pouvoir soviétique, n'a pas osé inscrire sur le certificat de naissance la date de naissance de Jésus-Christ. C'est pourquoi une autre date a été enregistrée. Puis la famille a déménagé à Stalino (aujourd'hui - Donetsk)[1]. En 1963 Vassyl Stouss est devenue doctorant de l'Institut de la littérature T.Chevtchenko de l'Académie des Sciences. Le sujet de sa thèse était "Les sources du caractère affectif de l'œuvre littéraire". Il étudiait surtout les œuvres de Lev Tolstoï, de Boris Pasternak, de Marcel Proust, d'Albert Camus, de William Faulkner et d'autres.
L'activité sociale de Vassyl Stous a été bien énergique. L'administration était mécontente de Vassyl Stouss. Avec ses amis, il protestait contre les arrêts de 20 intellectuels ukrainiens, après cela il a été congédié de l'école doctorale. Vassyl Stous devait changer quelques lieux de travail.
Le premier recueil de poésies de Vassyl Stous est apparu en 1962.

Le 12 janvier 1972 Vassyl Stous a été arrêté. On a enlevé chez Vassyl Stous tout ce qu'il avait écrit pendant de 17 ans de son activité littéraire: vers, articles satiriques, œuvres en prose, traductions littéraires. On l'a condamné à 5 ans de prison. Il a été envoyé en exil à Magadane[2]. En 1979 Vassyl Stous est revenu de l'exil à Kiev, mais sa santé était déjà ruinée.
Avant l'Olympiade à Moscou de 1980 Chtcherbitsky a ordonné d'expulser de Kiev tous les criminels, les prostituées, les malfaiteurs. On a déménagé aussi Vassyl Stous d'une manière originale: on l'a arrêté pour ses lettres à Sakharov, à Loukianenko, à Grigorenko, pour ses poésies, pour sa propagande. On l'a condamné à peine de 10 ans au camp de prisonniers, puis à 5 ans de l'exil.
Pour la dernière fois ses proches l'ont vu en 1981. On l'a enterré dans le tombeau numéro 9, sans nom et prénom. En 1989 inhumé à Baykove cimetière à Kiev[3].

Le 26 novembre 2005, il a reçu le titre posthume de Héros de l'Ukraine.

En 2008, la Banque nationale d'Ukraine a émis une monnaie commémorative de 2 hryvnia dédié à Vassyl Stous. Le revers de cette monnaie est un portrait de Stous avec une mosaïque stylisée "L'oiseau-femme" d'Alla Gorska[4].

Recueils de poèmes[modifier | modifier le code]

  • 1965 - "Круговерть"
  • 1970 - "Зимові дерева" ("Arbres d'hiver")
  • 1971 - "Веселий цвинтар" ("Joyeux Cimetière")
  • 1972 - "Час творчості" ("Le temps de création")
  • 1977 - "Палімпсести"

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (ru) « Василий Стус. Биография », vstus.org (consulté le 9 decembre 2011)
  2. (uk) « Василь Стус. Життя і творчість », refine.org.ua (consulté le 9 decembre 2011)
  3. (uk) « Стус Василь Семенович », olexa.org.ua (consulté le 9 decembre 2011)
  4. (ru) « Василий Стус : последний из великих украинцев », ua-reporter.com,‎ 2008 (consulté le 9 decembre 2011)