Ihor Kalynets

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ihor Mironovych Kalynets

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait d'Ihor Mironovych Kalynets

Naissance 9 juillet 1939 (75 ans)
Khodoriv, oblast de Lviv
Langue d'écriture ukrainien
Genres poésie
Distinctions Prix national Taras Chevtchenko (1992)
Ordre de la Liberté (2009)

Ihor Mironovych Kalynets (en ukrainien : Ігор Миронович Калинець), né le 9 juillet 1939 à Khodoriv dans l'oblast de Lviv, est un poète ukrainien et dissident soviétique.

Origines[modifier | modifier le code]

Kalynets est né à Khodoriv. C'est le fils d'un agronome, et ses parents s'appliquent à respecter les traditions culturelles de l'Ukraine. Dans son enfance, Kalynets a lu de la littérature interdite en ukrainien, et observé la déportation de masse des Ukrainiens par les communistes. Kalynets a reçu un diplôme de l'université de Lviv en 1961. Il a commencé à écrire dans les années 1950, et son premier livre de poésie a été édité en 1966. En raison de la censure, le reste de son travail a été édité à l'Ouest dans en ukrainien[1]. Il était ami avec les poètes Ivan Dratch et Ivan Dziuba.

Écriture[modifier | modifier le code]

Un des thèmes principaux de la poésie de Kalyntes est la glorification culturelle[2]. Son écriture fait un large emploi d'un vocabulaire contenant des références à la culture. Son travail reflète sa fierté de la culture ukrainienne et l'antique paganisme, puis les débuts du christianisme dans son pays. Dans son travail plus célèbre, Le feu de Kupalo (1966), Kalynets relie le folklore et les traditions antiques du pays à la vie moderne soviétique. La plupart de ses travaux ne contiennent pas de critiques politiques ouvertes, mais plutôt une muette dénonciation. Kalynets a été fortement influencé par Bohdan Ihor Antonych, et lui a consacré quelques-uns de ses poèmes. Il a également consacré certaines de ses poésies à diverses figures emblématiques de la culture ukrainienne, parmi lesquelles Taras Shevchenko, le réalisateur de film Alexandre Dovzhenko et le compositeur Stanislav Liudkevych, entre d'autres. Il a refusé de consacrer le moindre poème aux dirigeants soviétiques, rompant ainsi avec l'attitude typiques des poètes de l'époque.

Arrestation[modifier | modifier le code]

Puisqu'il était « un nationaliste bourgeois ukrainien » et il s'est opposé aux politiques de russification et anarchie soviétique générale, il a été condamné à neuf ans dans un camp de travail et exil[3]. Son épouse a été arrêtée en janvier 1972. Kalynets a refusé de coopérer avec le KGB et a commencé à se comporter d'une façon provocante. En mars 1971, le 24e congrès du Parti communiste de l'Ukraine dénonce la poésie de Kalynets comme « répréhensible », rendu plus mauvais par le fait qu'il a permis à son travail d'être édité dans l'ouest. Kalynets a été alors accusé parce qu'il fait « questions d'un appel voilé à la lutte contre le gouvernement soviétique », « réclame une renaissance de l'église Uni », « présente secrètement l'idée que le ukrainiens est opprimé par le gouvernement soviétique » et « articule une idéologie nationaliste, aussi bien que la nostalgie pour le passé et pour un état indépendant ». Le 11 août 1972 il est arrêté et sur le 15 novembre 1972 activités condamnées d'anti-Soviétique par une cour fermée et condamnées à six ans dans les camps de travail et à trois ans dans l'exil. Il a servi sa sentence au Camp politique de Perm. Il était en premier au numéro 35 chez Vsechsvyatskaya, mais lui ont été alors déplacés vers le numéro 36 dans le village de Kutchino, dans région de Perm. Tandis qu'en prison, il a participé au mouvement de résistance. Il a été impliqué des grèves de faim, des appels écrits et de l'écriture des chroniques dans les deux camps.

Il a été marié à Iryna Kalynets qui s'est activement opposé à la suppression des Églises catholiques orientales et fut professeur de langue ukrainienne et de littérature à l'Institut polytechnique de Lviv. Elle a également passé six ans dans un camp de travail pénitentiaire.

Distinctions et prix[modifier | modifier le code]

En 1992, Kalynets reçoit le prix national Taras Chevtchenko, qui est la récompense la plus prestigieuse pour l'accomplissement littéraire en Ukraine. Cependant, en raison de la censure soviétique et du fait que la plupart de ses poésies ont été édités dans l'ouest, ses travaux ne sont pas largement lue en Ukraine[4].

En 2009, il est récipiendaire de l'ordre de la Liberté ukrainien.

Collections de poésie[modifier | modifier le code]

  • Le feu de Kupalo, 1966
  • Poésie d'Ukraine, 1970
  • Silence de résumé, 1971
  • Couronner un épouvantail, 1972, traduit en allemand en 1975
  • La Muse réveillé, 1991

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Walter M. Cummins Frontières de décalage : Poésie de l'Europe de l'Est des années 1980, édité par l'université Fairleigh Dickinson : 1993
  2. Danylo Struk. Le résumé du silence : La poésie d'Ihor Kalynets. Revue slave, vol. 38, numéro 1. (Mar. 1979), p. 17-29.
  3. Études de cas sur des droits de l'homme et des libertés fondamentales : Une enquête du monde Édité en 1976
  4. Kobets, Svitlana « Le feu de Kupala par Ihor Kalynets« , Censure : une encyclopédie internationale. (Londres : Éditeurs de Fitzroy Dearborn) 2001