Élisabeth Vonarburg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Élisabeth Vonarburg

Description de cette image, également commentée ci-après

Élisabeth Vonarburg en 2013

Nom de naissance Élisabeth Ferron-Wherlin
Autres noms Sabine Verreault
Activités Romancière, nouvelliste
Naissance 5 août 1947 (66 ans)
Paris, Drapeau de la France France
Langue d'écriture Français
Genres Science-fiction
Distinctions Grand prix de l'Imaginaire
Prix Aurora

Œuvres principales

Élisabeth Vonarburg, née le 5 août 1947 à Paris, est une romancière et une nouvelliste de science-fiction qui vit au Saguenay, Québec depuis 1973. Elle est également connue sous le pseudonyme de Sabine Verreault.

Biographie[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]

Née Élisabeth Ferron-Wherlin, elle a vécu en périphérie de Paris, tout d'abord au Blanc-Mesnil, puis à Sergines de sept à dix-huit ans. Elle a découvert successivement durant ces années la lecture, la poésie puis la science-fiction. Ses études ont d'abord été effectuées au lycée classique de Jeunes filles, à Sens (Yonne), en France, puis à l'Université de Dijon en littérature et sciences humaines. Elle obtiendra successivement dans cette institution de 1969 à 1969 un certificat en littératures comparées, un diplôme en littérature moderne, un certificat en théorie de la critique littéraire ainsi qu'une maîtrise en littérature moderne. Sa thèse de maîtrise, traitant de l'évolution de thèmes littéraires classiques en science-fiction et en fantastique, fut l'une des premières sur le sujet en France.

Afin de devenir enseignante, elle passera l'examen du Certificat d'aptitude professionnelle à l'enseignement secondaire (CAPES) puis obtiendra une agrégation en littérature moderne en 1972. Jusqu'en 1973, elle sera enseignante au lycée de Chalon-sur-Saône, où elle constate qu'elle ne peut facilement mener de front des carrières en littérature et dans l'enseignement.

Au Québec[modifier | modifier le code]

En 1973, son mari Jean-Joël Vonarburg est transféré à Chicoutimi (maintenant arrondissement de la ville de Saguenay) dans le cadre d'un échange international comptant pour le service militaire. Elle l'accompagne et devient auteur-compositeur-interprète pour la radio et la télévision (1973-1982) et traductrice technique chez Alcan (1976-1977).

Elle fraie à nouveau avec le milieu littéraire et universitaire en devenant chargée de cours à l'Université du Québec à Chicoutimi et dans d'autres université québécoises de 1973 à 1986 pour des cours de littérature, parfois spécialisés en fantastique, en science-fiction et en création littéraire.

Séparée en 1982, elle obtiendra en 1987 un doctorat en création littéraire de l'Université Laval avec une thèse portant sur sa propre œuvre, à la fois analyse critique et fiction: La seconde naissance : entre la même et l'autre. Elle y entreprendra des études post-doctorales sur le thème de la reproduction dans la science-fiction féminine en 1988-1990.

Débuts en science-fiction[modifier | modifier le code]

Parallèlement, dès 1974, elle s'implique dans le milieu naissant de la science-fiction québécoise en écrivant des critiques et des essais pour le magazine Solaris, alors nommé Requiem. Sa première nouvelle du genre publiée, Marée haute, y paraît d'ailleurs en 1978. En 1979, son implication devient de plus en plus importante: de 1979 à 1990, elle est directrice littéraire de la revue de science-fiction Solaris; elle y cumulera la fonction de rédactrice en chef de 1983 à 1986. Elle organise la première convention québécoise sur la science-fiction, "Boréal", à l'Université du Québec à Chicoutimi cette même année, puis récidivera en 1982, 1988 et 1999. Elle fait également ses premiers pas dans la traduction d'ouvrages anglophones de science-fiction et de fantastique, avec La tombe de naissance de Tanith Lee. De nombreux autres suivront dans les années 1980,1990 et 2000.

Son premier roman de science-fiction, Le silence de la cité, paraît en 1981 chez Denoël dans la collection Présence du futur. C'est un succès: elle remporte en 1982 pour ce roman le Grand Prix de la SF française, le Prix Boréal et le Prix Rosny aîné. Elle publiera un premier recueil de nouvelles, L'Œil de la nuit au Québec en 1980 puis Janus en France, encore chez Denoël, en 1984. Reconnue pour son écriture et son implication dans le milieu, elle anime des ateliers d'écriture en science-fiction et fantastique, et est invitée à la télévision et à la radio afin d'animer des émissions ou des chroniques sur le sujet, tout d'abord en 1976 et 1977 à Radio-Canada, puis en 1985 et 1986 à la station de radio Choc FM et obtient une chronique hebdomadaire à Radio-Canada de 1993 à 1995, intitulée Demain la veille. Elle publie également en 1986 un livre intitulé Comment écrire des histoires - Guide de l'explorateur, trois fois réédité et toujours considéré en 2006, soit vingt ans plus tard, comme une référence dans le domaine et suggéré comme livre de référence dans des cours universitaire de création littéraire (Université Laval).

La Grande Dame de la science-fiction québécoise[modifier | modifier le code]

En 1990, elle décide de se consacrer entièrement à l'écriture, et abandonne ses études post-doctorales. À partir de ce moment, elle publiera de nombreuses nouvelles, romans et recueils. En 1992, elle publie le roman Chroniques du pays des mères, dont la version anglaise remportera le prix spécial du prix Philip K. Dick en 1994, en plus du Grand Prix de la science-fiction et du fantastique québécois, du prix Aurora et du prix Boréal. Depuis, la plupart de ses romans et nombre de ses nouvelles sont publiés en français puis traduits en anglais, une première pour un écrivain québécois de science-fiction. En 1994, paraît le roman Les voyageurs malgré eux, traduit sous le titre Reluctant voyagers. Puis elle développe en cinq volumes pour adultes et un recueil de nouvelles pour jeunes son Cycle de Tyranaël en 1995 et 1996 ; elle y explore la colonisation d'une planète étrange par les humains, œuvre monumentale de plus de 2000 pages. On lui doit aussi la traduction française de La tapisserie de Fionavar de Guy Gavriel Kay dont elle a traduit ultérieurement plusieurs autres ouvrages. En 2005, paraît La maison d'oubli (700 pages…), le premier tome d'un nouveau roman, Reine de mémoire, une saga familiale située en France dans un univers parallèle où règne la magie. Les quatre parties suivantes: Le dragon de feu, Le dragon fou, La princesse de vengeance et La maison d'équité paraissent en 2005, 2006 et 2007.

L'un de ses éditeurs, les Éditions Alire la sacre Grande dame de la science-fiction québécoise, par comparaison à des écrivaines américaines comme Andre Norton, Anne McCaffrey ou Ursula K. Le Guin qui ont reçu le même titre. Ce titre lui colle à la peau depuis, même si elle-même considère que c'est montrer bien peu de considération pour ses collègues en science-fiction québécoise féminine. Elle est certainement l'une des plus prolifiques, des plus traduites (anglais, roumain, japonais, allemand…), des plus récompensées et des plus connues des auteures de science-fiction et fantastique québécois.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

  • L'œil de la nuit (Recueil de nouvelles, Le Préambule, Chroniques du futur 1, 1980)
  • Le Silence de la cité (Roman, Denoël, Présence du futur 327, 1981)
    • Version révisée sous le même titre : Alire, 1998.
    • Versions anglaises: The Silent City (Canada) Press Porcepic, 1988 ; (Grande-Bretagne) The Women's Press, 1990 ; (États-Unis) Bantam Spectra Special, 1992.
    • Version allemande : Die schweigende Stadt (Wilhelm Heyne Verlag, 1997).
  • Janus (Recueil, Denoël, Présence du futur 388, 1984).
  • Comment écrire des histoires - Guide de l'explorateur (Essai, La Lignée, 1986).
  • Histoire de la princesse et du dragon (Roman pour la jeunesse, Québec/Amérique, Jeunesse 29, 1990).
  • Ailleurs et au Japon (Recueil de nouvelles, Québec/Amérique, Littérature d'Amérique, 1991).
  • Chroniques du Pays des Mères (Roman, Québec/Amérique, Littérature d'Amérique, 1992).
    • Repris sous le même titre (France) (Le Livre de Poche 7187, 1996).
    • Version révisée sous le même titre : Alire, Romans 027, 1999).
    • Versions anglaises: In the Mothers' Land (États-Unis, Bantam Spectra Special, 1992) ; The Maerlande Chronicles (Canada, Beach Holme, 1992).
    • Version allemande : Die Maerlande Chroniken (Wilhelm Heyne Verlag, 1997).
  • Les contes de la Chatte Rouge (Roman pour la jeunesse, Québec/Amérique, Gulliver 45, 1993).
  • Les voyageurs malgré eux (Roman, Québec/Amérique, Sextant 1, 1994).
    • Version anglaise : The Reluctant Voyagers (États-Unis, Bantam Spectra, 1995) ; (Canada, Tesseract Books, 1996).
  • Chanson pour une sirène (Collaboration avec Yves Meynard, Roman, Vents d'Ouest, 1995)
  • Le lever du récit (Recueil de poésie, Les herbes rouges, 1999)
  • La maison au bord de la mer (Recueil de nouvelles, Alire, Nouvelles 037, 2000).
  • Le jeu des coquilles de Nautilus (Recueil de nouvelles, Alire, Nouvelles 070, 2003).
  • Ailleurs ici (Recueil de poésie, Les herbes rouges, 2003).
  • Vraies histoires fausses (Recueil de nouvelles courtes, Vents d'ouest, Rafales, 2004).
  • Sang de pierre (Recueil de nouvelles, Alire, Nouvelles 128, 2009).
  • Et autres petits mensonges (Recueil de nouvelles courtes, Vents d'ouest, Rafales, 2012).
  • L'Enfant des neiges (Roman pour la jeunesse, PHOENIX, Œil-de-chat, 2012).
  • La musique du soleil  (Recueil de nouvelles, Alire, Nouvelles 155, 2013)
  • Hôtel Olympia  (Roman, Alire, Romans 157, 2014)

Le Cycle de Tyranaël

  • Contes de Tyranaël (Nouvelles pour la jeunesse, Québec/Amérique, Clip 15, 1994).
  • Tome 1: Les rêves de la mer (Roman, Alire, Romans 003, 1996).
    • Version anglaise : Dreams of the Sea (Tesseract books, 2003).
  • Tome 2: Le jeu de la perfection (Roman, Alire, Romans 004, 1996).
    • Version anglaise : A Game of Perfection (Edge Publishing, 2005).
  • Tome 3: Mon frère l'ombre (Roman, Alire, Romans 005, 1997).
  • Tome 4: L'autre rivage (Roman, Alire, Romans 010, 1997).
  • Tome 5: La mer allée avec le soleil (Roman, Alire, Romans 012, 1997).

La série de Reine de Mémoire

  • Tome 1: La maison d'oubli (Roman, Alire, Romans 086, 2005).
  • Tome 2: Le dragon de feu (Roman, Alire, Romans, 2005).
  • Tome 3: Le dragon fou (Roman, Alire, Romans, 2006).
  • Tome 4: La princesse de vengeance (Roman, Alire, Romans, 2006).
  • Tome 5: La maison d'équité (Roman, Alire, Romans, 2007).

Nouvelles[modifier | modifier le code]

  • Marée haute (Requiem 19, 1978)
    • Reparution dans Vingt maisons du zodiaque (Denoël, Présence du futur 279, 1979)
    • Version anglaise : High Tide (in Twenty Houses of the Zodiac, New English Library, 1979) (aussi existe des versions allemande et suédoise de l'anthologie)
    • Version japonaise, Iskateli SF International, 1981)
  • L'œil de la nuit (Requiem 24, 1978)
    • Reparution dans L'Œil de la nuit (Le Préambule, Chroniques du futur 1, 1980)
  • L'or, l'encens et la myrrhe (La Nouvelle Barre du Jour 79-80, 1979)
  • Le pont du froid (in L'Œil de la nuit, Le Préambule, Chroniques du futur 1, 1980)
    • Version anglaise : Cold Bridge (in Invisible Fiction : Contemporary Stories from Québec, House of Anansi Press, 1987)
    • Reparution dans Le Jeu des coquilles de Nautilus (Alire, Nouvelles 070, 2003)
  • Le nœud (in L'Œil de la nuit, Le Préambule, Chroniques du futur 1, 1980)
    • Reparution dans Clair d'Ozone 10 (1983)
    • Reparution dans Janus (Denoël, Présence du futur 388, 1984)
    • Version roumaine dans Vatra (1982)
      • Reparution dans Almanah Anticipatia (Bucarest, 1986)
    • Version anglaise : The Knot (Amazing Stories, 1993)
    • Reparution dans Le Jeu des coquilles de Nautilus (Alire, Nouvelles 070, 2003)
  • Géhenne (in L'œil de la nuit, Le Préambule, Chroniques du futur 1, 1980)
    • Version anglaise : Gehenna (in The Ad Astra Chapbook, 1987)
  • Eon (in L'œil de la Nuit, Le Préambule, Chroniques du futur 1, 1980)
    • Reparution dans Janus (Denoël, Présence du futur 388, 1984)
    • Version allemande dans Jahresband 1995 (Wilhelm Heyne Verlag, 1995)
  • Thalassa (in L'Empire du Milieu, Écublens, Nectar, 1982)
    • Reparution dans Janus (Denoël, Présence du futur 388, 1984)
  • Retour au pays des mères (Pour Ta Belle Gueule d'Ahuri 6, 1983)
  • L'Oiseau de cendres (Solaris 43, 1982)
    • Reparution dans Aurores boréales (Le Préambule, Chroniques du futur 7, 1980)
    • Reparution dans Janus (Denoël, Présence du futur 388, 1984)
    • Reparution dans Comment écrire des histoires - Guide de l'explorateur (La Lignée, 1986)
    • Version anglaise : Bird of Ashes (in Tesseract Q, Tesseracts Books, 1995)
  • Dans la fosse (Solaris 50, 1983)
    • Reparution dans Janus (Denoël, Présence du futur 388, 1984)
    • Reparution dans La maison au bord de la mer (Alire, Nouvelles 037, 2000)
    • Version anglaise : In the Pit (in Tesseracts II, Press Porcépic, 1987)
    • Reparution dans Tomorrow (1994)
  • Oneïros (extrait) (imagine… 21, 1984)
    • Version complète dans La maison au bord de la mer (Alire, Nouvelles 037, 2000)
  • Voyage au bout de la nuit ordinaire (in Traces, Sagamie/Québec, 1984)
    • Reparution dans Vraies histoires fausses (Vents d'Ouest, Rafales, 2004)
  • Janus (in Janus, Denoël, Présence du futur 388, 1984)
    • Reparution dans La maison au bord de la mer (Alire, Nouvelles 037, 2000)
    • Version anglaise : Janus (Tomorrow, 1995)
  • Band Ohne Ende (in Janus, Denoël, Présence du futur 388, 1984)
    • Reparution dans La maison au bord de la mer (Alire, Nouvelles 037, 2000)
    • Version anglaise : Bande Ohne Ende (Tomorrow, 1994)
    • Version allemande in Jahresband 1996 (Wilhelm Heyne Verlag, 1996)
  • La machine lente du temps (in Janus, Denoël, Présence du futur 388, 1984)
    • Reparution dans La frontière éclatée (Livre de Poche, 1989)
    • Version allemande : Die säumige zeitmaschine (in SF Anthologie, Wilhelm Heyne Verlag, 1997)
    • Reparution dans Le jeu des coquilles de Nautilus (Alire, Nouvelles 070, 2003)
  • La maison au bord de la mer (in Dix nouvelles de science-fiction, Les Quinze, 1985)
    • Reparution dans La maison au bord de la mer (Alire, Nouvelles 037, 2000)
    • Version anglaise : Home by the Sea (in Tesseracts I, Press Porcépic, 1985)
    • Reparution dans Tomorrow (1994)
    • Reparution dans Northern Stars (Tor, 1994)
    • Repris sous le titre House by the Sea (University of Western Australia, 1999)
  • Le jeu des coquilles de Nautilus in Aurores Boréales II (Le Préambule, Chroniques du futur 9, 1986)
    • Version anglaise : Chambered Nautilus (in Tesseracts IV, Press Porcépic, 1992)
    • Reparution dans Amazing Stories (1993)
    • Reparution dans Le jeu des coquilles de Nautilus (Alire, Nouvelles 070, 2003)
  • Le Dormeur dans le cristal (sous le nom de Sabine Verreault) (imagine… 32, 1986)
    • Reparution dans Ailleurs et au Japon (Québec/Amérique, 1991)
  • La Révélation (collaboration avec Paul Roux) (imagine… 33-34, 1986)
  • Ailleurs et au Japon (sous le nom de Sabine Verreault) (imagine… 35, 1986)
    • Reparution dans Ailleurs et au Japon (Québec/Amérique, 1991)
  • La carte du tendre (in Aimer, Les Quinze, 1986)
    • Reparution dans Ailleurs et au Japon (Québec/Amérique, 1991)
  • Les yeux ouverts (Proxima 8, 1986)
    • Reparution dans Ailleurs et au Japon (Québec/Amérique, 1991)
  • Mané, Thécel, Pharès (sous le nom de Sabine Verreault), in Espaces Imaginaires IV (Les Imaginoïdes, 1986)
    • Version allemande : Mane, Tekel, Phares (in Heyne Science Fiction Jahresband, Wilhelm Heyne Verlag, 1997)
  • Le matin du magicien (in L'Année de la science-fiction et du fantastique québécois 1986, Le Passeur, 1987)
    • Reparution dans Ailleurs et au Japon (Québec/Amérique, 1991)
  • Retour sur Colonie (collaboration avec Joël Champetier) (Solaris 75, 1987)
  • Histoire de la princesse et du dragon (Faërie 2, 1987)
    • Repris en solo (1990) (voir Livres)
  • Cogito (imagine… 46, 1988)
    • Reparution dans Ailleurs et au Japon (Québec/Amérique, 1991)
    • Version anglaise : Cogito (in Tesseracts III, Press Porcépic, 1991)
    • Reparution dans Tomorrow, vol. 4, no 3 (1996)
  • Transhumance (Arcade 18, 1989)
    • Reparution dans Vraies histoires fausses (Vents d'ouest, Rafales, 2004)
  • Pupa (XYZ 20, 1989)
    • Reparution dans Vraies histoires fausses (Vents d'ouest, Rafales, 2004)
  • Mourir, un peu ("collaboration" avec Sabine Verreault), in Sous des soleils étrangers (Ianus, 1989)
  • Ici, des tigres (Le Sabord 25, 1990)
    • Reparution dans Vraies histoires fausses (Vents d'ouest, Rafales, 2004)
  • L'Aile (Temps Tôt 9, 1991)
    • Reparution dans Vraies histoires fausses (Vents d'ouest, Rafales, 2004)
  • La Mer allée… (extrait de Tyranaël -1), Solaris 94 (1991)
  • Le premier accroc ne compte pas (in La première fois, Québec/Amérique, Jeunesse, 1991)
    • Reparution dans Vraies histoires fausses(Vents d'ouest, Rafales, 2004)
  • Celles qui vivent au-dessus des nuages (Moebius 48, 1991)
    • Reparution dans SF 98 ­ Les Meilleurs Récits de l'année (Le Plessis-Brion, Orion, 1998)
    • Version anglaise : Amber Rain (Tomorrow 14, 1995)
  • … Suspends ton vol (Solaris 99, 1992)
    • Reparution dans Les horizons divergents (Le livre de poche 7212, 1999)
    • Reparution dans La maison au bord de la mer (Alire, Nouvelles 037, 2000)
    • Version anglaise : Stay Thy Flight (in Bending the Landscape, Outlook, 1999)
  • Poèmes de science-fiction, ou presque (poésie) (Solaris 102, 1992)
  • Chanson pour une sirène (collaboration avec Yves Meynard (Solaris 100, 1992)
    • Repris en solo en 1995. (voir Livres)
    • Reparution dans Le jeu des coquilles de Nautilus, Alire, Nouvelles 070, 2003)
  • Initiatiques (Liberté 202, 1992)
  • Encore un an (in La Presse , 19 décembre 1993)
  • Un bruit de pluie (in L'Année 1991 de la science-fiction et du fantastique québécois Le Passeur / Logiques, 1993)
  • Six poèmes (poésie) (Estuaire 74, 1994)
  • L'hiver, c'est mon pays (in Un lac, un fjord, JCL, 1994)
    • Reparution dans Vraies histoires fausses (Vents d'ouest, Rafales, 2004)
  • Paguyn and Kithulai (Prairie Fire, vol. 15, no 2, 1994)
    • Version roumaine : Hellion 5 (1995)
  • La louïne (in Le bal des ombres, Québec/Amérique, Clip 17, 1994)
  • Les Poligloti (Cahier littéraire du Progrès du Saguenay/Lac St-Jean, 1995)
    • Reparution dans Yellow Submarine (1996)
    • Version anglaise : The Poligloti (Communiqué, 1996)
    • Reparution dans Vraies histoires fausses(Vents d'ouest, Rafales, 2004)
  • Le pays où l'on arrive toujours (in Un lac, un fjord 2, JCL, 1995)
    • Reparution dans Vraies histoires fausses (Vents d'ouest, Rafales, 2004)
  • Le langage de la nuit (in La nuit, Musée de la Civilisation / XYZ, 1995)
  • L'ombre de l'arbre (extrait de Tyranaël -3), Stop 143 (1995)
  • Vous êtes ici (Ici, un lac, un fjord 3, JCL, 1996)
    • Reparution dans Vraies histoires fausses (Vents d'ouest, Rafales, 2004)
  • R_V_ (Le Sabord, 1996)
    • Reparution dans Vraies histoires fausses (Vents d'ouest, Rafales, 2004)
  • Le musée de l'impermanence (in Effet de lieu, 3e Impérial, 1997)
  • Aurélie sous les étoiles (in Un lac, un fjord 5, JCL, 1998)
    • Reparution dans Solaris 131 (1999)
    • Reparution dans Vraies histoires fausses (Vents d'ouest, Rafales, 2004)
  • L'exilée de l'intérieur (in Un lac, un fjord, un fleuve 6, JCL, 1999)
    • Reparution dans Vraies histoires fausses(Vents d'ouest, Rafales, 2004)
  • Les dents du dragon (in La maison au bord de la mer (Alire, Nouvelles 037, 2000)
  • Sur place (in Un lac, un fjord, un fleuve 7, JCL, 2000)
    • Reparution dans Vraies histoires fausses (Vents d'ouest, Rafales, 2004)
  • Un parfum d'orange (in La maison du rêve, VLB/L'Hexagone, 2000)
    • Reparution dans Vraies histoires fausses (Vents d'ouest, Rafales, 2004)
  • Via Appia (in Solaris 136, 2001)
    • Reparution dans Vraies histoires fausses (Vents d'ouest, Rafales, 2004)
  • Matriochkas (in Un lac, un fjord, un fleuve 8, JCL, 2001)
    • Reparution dans Vraies histoires fausses (Vents d'ouest, Rafales, 2004)
  • La grande bouche (in Un lac, un fjord, un fleuve 9, JCL, 2002)
    • Reparution dans Vraies histoires fausses (Vents d'ouest, Rafales, 2004)
  • Le fil d'Ariane (in Le corps collectionneur, Les Herbes bleues, 2003)
    • Reparution dans Vraies histoires fausses, Vents d'ouest, Rafales, 2004)
  • La course de Kathryn (in Le jeu des coquilles de Nautilus, Alire, Nouvelles 070, 2003)
  • Et les jardins de Babylone (in Vraies histoires fausses, Vents d'ouest, Rafales, 2004)
  • Comment réussir son cauchemar (in Vraies histoires fausses, Vents d'ouest, Rafales, 2004)
  • Summertime (in Vraies histoires fausses, Vents d'ouest, Rafales, 2004)
  • La bulle (in Vraies histoires fausses, Vents d'ouest, Rafales, 2004)
  • Sang de pierre (in Solaris 151, 2004)
  • Pas de deux (in Solaris 163)
  • Les Villes invisibles (in Solaris 167)
  • La Voix qui chantait le cœur du monde (in Solaris 169)
  • La Mort aux dés (in Solaris 171)
  • Envol (in Solaris 179)
  • L'Amour au temps des chimères (in Solaris 180)
  • Défense d’y voir (in Alibis 32)
  • Jeune Fille au bord du gué (in Alibis 38)

Traductions[modifier | modifier le code]

Élisabeth Vonarburg a traduit plusieurs romans et recueils de l'anglais vers le français.

  • La tombe de naissance par Tanith Lee (VF de The Birthgrave), Marabout SF, 1976.
  • Par-delà les murs du monde par James Tiptree, Jr (VF de Up the Walls of the World), Denoël, Présence du Futur, 1979.
  • Fausse aurore par Chelsea Quinn Yarbro (VF de False Dawn) Denoël, Présence du Futur, 1979.
  • Chronomachine lente par Ian Watson (VF de A Very Slow Time Machine), Lattès, Titres SF, 1981.
  • L'abîme de Léviathan par Jayge Carr (en), (VF de Leviathan's Deep), Albin-Michel, Super-Fiction, 1982.
  • Le jour, la nuit par Tanith Lee (VF de Day by Night), Albin-Michel, Super-Fiction, 1982.
  • Le diable vous emportera par Jack L. Chalker (VF de And the Devil Will Drag You Under), Albin-Michel, Super-Fiction, 1983.
  • Le livre d'or de Lafferty, recueil de nouvelles de R. A. Lafferty, Presses Pocket, 1984.
  • Le livre d'or de Jack Williamson, recueil de nouvelles de Jack Williamson, Presses Pocket, 1988.
  • Le livre d'or de Marion Zimmer Bradley, recueil de nouvelles de Marion Zimmer Bradley, Presses Pocket, 1992 (Élisabeth Vonarburg fut aussi éditrice).
  • Le livre d'or de Anne McCaffrey, recueil de nouvelles de Anne McCaffrey, Presses Pocket, 1992 (Élisabeth Vonarburg fut aussi éditrice).
  • Memory Babe, une biographie critique de Jack Kerouac par Gerald Nicosia (VF de Memory Babe), Québec/Amérique, 1994.
  • L'arbre de l'été (La tapisserie de Fionavar, tome I) par Guy Gavriel Kay (VF de The Summer Tree), Québec/Amérique, coll. Sextant, Montréal 1994.
  • Le feu vagabond (La tapisserie de Fionavar, tome II) par Guy Gavriel Kay (VF de The Wandering Fire), Québec/Amérique, coll. Sextant, 1995.
  • La route obscure (La tapisserie de Fionavar, tome III) par Guy Gavriel Kay (VF de The Dark Road), Québec/Amérique, coll. Sextant, 1995. .
  • La chute d'Atlantis par Marion Zimmer Bradley (VF de The Fall of Atlantis), Presses Pocket, 1996.
  • En Glenravenne par Marion Zimmer Bradley et Holly Lisle (VF de Glenraven), Lefrancq, 1998.
  • Les lions d'Al-Rassan par Guy Gavriel Kay (VF de The Lions of Al-Rassan), Éditions L'Atalante et Éditions Alire, 1999.
  • Voile vers Sarance par Guy Gavriel Kay (VF de Sailing to Sarantium), Alire, 2000.
  • Seigneur des empereurs par Guy Gavriel Kay (VF de Lord of Emperor), Alire, 2000.
  • Treize nouvelles policières, noires et mystérieuses (Prix Arthur-Ellis)par Peter Sellers (éditeur) (VF de Arthur Ellis Awards - An Anthology of Prize-Winning Crime & Mystery Fiction), Alire, 2003.
  • Le jeu de la passion par Sean Stewart (VF de Passion play), Alire, 2003.
  • Le calice noir par Marie Jakober (en) (VF de The Black Chalice), Alire, 2004.
  • L’éveil de la magie par Jude Fisher (en) (VF de "Sorcery Rising), Fleuve noir, 2004.
  • La magie sauvage ,par Jude Fisher (en) (VD de "Wild Magic") Fleuve noir, 2006.
  • Le dernier rayon du soleil par Guy Gavriel Kay (VF de "The Last Ray of The Sun"), Alire, 2005.
  • Même les pierres par Marie Jakober (en) (VF de 'Even the Stones"), Alire, 2006.

Prix littéraires (et principales nominations)[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :