Guy Gavriel Kay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Guy Gavriel Kay

Description de cette image, également commentée ci-après

Guy Gavriel Kay en 2006

Activités Romancier
Naissance 7 novembre 1954 (59 ans)
Weyburn, Drapeau du Canada Canada
Langue d'écriture Anglais canadien
Genres Fantasy
Distinctions Prix World Fantasy
Prix Aurora

Œuvres principales

Guy Gavriel Kay, né le 7 novembre 1954 à Weyburn, est un écrivain canadien, spécialisé dans l'heroic fantasy.

Il a participé à la rédaction du Silmarillion de l'écrivain britannique J. R. R. Tolkien (avec le fils de ce dernier), avant de publier des romans sous son propre nom.

Biographie[modifier | modifier le code]

Guy Gavriel Kay est né le 7 novembre 1954 à Weyburn, en Saskatchewan et a grandi à Winnipeg. Son père est chirurgien et sa mère artiste[1]. Au cours de son enfance, il se passionne pour les contes de fées et la mythologie grecque et découvre la fantasy avec les œuvres de Fritz Leiber, Lord Dunsany, E. R. Eddison et J. R. R. Tolkien[2].

En 1974, alors qu'il est étudiant en philosophie à l'université du Manitoba, il est engagé par Christopher Tolkien pour l'assister dans son travail sur Le Silmarillion car ses parents sont des amis des parents de l'épouse de Christopher Tolkien[1]. Il part pour Oxford pour travailler avec Christopher Tolkien, assemblant, corrigeant et peaufinant les nombreux écrits de J. R. R. Tolkien qui vont constituer le Silmarillion, avant de retourner au Canada en 1976 où il poursuit des études de droit à l'université de Toronto, obtenant son diplôme en 1978[2].

Il est ensuite scénariste de la série radiophonique The Scales of Justice (1982-1989), produite par Radio-Canada et qui se base sur des affaires judiciaires canadiennes[2]. De 1984 à 1986, il publie ses premiers romans, la trilogie de fantasy La Tapisserie de Fionavar, (avec L'Arbre de l'été, Le Feu vagabond et La Voie obscure). Cette série, de facture très classique, reçoit un très bon accueil. Le tome 2 (Le Feu vagabond) reçoit le prix Casper (renommé prix Aurora depuis 1990) du roman anglais en 1987.

Il développe par la suite un univers plus personnel, souvent qualifié de fantasy historique. Ses romans ont maintenant en commun de se situer dans un monde imaginaire, mais s'inspirant très fortement de l'Histoire. La magie et le surnaturel sont très peu présents, voire absents, contrairement à la fantasy classique.

Les romans Tigane et La Chanson d'Arbonne s'inspirent respectivement de l'Italie et de la France médiévales. Guy Gavriel Kay reçoit à nouveau le prix Aurora en 1991 pour Tigane. Le roman Les Lions d'Al-Rassan s'inspire de l'Espagne de la Reconquista, plus précisément de la fin de la période du califat de Cordoue, et s'inspire notamment de la vie de Rodrigo Diaz de Bivar dit le Cid. Vient ensuite la série La Mosaïque de Sarance, qui s'inspire très fortement de l'histoire de l'Empire byzantin sous le règne de Justinien et Théodora (qui dura de 527 à 565).

En 2005, il publie Le Dernier Rayon du soleil, qui se situe quant à lui dans un environnement basé sur les vikings et les anglo-saxons. Ysabel, paru en 2007, baigne dans une atmosphère provençale et reçoit le prix World Fantasy l'année suivante. En 2010, Under Heaven explore un univers basé sur la Chine au temps de la dynastie Tang.

En 2010, ses romans ont été traduits en 22 langues et ils se sont vendus à plus de deux millions d'exemplaires[3].

Il est marié à Laura Beth Cohen avec qui il a eu deux garçons[2].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Disponible en français[modifier | modifier le code]

En anglais, non traduits à ce jour[modifier | modifier le code]

  • (en) Beyond This Dark House, 2003
    Recueil de poèmes
  • (en) River of Stars, 2013

Récompenses[modifier | modifier le code]

Tigane et La Mosaïque de Sarance ont également été nommés pour le prix World Fantasy. Ysabel a obtenu la deuxième place au prix Locus du meilleur roman de fantasy 2008 et Tigane la troisième place au prix Locus du meilleur roman de fantasy 1991.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) David Pringle, St. James Guide to Fantasy Writers, St. James Press,‎ 1996, p. 318-319
  2. a, b, c et d (en) « Guy Gavriel Kay - Profile », sur nndb.com (consulté le 27 juin 2012)
  3. (en) « Interview de Guy Gavreil Kay », The National Post,‎ 7 avril 2010
  4. a et b (en) « Professional Awards (1980-2006) »
  5. (en) « 2008 World Fantasy Award Winners & Nominees »
  6. (en) « 2011 Winners - The Sunburst Award Society »

Lien externe[modifier | modifier le code]