Walferdange

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Walferdange
(lb) Walfer
(de) Walferdingen
Walferdange
Vue depuis le Sonnebierg.
Blason de Walferdange
Blason
Drapeau de Walferdange
Logo
Administration
Pays Drapeau du Luxembourg Luxembourg
Canton Luxembourg
Bourgmestre
(Buergermeeschter)
Mandat
Francois Sauber (CSV)
2017-2023
Codes postaux (liste détaillée)
Code UAL 2 LU0000310
Indicatif téléphonique (+352)
Démographie
Gentilé Walferdangeois(e)
Population 8 424 hab.[1] ()
Densité 1 193 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 39′ 00″ nord, 6° 08′ 00″ est
Altitude Min. 228 m
Max. 405 m
Superficie 7,06 km2 [2]
Élections
Communales
(mode de scrutin)
Scrutin proportionnel plurinominal
Législatives Circonscription Centre
Européennes Circonscription Luxembourg
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Canton de Luxembourg
Voir sur la carte topographique du Canton de Luxembourg
City locator 14.svg
Walferdange
Géolocalisation sur la carte : Luxembourg
Voir sur la carte administrative du Luxembourg
City locator 14.svg
Walferdange
Géolocalisation sur la carte : Luxembourg
Voir sur la carte topographique du Luxembourg
City locator 14.svg
Walferdange
Liens
Site web walfer.lu

Walferdange (en luxembourgeois : Walfer Écouter et en allemand : Walferdingen) est une localité luxembourgeoise et le chef-lieu de la commune portant le même nom située dans le canton de Luxembourg.

Au , la commune de Walferdange compte 7 700 habitants.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Walferdange est située au nord de la ville de Luxembourg dans la vallée de l'Alzette. La localité de Walferdange se situe au centre de la commune.

Sections de la commune[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La route nationale N7 traverse la commune.

Par les lignes de bus AVL 10 et 11, ainsi que quelques lignes RGTR la commune est connectée à la ville de Luxembourg et direction Mersch. La commune possède un service « City-Bus » sur réservation, le « Walfy Flexibus ».

La gare de Walferdange est une gare ferroviaire de la ligne 1, de Luxembourg à Troisvierges-frontière.

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune est née le de la séparation des sections de Bereldange, Helmsange et Walferdange de la commune de Steinsel[3]. Entre 1853 et 1879, le Château de Walferdange était la résidence officielle du Prince Henri d'Orange-Nassau et de sa femme Amélie de Saxe-Weimar-Eisenach.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des bourgmestres[modifier | modifier le code]

Titulaires de la fonction de bourgmestre de WalferdangeVoir et modifier les données sur Wikidata
IdentitéPériodeDuréeÉtiquette
DébutFin
Carlo Meintz (d)
( - )
20 ans PD
Erna Hennicot-Schoepges
(née en )
7 ans PCS
Marcel Sauber (en)
(né en )
4 ans PCS
Carlo Meintz (d)
( - )
2 ans PD
Guy Arendt
(né en )
12 ans PD
Joëlle Elvinger[4]
(née en )
1 an, 9 mois et 21 jours PD
François Sauber (d)[5]En cours3 ans et 16 jours PCS

Jumelages[modifier | modifier le code]

Depuis 1971, la commune est jumelée, sous le signe de la rose, avec[6]:

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans le pays depuis 1821. Les recensements décennaux de la population permettent de caler les chiffres sur la composition de la population par sexe, âge, nationalité et commune de résidence. Entre deux recensements, la population au 1er janvier de l’année est évaluée en ajoutant à la population au 1er janvier de l’année les soldes naturel (naissances décès) et migratoire (arrivées départs) de l'année. La même méthode est appliquée pour la répartition par âge au 1er janvier et les effectifs totaux par nationalité. Depuis le , le Luxembourg dénombre 102 communes.

Au , la commune comptait 8 424 habitants.

           Évolution démographique de . [ modifier ]
1821 1851 1871 1880 1890 1900 1910 1922 1930
5948541 0208858929411 0151 1211 500
1935 1947 1960 1970 1978 1979 1981 1983 1984
1 7262 1323 0084 2795 2785 3115 3005 4105 520
1985 1986 1987 1988 1989 1990 1991 1992 1993
5 5905 6905 6805 7005 8115 8535 8195 8715 913
1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002
5 9826 0636 1346 1386 2806 3286 4596 4376 451
2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011
6 4956 6476 6396 7646 8266 8897 1177 2917 240
2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020
7 4047 5637 7157 8197 8188 0468 1698 2318 424
Jusqu'en 1970 et pour les années 1981, 1991, 2001 et 2011 : date du recensement général de la population ; pour les autres années : situation au 1er janvier.
(Sources : STATEC depuis 1821 et CTIE à partir de 2017[1].)
           Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

À ses débuts, l'un des trois sites de l'université du Luxembourg se situait au château de Walferdange — lequel a longtemps abrité l'Institut pédagogique puis l'Institut supérieur d'études et de recherches pédagogiques (ISERP) — jusqu'à la relocalisation des enseignements supérieurs et universitaires au campus de Esch-Belval. Actuellement, divers services annexes du ministère de l'Éducation nationale occupent le château et les bâtiments ou locaux voisins.

Sport[modifier | modifier le code]

Nombreux clubs sportifs sont basés à Walferdange. Parmi eux, on peut citer :

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Une villa romaine et le qanat des Raschpëtzer, un aqueduc romain souterrain, sont situés à Helmsange.

Le château de Walferdange était à partir de 1853 la résidence du prince Henri d'Orange-Nassau et de sa femme Amélie de Saxe-Weimar-Eisenach. Après la mort du prince Henri en 1879 et l'indépendance du Luxembourg, le château est devenu la seconde résidence du Grand-Duc Adolphe jusqu'en 1905.

Au 20e siècle on extrayait du gypse dans un tunnel situé à Helmsange. Aujourdhui, ce tunnel appartient au réserve naturel Sonnebierg. En raison de ses conditions optimales, le tunnel est maintenant utilisé pour installer et tester des instruments de mesure destinés à la recherche géophysique.

En face de la gare de Walferdange se trouve le Jardin des Roses, renouvelé en 2015. Au milieu du 19e siècle un grand nombre de rosiéristes existaient au Luxembourg, y compris à Walferdange. Depuis, la commune a une relation intense avec la rose[7]. Le rond-point des Roses se situe au centre de Walferdange, tout près de l'église.

La culture est bien ancrée à Walferdange avec les centres culturels Prince Henri et Cultur@Walfer (CAW). L'Harmonie Grand-Ducale Marie-Adélaïde (Walfer Musek), nommée d'après la Grande-Duchesse Marie Adélaïde, existe depuis 1912.

Les "Walfer Bicherdeeg" (Journées du livre) organisées par la commune de Walferdange sont chaque année un rendez-vous important pour les éditeurs, auteurs et lecteurs du Luxembourg et de la Grande-Région.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Le prince Henri d'Orange-Nassau, fils cadet du roi Guillaume II des Pays-Bas, gouverneur du Luxembourg, meurt à Walferdange le  ;
  • Guy Arendt, avocat d'affaires, ancien député, bourgmestre de Walferdange et secrétaire d'État (de à ) dans le gouvernement Bettel-Schneider ;
  • Gaston Vogel (* 1937 à Walferdange), avocat et auteur.

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Blason de Walferdange Blason
D'or au renard rampant de gueules tenant de ses pattes de devant une flèche du même posée en pal, accompagné de sept billettes aussi de gueules posées en orle aux flancs et en pointe, au chef, d'azur à la porte de trois tours ouverte d'or
Détails
  • Le blason de la commune a été agréé le 26 mars 1984 par arrêté ministériel (Mémorial B de 1984 page 454).
  • Depuis 2010 la commune dispose également d'un logo moderne, dont les couleurs représentent les forêts proches et l'Alzette.
    Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Population par canton et commune », sur http://www.statistiques.public.lu/, STATEC, (consulté le 1er avril 2020).
  2. « Superficie par canton et commune », sur http://www.statistiques.public.lu, STATEC, (consulté le 5 mai 2018).
  3. Mémorial no 108 de 1850
  4. « Assermentation d’un bourgmestre et de trois échevins », (consulté le 4 juillet 2019)
  5. « Assermentation des collèges des bourgmestre et échevins », (consulté le 4 juillet 2019)
  6. « Communes jumelées », sur le site communal
  7. Le nouveau Jardin des Roses de Walferdange, Administration communale de Walferdange, (ISBN 978-99959-0-158-5), pages 26 - 31

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Claude Wey, 150 Joer Gemeng Walfer : 1851 ‑ 2000, vol. 2, Administration communale de Walferdange, , « Genèse de la commune de Walferdange », p. 6 ‑ 49

Liens externes[modifier | modifier le code]