Garnich

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Garnich
Coat of arms garnich luxbrg.png
Garnich church.jpg

L’église Saint-Michel

Nom local
(lb) GarnechVoir et modifier les données sur Wikidata
Géographie
Continent
Pays
District
Canton
Superficie
21 km2Voir et modifier les données sur Wikidata
Altitude
339 mVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Démographie
Population
2 043 hab. ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Densité
97,5 hab./km2 ()
Fonctionnement
Statut
Diocèse
Identité
Site web
Localisation sur la carte d’Europe
voir sur la carte d’Europe
Red pog.svg
Localisation sur la carte du Luxembourg
voir sur la carte du Luxembourg
Red pog.svg

Garnich (luxembourgeois : Garnech) est une localité luxembourgeoise et le chef-lieu de la commune portant le même nom située dans le canton de Capellen.

Géographie[modifier | modifier le code]

L'altitude moyenne est de 335 mètres et le point culminant de la commune est le Réibierg à une altitude de 398 mètres.

Localisation[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Garnich
Steinfort Koerich
Garnich Mamer
Käerjeng Dippach

La ville de Garnich comporte les sections suivantes :

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Au Réibierg se retrouvent des importants réservoirs d'eau qui garantissent l'approvisionnement en eau potable du bassin minier. La crête qui s'étire à partir du Réibierg en direction de Dahlem et Schouweiler fait partie de la ligne de partage des eaux des bassins versants de la Meuse et du Rhin.

Petits cours d'eau[modifier | modifier le code]

Ruisseaux primaires : Eisch, Mamer (source entre Hivange et Garnich)

Grands fleuves et rivières[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies de communication[modifier | modifier le code]

Transports[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

Projets d'aménagement[modifier | modifier le code]

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Garnis, Garnische (1128), Carnisse (1137), Charnische (1145)[1]

Histoire[modifier | modifier le code]

Des découvertes archéologiques indiquent une présence romaine dans cette région.

Le 12 avril 1128, Garnich est mentionné dans un document

En 1251, la localité de Dahlem est mentionnée dans un acte.

En 1256, la localité de Hivange est mentionnée dans un acte.

Le 11 juin 1260, un acte fait mention de la paroisse de Garnich.

En 1317, l’église de Kahler est citée dans un document.

Le 12 mai 1785, un incendie détruit la localité de Dahlem.

En 1911, un premier réservoir d’eau est construit au « Réibierg ».

En 2007, 2 réservoirs d’eau souterrains au « Réibierg » (30000m3/jour) permettent de placer ceux-ci comme les plus importants bassins collecteur du pays.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des bourgmestres[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Finances locales[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1821 1851 1871 1880 1890 1900 1910 1922 1930 1935 1947
666 987 1 216 1 150 1 122 1 026 1 032 937 978 962 920
1960 1970 1978 1979 1981 1983 1984 1985 1986 1987 1988
888 980 1 070 1 081 1 111 1 150 1 160 1 200 1 200 1 220 1 234
1989 1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999
1 241 1 271 1 264 1 295 1 352 1 379 1 384 1 460 1 446 1 468 1 496
2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010
1 504 1 495 1 511 1 491 1 502 1 537 1 546 1 561 1 635 1 718 1 771
2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 - - - -
1 861 1 895 1 931 1 943 1 991 2 043 2 099 - - - -
(Source : « Population par canton et commune 1821 - 2017 », sur http://www.statistiques.public.lu (consulté le 17 mai 2017).)

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Elsy Jacobs (1933-1998), à l’âge de 25 ans, est devenue la première championne du monde de cyclisme, le 30 août 1958 à Reims. Au cours de sa carrière elle a remporté un total de plus de 300 courses.
  • Claudine Schaul (1983), une joueuse de tennis professionnelle luxembourgeoise.

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Armoiries du Luxembourg.
Coat of arms garnich luxbrg.png

La commune de Garnich reçut ses armoiries le 29 novembre 1982.

La pointe est dérivée des armoiries des seigneurs de Sterpenich, ceci pour la raison que les seigneurs de Kahler (une localité de la commune) étaient originaires de Sterpenich.

Les châteaux et les fasces proviennent des anciens propriétaires des villages de Garnich, Dahlem et Hivange.

La pointe représente la montagne locale : le Réibierg.

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (nl) Maurits Gysseling, Toponymisch Woordenboek van België, Nederland, Luxemburg, Noord-Frankrijk en West-Duitsland (vóór 1226), Tongres, Belgisch Interuniversitair Centrum voor Neerlandistiek, (lire en ligne).
  2. ARRÊTÉ ROYAL GRAND-DUCAL, du 29 décembre 1843, n°2926f, portant nomination des Bourgmestres et Echevins des villes, et des Bourgmestres des campagnes du Grand-Duché am Memorial N°3 vun 1844
  3. Memorial A N° 4 vun 1946 mam Avis: Administrations communales. COMPOSITION DES COLLEGES ECHEVINAUX

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]