Garnich

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Garnich
(lb) Garnech
Garnich
L’église Saint-Michel.
Blason de Garnich
Blason
Administration
Pays Drapeau du Luxembourg Luxembourg
Canton Capellen
Bourgmestre
(Buergermeeschter)
Mandat
Georges Fohl
2017-2023
Codes postaux (liste détaillée)
Code UAL 2 LU0000102
Indicatif téléphonique (+352)
Démographie
Gentilé Garnichois(e)
Population 2 253 hab.[1] ()
Densité 108 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 37′ 04″ nord, 5° 57′ 09″ est
Altitude Min. 398 m
Max. 306 m
Superficie 20,95 km2 [2]
Pôle urbain Agglomération de Luxembourg (Première couronne)
Élections
Communales
(mode de scrutin)
Majorité relative
Législatives Circonscription Sud
Européennes Circonscription Luxembourg
Localisation
Géolocalisation sur la carte : canton de Capellen
Voir sur la carte topographique du canton de Capellen
City locator 14.svg
Garnich
Géolocalisation sur la carte : Luxembourg
Voir sur la carte administrative du Luxembourg
City locator 14.svg
Garnich
Géolocalisation sur la carte : Luxembourg
Voir sur la carte topographique du Luxembourg
City locator 14.svg
Garnich
Liens
Site web garnich.lu

Garnich (en luxembourgeois : Garnech Écouter), est une localité luxembourgeoise et le chef-lieu de la commune portant le même nom située dans le canton de Capellen.

Géographie[modifier | modifier le code]

L'altitude moyenne est de 335 mètres et le point culminant de la commune est le Réibierg à une altitude de 398 mètres.

Localisation[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Garnich
Steinfort
Käerjeng Garnich Mamer
Dippach

La ville de Garnich comporte les sections suivantes :

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Au Réibierg se retrouvent d'importants réservoirs d'eau qui garantissent l'approvisionnement en eau potable du bassin minier. La crête qui s'étire à partir du Réibierg en direction de Dahlem et Schouweiler fait partie de la ligne de partage des eaux des bassins versants de la Meuse et du Rhin.

Cours d'eau[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par l'Eisch et la Mamer (source entre Hivange et Garnich), tous deux affluents de l'Alzette, ainsi que par le petit ruisseau Eiselbach (lb) (un affluent de l'Eisch prenant source au Réibierg).

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune est reliée au réseau routier national par la route nationale N13 et par l'autoroute A6.

La commune est desservie par le Régime général des transports routiers (RGTR). En outre, elle opère conjointement avec Koerich et Steinfort un service « City-Bus » sur réservation, le « Proxibus ».

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Garnis, Garnische (1128), Carnisse (1137), Charnische (1145)[3].

La ville de Remich (issue du prénom Rémy) et le quartier de Gasperich (issue du prénom Gaspart). se trouvent à proximité. On notera alors le prenom Gernot.

Histoire[modifier | modifier le code]

Des découvertes archéologiques indiquent une présence romaine dans cette région.

Le , Garnich est mentionné dans un document.

En 1251, la localité de Dahlem est mentionnée dans un acte.

En 1256, la localité de Hivange est mentionnée dans un acte.

Le , un acte fait mention de la paroisse de Garnich.

En 1317, l’église de Kahler est citée dans un document.

Le , un incendie détruit la localité de Dahlem.

En 1911, un premier réservoir d’eau est construit au Réibierg.

En 2007, deux réservoirs d’eau souterrains au Réibierg (30 000 m3/jour) permettent de placer ceux-ci comme les plus importants bassins collecteur du pays.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le conseil communal règle tout ce qui est d'intérêt communal. La compétence du conseil communal vise entre autres le vote du budget et des comptes, la fixation des tarifs et des redevances, l'approbation des projets de construction et des projets d'urbanisme, la nomination, démission ou révocation des fonctionnaires et employés. La loi confère au conseil communal le soin d'édicter des règlements d'administration intérieure et de police communale, ces derniers pouvant être assortis de pénalités.

Indépendamment des attributions qui lui sont conférées par d'autres dispositions légales. Le collège des bourgmestres et échevins est chargé entre autres :

  • de exécution des lois, des règlements et arrêtes grand-ducaux et ministériels ;
  • de la publication et de l’exécution des résolutions du conseil communal ;
  • de l'instruction des affaires à soumettre au conseil communal ;
  • de l'administration des établissements communaux ;
  • de la surveillance des services communaux ;
  • de la direction des travaux communaux ;
  • de l’administration des propriétés de la commune ;
  • de la surveillance du personnel communal ;
  • de la surveillance spéciale des hospices civils et des officies sociaux ;
  • de la garde des archives, des titres et des registres de l'état civil.

Liste des bourgmestres[modifier | modifier le code]

Titulaires de la fonction de bourgmestre de GarnichVoir et modifier les données sur Wikidata
IdentitéPériodeDuréeÉtiquette
DébutFin
Charles Metzler (d)14 ans
Nicolas Metzler (d)19 ans
Peter Metzler (d)22 ans
Jean-Nicolas Arend (d)3 ans
Peter Metzler (d)11 ans
Johann Müller (d)6 ans
Jacques Schmitz (d)
( - )

(mort en cours de mandat (en))
43 ans
Par intérim :
Henri Franck (d)
2 ans
Edmond Kerschen (d)16 ans
Vacant3 ans
Edmond Kerschen (d)1 an
Nic Arend (d)17 ans
Félix Jemming (d)17 ans
Eugène Dondlinger (d)11 ans
Henri Franck (d)17 ans
Georges Fohl (d)[4],[5]En cours10 ans et 8 mois

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans le pays depuis 1821. Les recensements décennaux de la population permettent de caler les chiffres sur la composition de la population par sexe, âge, nationalité et commune de résidence. Entre deux recensements, la population au 1er janvier de l’année est évaluée en ajoutant à la population au 1er janvier de l’année les soldes naturel (naissances décès) et migratoire (arrivées départs) de l'année. La même méthode est appliquée pour la répartition par âge au 1er janvier et les effectifs totaux par nationalité. Depuis le , le Luxembourg dénombre 102 communes.

Au , la commune comptait 2 221 habitants.

           Évolution démographique [ modifier ]
1821 1851 1871 1880 1890 1900 1910 1922 1930
6669871 2161 1501 1221 0261 032937978
1935 1947 1960 1970 1978 1979 1981 1983 1984
9629208889801 0701 0811 1111 1501 160
1985 1986 1987 1988 1989 1990 1991 1992 1993
1 2001 2001 2201 2341 2411 2711 2641 2951 352
1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002
1 3791 3841 4601 4461 4681 4961 5041 4951 511
2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011
1 4911 5021 5371 5461 5611 6351 7181 7711 861
2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020
1 8951 9311 9431 9912 0432 0992 1292 1672 193
2021 - - - - - - - -
2 221--------
Jusqu'en 1970 et pour les années 1981, 1991, 2001 et 2011 : date du recensement général de la population ; pour les autres années : situation au 1er janvier.
(Sources : STATEC depuis 1821 et CTIE à partir de 2017[1].)
           Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Elsy Jacobs (1933-1998), à l’âge de 25 ans, est devenue la première championne du monde de cyclisme, le à Reims. Au cours de sa carrière elle a remporté un total de plus de 300 courses.
  • Claudine Schaul (1983), une joueuse de tennis professionnelle luxembourgeoise.

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Coat of arms garnich luxbrg.png

La commune de Garnich reçut ses armoiries le .

La pointe est dérivée des armoiries des seigneurs de Sterpenich, ceci pour la raison que les seigneurs de Kahler (une localité de la commune) étaient originaires de Sterpenich.

Les châteaux et les fasces proviennent des anciens propriétaires des villages de Garnich, Dahlem et Hivange.

La pointe représente la montagne locale : le Réibierg.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Population par canton et commune », sur http://www.statistiques.public.lu/, STATEC, (consulté le ).
  2. « Superficie par canton et commune », sur http://www.statistiques.public.lu, STATEC, (consulté le ).
  3. (nl) Maurits Gysseling, Toponymisch Woordenboek van België, Nederland, Luxemburg, Noord-Frankrijk en West-Duitsland (vóór 1226), Tongres, Belgisch Interuniversitair Centrum voor Neerlandistiek, (lire en ligne).
  4. « Assermentation des collèges des bourgmestre et échevins », (consulté le )
  5. « Assermentation des collèges des bourgmestre et échevins », (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :