Bissen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bissen (homonymie).

Bissen
(lb) Biissen
(de) Bissen
Bissen
Bissen vu depuis le Wobierg
Blason de Bissen
Blason
Drapeau de Bissen
Logo
Administration
Pays Drapeau du Luxembourg Luxembourg
Circonscription Centre
Canton Mersch
Bourgmestre
(Buergermeeschter)
Mandat
Jos Schummer (SE)
2017-2023
Codes postaux (Liste détaillée)
Code UAL 2 0402
Indicatif téléphonique (+352)
Démographie
Population 3 183 hab.[1] ()
Densité 153 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 47′ 00″ nord, 6° 04′ 00″ est
Altitude Min. 214 m
Max. 358 m
Superficie 20,75 km2 [2]
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Luxembourg

Voir sur la carte administrative du Luxembourg
City locator 14.svg
Bissen

Géolocalisation sur la carte : Canton de Mersch

Voir la carte administrative du Canton de Mersch
City locator 14.svg
Bissen

Géolocalisation sur la carte : Canton de Mersch

Voir la carte topographique du Canton de Mersch
City locator 14.svg
Bissen
Liens
Site web bissen.lu

Bissen (en luxembourgeois : Biissen) est une localité luxembourgeoise et le chef-lieu de la commune portant le même nom située dans le canton de Mersch. Elle se situe au cœur du grand-duché, au nord de la capitale.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par l’Attert, un affluent de l’Alzette, qui sépare Bissen au nord-ouest de Roost au sud-est.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Superficie de la commune 20,75 km2
Superficie des bois appartenant à la commune 586,93 ha
Superficie des prés et terres labourables appartenant à la commune 34,00 ha
Voirie rurale 26,35 km
Voirie vicinale 9,24 km
Nombre de ménages: 1015
Bissen 999
Roost 16

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme de Bissen pourrait être d'origine celtique dérivé du vieux mot français « biez », c'est-à-dire « canal du moulin ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Il existe un vestige romain dans la commune (Tumulus de Bill), mais on parle de Bissen, pour la première fois, en l'an 960, dans un document qui notifie la séparation de l'église de Bissen de la paroisse-mère de Mersch dont elle faisait partie.

Au XVIIe siècle, pendant la Guerre de Trente Ans, la peste frappe le village de plein fouet. La plupart des habitants sont foudroyés par cette maladie et le village est déserté. Les survivants érigent une chapelle appelée « Chapelle de la Ste-Croix ».

En 1854, une épidémie de choléra va provoquer de nombreuses victimes et les habitants restaurent l'ancienne chapelle pour lui donner un nouveau nom : « Chapelle du Choléra », ou « Chapelle St Roch ».

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des bourgmestres[modifier | modifier le code]

Titulaires de la fonction de bourgmestre de BissenVoir et modifier les données sur Wikidata
IdentitéPériodeDuréeÉtiquette
DébutFin
Camille Petry (d)4 ans
Aloyse Bauer (d)6 ans
Jos Schummer (d)[3]
(né en )
En cours7 ans, 10 mois et 26 jours

En juin 2019, Jos Schummer, bourgmestre de Bissen, quitte le Parti populaire chrétien-social (CSV) en raison d'un vote intervenu au conseil communal dans le cadre du projet d’installation d’un data center de Google sur le territoire de la commune[4].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans le pays depuis 1821. Les recensements décennaux de la population permettent de caler les chiffres sur la composition de la population par sexe, âge, nationalité et commune de résidence. Entre deux recensements, la population au 1er janvier de l’année est évaluée en ajoutant à la population au 1er janvier de l’année les soldes naturel (naissances décès) et migratoire (arrivées départs) de l'année. La même méthode est appliquée pour la répartition par âge au 1er janvier et les effectifs totaux par nationalité. Au , le Grand-Duché de Luxembourg dénombre 102 communes.

Au , la commune comptait 3 183 habitants.

           Évolution démographique de Bissen. [ modifier ]
1821 1851 1871 1880 1890 1900 1910 1922 1930
7821 3151 3771 3191 3121 2051 1541 2041 165
1935 1947 1960 1970 1978 1979 1981 1983 1984
1 1441 0961 0851 3231 6581 6691 6711 7101 690
1985 1986 1987 1988 1989 1990 1991 1992 1993
1 6901 7101 7301 7441 7581 7541 7811 8211 919
1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002
1 9842 0712 1712 2942 3732 4152 4782 4472 441
2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011
2 4402 4582 4622 4792 5922 6412 6762 7502 784
2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 -
2 7872 7942 8162 8462 8793 0213 0953 183-
Jusqu'en 1970 et pour les années 1981, 1991, 2001 et 2011 : date du recensement général de la population ; pour les autres années : situation au 1er janvier.
(Sources : STATEC depuis 1821 et CTIE à partir de 2017[1].)


Économie[modifier | modifier le code]

La commune luxembourgeoise de Bissen est marquée par la présence d'entreprises issues du secteur secondaire :

  • ArcelorMittal dispose d'une usine qui fabrique des clous ;
  • Depuis son ouverture en 2009, des chocolats issus du commerce équitable sont produits dans les ateliers protégés de la Fondation Tricentenaire au Centre Jean Heinisch. Le bâtiment comprend également une imprimerie (Tri-Print) et un atelier de prestation de services et de création (Presta-Tri). Les salariés, en majorité des personnes en situation de handicap, sont issus du centre de formation abrité dans le même bâtiment[5],[6] ;
  • La société américaine Goodyear Wire Plant possédait un site de fabrication de fils d'acier pour pneumatiques depuis 1972 qui a été racheté par Hyosung en 2011 puis fermé en 2013[7] ;
  • Un nouveau complexe, appelé « Automotive Campus » ou « Innovation Campus », est en cours de construction sur l'ancien site de Goodyear Wire plant. L'International Electronics & Engineering (IEE)[8] ainsi que la POST Luxembourg, Lux-Connect et Kiowatt font partie des entreprises qui y sont implantées ;
  • En juin 2019, dans le cadre d'une coopération européenne visant à implanter au grand-duché un superordinateur — auprès de LuxConnect —, le ministère de l’Économie indique que sa mise en fonction est prévue à l'horizon 2020. L'initiative européenne « EuroHPC Joint Undertaking » prévoit huit sites, dont un au Luxembourg pour héberger des supercalculateurs de classe mondiale[9].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Population par canton et commune », sur http://www.statistiques.public.lu, STATEC, (consulté le 2 avril 2019).
  2. « Superficie par canton et commune », sur http://www.statistiques.public.lu, STATEC, (consulté le 5 mai 2018).
  3. « Assermentation des collèges des bourgmestre et échevins » (consulté le 12 septembre 2019)
  4. Nicolas Léonard, « Le bourgmestre de Bissen quitte le CSV », Paperjam News,‎ (lire en ligne).
  5. « Historique de la Fondation Tricentenaire », sur www.tricentenaire.lu (consulté le 10 juin 2019).
  6. Béatrice Dissi, « Les Chocolats du cœur ou la compétitivité relativisée », Lëtzebuerger Land,‎ (lire en ligne, consulté le 10 juin 2019).
  7. Nicolas Raulot, « Hyosung Wire cesse sa production », Paperjam,‎ (lire en ligne, consulté le 25 février 2019).
  8. « IEE en a fini avec le gros œuvre », Paperjam,‎ (lire en ligne, consulté le 25 février 2019).
  9. « Le superordinateur sera implanté à Bissen en 2020 », L'essentiel,‎ (lire en ligne, consulté le 9 juin 2019).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]