Hesperange

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Hesperange
(lb) Hesper
(de) Hesperingen
Hesperange
Le château et l’église
Blason de Hesperange
Blason
Drapeau de Hesperange
Logo
Administration
Pays Drapeau du Luxembourg Luxembourg
Circonscription Centre
Canton Luxembourg
Bourgmestre
(Buergermeeschter)
Marc Lies (CSV)
Code UAL 2 0303
Indicatif téléphonique (+352)
Démographie
Population 15 246 hab.[1] ()
Densité 560 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 34′ 00″ nord, 6° 09′ 00″ est
Altitude Min. 255 m
Max. 334 m
Superficie 27,22 km2 [2]
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Luxembourg

Voir sur la carte administrative du Luxembourg
City locator 14.svg
Hesperange

Géolocalisation sur la carte : Canton de Luxembourg

Voir la carte administrative du Canton de Luxembourg
City locator 14.svg
Hesperange

Géolocalisation sur la carte : Canton de Luxembourg

Voir la carte topographique du Canton de Luxembourg
City locator 14.svg
Hesperange
Liens
Site web Site officiel

Hesperange (en luxembourgeois : Hesper Écouter et en allemand : Hesperingen) est une localité luxembourgeoise et le chef-lieu de la commune portant le même nom située dans le canton de Luxembourg.

Géographie[modifier | modifier le code]

C'est sur le territoire de Hesperange que se trouve le premier des échangeurs de l'A3 (autoroute de Dudelange) en direction de la frontière française (située à 15,6 km). L'échangeur permet également de se rendre à l'aéroport de Luxembourg-Findel.

Sections de la commune[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Hesperange est desservie par les autobus de la ville de Luxembourg et possède quatre stations Vel'oH!. Le , la gare de Howald est mise en service et dessert les quartiers sud de la capitale luxembourgeoise.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

En aval du pont de l'Alzette actuel, on découvrit les fondations d'un pont sur le tracé d'un diverticulum reliant deux voies romaines en direction de Trèves. Après l'occupation définitive par les Francs et plus tard la fondation de l'abbaye d'Echternach (698), le site de Hesperange devenait bientôt domaine de celle-ci. L'historien Alexandre Wiltheim découvrit un acte daté de 867, où apparut le nom de Hasmaringa. Sous les premiers comtes de Luxembourg, la localité figure parmi les possessions de l'abbaye d'Altmünster (Luxembourg). Les seigneurs de Rodemack, vassaux puissants des comtes de Luxembourg et fournissant cinq gouverneurs au comté, érigeaient la seigneurie de Hesperange, et le château-fort de Luxembourg eut vers 1300 comme avant-poste le manoir de Hesperange. Gérard de Rodemack, prenant parti contre Maximilien d'Autriche, héritier des Pays-Bas bourguignons, fut déclaré félon. Son manoir fut démantelé partiellement en 1480 et deux ans plus tard davantage. L'empereur Maximilien octroyait les possessions de Gérard à son cousin le margrave Christophe de Bade pour ses services considérables. Au XVIIe siècle, la forteresse de Luxembourg allait succomber aux convoitises de Louis XIV, roi de France. Le 23 juin 1682, 1 400 cavaliers français campaient aux environs de Hesperange sous le commandement du marquis de Lambert. L'hôpital militaire entre Hesperange et Alzingen hébergeait momentanément plus de mille blessés.

Pendant la domination autrichienne (1714-1795), la seigneurie de Hesperange restait de fait française jusqu'au traité de Versailles (1769), ce qui nous valut un nouveau pont sur l'Alzette et une diligence postale régulière entre Luxembourg et Thionville. Peu après la reddition de Luxembourg aux Républicains français en 1795, le dernier seigneur féodal de Hesperange, le margrave Charles-Frédéric de Bade-Durlach, vendit ses possessions à l'État français. Dans le nouveau « département des Forêts » existait de 1795 à 1802 un canton de Hesperange, doté d'une justice de paix, comprenant les communes rurales autour de la ville de Luxembourg. Hesperange et Itzig formaient une « agence », remplacée après 1799 par la création d'une « commune ».

L’ancienne commune d’Alzingen fusionna avec la commune de Hesperange en 1823.

Sous la dynastie hollandaise, Hesperange fut promu paroisse (1849), dépendant auparavant du desservant d'Itzig. La seconde moitié du siècle vit l'éclosion de la vie économique et culturelle. Le chemin de fer vicinal (Jangeli) mis en service en 1882 entre Luxembourg-Hesperange et Remich ne fut remplacé qu'en 1955 par un service d'autobus.

Le plus grand moulin industriel à grains du Grand-Duché situé à Hesperange explosa et se consumma en 1893, donnant l'opportunité à des concurrents de créer et exploiter avec succès un nouveau moulin à Kleinbettingen.

Il y eut une période de privations et de famine pendant la guerre 1914-1918 sous l'occupation allemande. Quelques mois après les festivités commémorant le centenaire de l'indépendance du pays, la commune de Hesperange subit de 1940 à 1944 la deuxième occupation par les Allemands. Ils incorporèrent Hesperange-Howald, Fentange et Alzingen à la municipalité de Luxembourg.

La commune de Hesperange vécut un essor prestigieux après les multiples épreuves de la Seconde Guerre mondiale (la population de quelque 3 500 approchant entre-temps les 11 000). Cet élan, surtout économique, était largement stimulé au fur et à mesure par la création de quatre zones industrielles et commerciales, ensuite par le développement énergique du système autoroutier autour de la capitale. Citons la bretelle d'autoroute à l'ouest (1976), l'autoroute vers Thionville (après 1981) et finalement celle du contournement Est avec le pont haubané Victor Bodson (1994).

La mairie du Centre Civique (1962) au milieu du complexe scolaire, avec sa salle des fêtes, ne correspondant plus aux exigences croissantes de l'infrastructure communale, il fallait mettre en œuvre la construction de la troisième mairie consécutive (1992), après la démolition de l'ancien Urbéngsschlass. Elle est mise en valeur par un parc public de 13 ha (provisoirement), agrémenté d'une pièce d'eau peuplée de cygnes et d'autres espèces aquatiques. Le promeneur admire avec enchantement les jets d'eau, s'arrête devant la fontaine aux figurines en bronze d'une ribambelle d'enfants en baignade, découvrant sur les pelouses étendues des ensembles sculpturaux en marbre ou en bois, pour ne pas oublier le bovin coloré, héritage de l'événement Art on cows. Il traverse en descendant l'Alzette par le pont-levis en bois qu'on remonte en temps de crues, mais d'où il jouit d'une vue pittoresque sur le château et l'église à la tour en forme de bulbe. Se retournant, il réalise l’ampleur des travaux de restauration des bords de la rivière ainsi que des bassins de retenue.

Le 11 novembre 1991, le conseil prit la décision de réaliser un centre omnisports au plateau du Holleschbierg. Les plans de l'actuel stade Alphonse Theis, exemplaire à tous points de vue, étaient définitivement approuvés en 1996. Ses infrastructures et installations servent principalement aux activités sportives du Football Club Swift Hesperange, des adeptes sportifs de multiples sociétés ainsi que de la jeunesse scolaire.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des bourgmestres[modifier | modifier le code]

Jumelage[modifier | modifier le code]

Hesperange est jumelée avec :

  • Drapeau de l'Allemagne Malchin (Allemagne)[3] ;
  • Drapeau de la Hongrie Szerencs (Hongrie)[4] : les contrats de jumelage entre la commune de Hesperange et la ville de Szerencs fûrent signés le 18 septembre 1997 et la 17 mai 2002 par les bourgmestres des deux villes respectives.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1821. Les recensements décennaux de la population permettent de caler les chiffres sur la composition de la population par sexe, âge, nationalité et commune de résidence. Entre deux recensements, la population au 1er janvier de l’année x est évaluée en ajoutant à la population au 1er janvier de l’année x-1 les soldes naturel (naissances-décès) et migratoire (arrivées-départs) de l'année. La même méthode est appliquée pour la répartition par âge au 1er janvier et les effectifs totaux par nationalité. Au , le Grand-Duché de Luxembourg dénombre 102 communes.

En , la commune comptait 15 049 habitants.

Évolution démographique de Hesperange depuis 1821.
1821 1851 1871 1880 1890 1900 1910 1922 1930 1935
1 4491 9462 1452 2572 3232 2992 5162 5502 8353 037
1947 1960 1970 1978 1979 1981 1983 1984 1985 1986
3 2183 8836 2939 0689 0369 0909 1609 2809 3209 350
1987 1988 1989 1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996
9 3109 3819 5099 7029 92110 07010 07510 20810 19510 148
1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006
10 28710 26510 28310 42710 40010 51910 78911 18411 53311 831
2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016
12 05412 39512 78613 16313 33513 62814 02714 17514 39314 650
2017 - - - - - - - - -
15 049---------
Jusqu'en 1970 et pour les années 1981, 1991, 2001 et 2011 : date du recensement général de la population ; pour les autres années : situation au 1er janvier.
(Sources : STATEC depuis 1821 et CTIE à partir de 2017[1].)

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Blason de Hesperange Blason Fascé d'or et d'azur de six pièces à la bande de gueules brochante, accompagnée en chef d'une tour crénelée d'argent, maçonnée de sable, et en pointe d'une fleur de lis aussi d'argent.
Détails
Armoiries de la commune luxembourgeoise d’Hesperange.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Population par canton et commune », sur http://www.statistiques.public.lu, STATEC, (consulté le 5 mai 2018).
  2. « Superficie par canton et commune », sur http://www.statistiques.public.lu, STATEC, (consulté le 5 mai 2018).
  3. « Commune de Hesperange - Malchin (D) », sur www.hesperange.lu (consulté le 2 juin 2018)
  4. « Commune de Hesperange - Szerencs (HU) », sur www.hesperange.lu (consulté le 2 juin 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]